Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : TOUT SUR L'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives©)
  • TOUT SUR L'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives©)
  • : Blog scientifique sur l'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives©), méthode originale d'analyse de discours partant des métaphores quotidiennes et de la psychanalyse. Applications dans de nombreux domaines des Sciences Humaines et Sociales : linguistique, littérature (Camus), poésie (Baudelaire), traduction, rhétorique, argumentation, psychologie sociale. Textes, articles, exercices, discussions,dictionnaires.Google+
  • Contact

Mots-clé

Mots-clé : analyscience, linguistique, analyse de discours, sémantique, microsémantique, microsémantique du fantasme, logique de la déraison, lexicologie, subjilecte, métaphore, paradiastole, oxymore, isotopie subjective, axiologie, homonyme, homonymie, pseudosynonyme, pseudosynonymie, psychanalyse, Lacan, Réel Symbolique Imaginaire, psychologie, psychologie sociale, psychose, paranoïa, paranoïaque, schizophrénie, schizophréne, rhétorique, argumentation, épistémologie, logique, logique libre, poésie, littérature, surréalisme, Hocquenghem, Charles Baudelaire, traduction, malentendu, dialogue de sourds, expressions figées, Jean-Jacques Pinto, Jean-Claude Milner, L’Œuvre claire, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, hystérie, hystérique, obsession, obsessionnel, phobie, phobique, angoisse, inconscient, formations de l'inconscient, rêve, rébus, lapsus, oubli, acte manqué, mot d'esprit, interprétation, antiphilosophie, anti-philosophie, Cyrano, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, subjiciel, points de vue, la subjectivité comme artifice, subjectivité, subjectivité artificielle, machina subjectiva, argot, Luce Irigaray, Hélène Cixous, Gilles Deleuze, Félix Guattari, Jean-François Lyotard, homéopsychie, malaise dans la civilisation, propagande, propagande et psychanalyse, psychanalyse et propagande, neurosciences, neurosciences et psychanalyse, psychanalyse et neurosciences, approche logiciste, Jean-Claude Gardin, Jean Molino, cognisème, subjisème, prothèse psychique, identification cognitive, identification subjective, galiléisme, galiléisme étendu, science galiléenne, structuralisme, structure, langage, définition apophatique de la psychanalyse, définition récursive de la psychanalyse

 


Recherche

11 avril 2010 7 11 /04 /avril /2010 21:47


      Dans leur livre "Impostures intellectuelles", Alan Sokal et Jean  Bricmont examinent, au début du chapitre consacré à Luce Irigaray, la citation suivante de cette auteure :

 

     « Ce sujet [scientifique] s'intéresse énormément aujourd'hui à l'accélération outrepassant nos possibles humains, à l'apesanteur, à la traversée des espaces et temps naturels, au surmontement des rythmes cosmiques et de leurs régulations, mais aussi à la désintégration, la fission, l'explosion, les catastrophes, etc. Cette réalité se vérifie dans les sciences de la nature et les sciences humaines ».


      Appliquer, à titre d'exercice,  l'A.L.S. à ce passage donne un résultat qui rejaillit de façon intéressante sur l'appréciation même du commentaire qu'en font les auteurs, et que nous reproduirons en même temps que la "solution".


      Bonne recherche ...

 

      Début de réponse : appliquons à cette citation la notation habituelle (italique : série A, gras : série B, italique gras : parler constructeur), ainsi que les valeurs (souligné : valorisé, non souligné : dévalorisé, DE L'AVIS DU SUJET [SCIENTIFIQUE]). On obtient :


      « Ce sujet [scientifique] s'intéresse énormément aujourd'hui à l'accélération outrepassant nos possibles humains, à l'apesanteur, à la traversée des espaces et temps naturels, au surmontement des rythmes cosmiques et de leurs régulations, mais aussi à la désintégration, la fission, l'explosion, les catastrophes, etc. Cette réalité se vérifie dans les sciences de la nature et les sciences humaines ».

 

      Il apparaît dès lors que ce sujet s'intéresse à des thèmes "scientifiques" qu'affectionne le point de vue extraverti décrit par l'A.L.S. En effet accélération, outrepasser, apesanteur, traversée, surmontement, désintégration, fission, explosion, catastrophes (le sens précis de ce mot dans la théorie des catastrophes de René Thom ne l'empêche pas de retrouver dans cette énumération la connotation naïve liée à son usage courant) sont tous des mots de la série A valorisés.

 

      Que peut-on en déduire quant au rôle joué par cette énumération dans le propos d'Irigaray ?


                                                [À suivre]

 

  


Merci de bien vouloir laisser un commentaire ci-dessous


 


Français

L'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives) est une méthode d’analyse des mots (lexèmes) d’un texte parlé ou écrit, inspirée par la psychanalyse, qui permet, sans recourir au non-verbal (intonations, gestes, mimiques), d’avoir une idée de la personnalité de l’auteur et de ceux qu’il peut espérer persuader ou séduire. C'est une microsémantique du fantasme.

English
A.L.S (Analysis of Subjective Logics) is an analytical method concerned with the words (lexical items) of a spoken or written text. Drawing on psychoanalysis, it allows one, without resorting to the non-verbal (intonations, gestures, mimics, etc.), to get an idea of the personality of the author as well as of those one expects to persuade or to entice.

Deutsch
Die A.L.S (Analyse der Subjektiven Logiken) ist eine Untersuchungsmethode der Wörter (lexikalische Einheiten) eines gesprochenen oder geschriebenen Textes, mit einer Inspiration der Psychoanalyse, der erlaubt, ohne sich an das Nichtverbale (Intonationen, Bewegungen, Mimiken, u.s.w.) zu wenden, eine Idee der Personalität des Autors und derjenigen zu bekommen, die er zu überreden oder zu bezaubern hofft.

Português
A A.L.S. (Análise das Lógicas Subjetivas) é um método de análise das palavras (unidades lexicais) de um texto falado ou escrito, inspirado pela psicanálise, que permite, sem recorrer ao não-verbal (intonações, gestos, mímicas, etc.), ter uma idéia da personalidade do autor e daqueles que ele pode esperar persuadir ou seduzir.

Español
El A.L.S. (Análisis de las Lógicas Subjectivas) es un método de análisis de las palabras (lexemas) de un texto hablado o escrito, inspirado por la psicoanálisis, que permite, sin recurrir al no verbal (intonaciones, gestos, mímicas), tener una idea de la personalidad del autor y de aquellos a los que puede esperar persuadir o seducir.

Italiano
L'A.L.S. (Analisi delle Logiche Soggettive, è un metodo di analisi delle parole ("lexèmes") di un testo parlato o scritto, ispirata per la psicanalisi, che permette, senza ricorrere al no-verbale (intonazioni, gesti, mimici), di avere un'idea della personalità dell'autore e di quelli che può sperare di persuadere o sedurre.



Résumé : Blog de diffusion de textes et de discussions autour de l'Analyse des Logiques Subjectives, méthode linguistique originale d'analyse de discours partant des métaphores courantes et de la psychanalyse.

Abstract : Blog about "Analysis of Subjective Logics ", an original linguistic approach in discourse analysis.

Mots-clé : analyscience, linguistique, analyse de discours, sémantique, microsémantique, microsémantique du fantasme, logique de la déraison, lexicologie, subjilecte, métaphore, paradiastole, isotopie subjective, homonyme, homonymie, pseudosynonyme, pseudosynonymie, psychanalyse, Lacan, Réel Symbolique Imaginaire, psychologie, psychologie sociale, psychose, paranoïa, schizophrénie, rhétorique, argumentation, épistémologie, logique, logique libre, poésie, littérature, surréalisme, antiphilosophie, Charles Baudelaire, traduction, malentendu, dialogue de sourds, expressions figées, Jean-Jacques Pinto, Jean-Claude Milner, L’Œuvre claire, Albert Camus, Marie Cardinal, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, hystérie, obsession, phobie, angoisse, inconscient, formations de l'inconscient, rêve, rébus, lapsus, oubli, acte manqué, mot d'esprit, interprétation, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, subjiciel, points de vue, la subjectivité comme artifice, prothèse psychique, homéopsychie, subjectivité artificielle, machina subjectiva, argot, Luce Irigaray, Hélène Cixous, Gilles Deleuze, Félix Guattari, Jean-François Lyotard, propagande, propagande et psychanalyse, psychanalyse et propagande, neurosciences, neurosciences et psychanalyse, psychanalyse et neurosciences, approche logiciste, Jean-Claude Gardin, cognisème, subjisème, galiléisme, galiléisme étendu, science galiléenne

Keywords : analyscience, linguistics, "discourse analysis", metaphor, psychoanalysis, Lacan, psychology, social psychology, psychosis, paranoia, schizophrenia, rhetorics, argumentation, epistemology, poetry, litterature, Baudelaire, translation, misunderstanding, frozen expressions, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, hysteria, fixed idea, phobia, anxiety, the unconscious, dream, rebus, subjiciel, machina subjectiva

Schlüsselwörter : Analyscience, Linguistik, Redeanalyse, Metapher, Psychoanalyse, Lacan, Psychologie, soziale Psychologie, Psychose, Paranoia, Schizophrenie, Rhetorik, Argumentation, Epistemologie, Poesie, Literatur, Baudelaire, Übersetzung, Mißverständnis, starre Ausdrücke, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, Hysterie, Zwangsvorstellung, Phobie, Angst, Unbewusstes, Traum, Rebus, subjiciel, machina subjectiva

Palavras-chaves : analyscience, linguística, análise de discursos, metáfora, psicanálise, Lacan, psicologia, psicologia social, psicose, paranóia, esquizofrenia, retórica, argumentação, epistemologia, poesia, literatura, Baudelaire, tradução, equívoco, expressões bloqueadas, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, histeria, idéia fixada, fobia, inquietude, o inconsciente, sonho, rébus, subjiciel, machina subjectiva

Palabras-clave : analyscience, lingüistica, análisis de discurso, metáfora, psicoanálisis, Lacan, psicología, psicología social, psicosis, paranoïa, esquizofrenia, retórica, argumentación, epistemología, poesía, literatura, Baudelaire, traducción, malentendido, expresiones cuajadas, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, histerismo, obsesión, fobia, angustia, inconsciente, sueño, jeroglífico, subjiciel, machina subjectiva

Parola-chiave : analyscience, linguistica, analisi di discorso, metafora, psicanalisi, Lacan, psicologia, psicologia sociale, psicosi, paranoia, schizofrenia, retorica, argomentazione, epistemologia, poesia, letteratura, Baudelaire, traduzione, malinteso, espressioni idiomatiche, Jean-Claude Milner. , Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, isterismo, ossessione, fobia, angoscia, inconscio, sogno, rebus, subjiciel, machina subjectiva

 

Repost 0
Published by Analogisub - dans Exercices
commenter cet article
5 avril 2010 1 05 /04 /avril /2010 17:28


      Comment, à l'aide de l'A.L.S., analyseriez-vous ce propos de Simone de Beauvoir cité dans l'Express du 19 novembre 2009 (Dossier sur le bonheur)? Pour gagner du temps, les séries sont déjà notées (italique : série B, gras : série A, italique gras : parler constructeur), ainsi que les valeurs (souligné : valorisé, non souligné : dévalorisé).



"Ceux qui s'emploient à retenir le mouvement incontrôlable de la vie se condamnent à l'échec et à la dépression. À ne pas affronter leurs peurs et le risque de désordre du destin, ils se figent dans une attitude de défense apathique".

       (Seul le mot échec, en  italique gras, relève du parler constructeur).

      Solution, à compléter prochainement :

 

      Rien de nouveau sous le soleil philosophique : un échantillon de parler Extraverti, avec sa cible, le parler Introverti : "Ceux qui s'emploient à retenir le mouvement incontrôlable de la vie". Opposés dans cette description ("ils se figent dans une attitude de défense apathique") à la locutrice qui sait, elle, "affronter ses peurs et le risque de désordre du destin", ils se voient selon elle "condamnés à l'échec (mot du parler constructeur) et à la dépression".

 

      Ce genre de prise de position, par la régularité de ses expressions, peut être simulé par programme. En voici la matrice :

 

"Ceux qui s'emploient à (VERBE B dévalorisé) le (NOM A + ADJ A valorisés) de (NOM A valorisé) se (VERBE B dévalorisé) dans une attitude de (NOM B + ADJ B dévalorisés) ". La locutrice sait "(VERBE A valorisé) ses (NOM A valorisé) et le (NOM A valorisé) de (NOM A valorisé) du (NOM B dévalorisé) ". Elle les voit "(ADJ B dévalorisé) à l'échec et à  (NOM B dévalorisé)".

 

      Cela donnerait par exemple, en évitant la facilité des synonymes directs, mais en puisant dans les paradigmes qu'offrent les séries A et B :


"Ceux qui s'emploient à asphyxier l'élan créateur de l'imagination se stérilisent dans une attitude de momification dogmatique". La locutrice sait "exalter ses démons et le vertige de la perte de contrôle". Elle les voit "enlisés dans l'échec et le marasme".

 

      On peut refaire pour ce passage le commentaire formulé sur le billet Quand les philosophes ne pensent pas :


      « On pourrait s'attendre à ce qu'un philosophe tourne sept fois son encéphale dans sa boîte crânienne avant de proférer quoi que ce soit, de sorte qu'on puisse reconnaître qu'il y a
de la pensée chez lui. Au sens où Jean-Claude Milner se propose, dans L’Œuvre claire (Paris : Seuil. 1995), de "faire constater clairement qu'il y a de la pensée chez Lacan. De la pensée, c'est-à-dire quelque chose dont l'existence s'impose à qui ne l'a pas pensé, [...] des propositions suffisamment robustes pour être extraites de leur champ propre, pour supporter des changements de position et des modifications de l'espace discursif". Son livre prouve en tout cas qu'il y a de la pensée chez Milner ! En témoigne la difficulté que j'ai rencontrée à le résumer - tant sa cogitation est subtile, peu banale, tant chaque mot compte pour l'articulation argumentative au point qu'on croit au début ne pouvoir en supprimer aucun ...

      Alors, que "penser" justement d'un philosophe, ou réputé tel, dont un bête automate (un programme d'ordinateur tel que l'implémentation informatique de l'A.L.S en construit) simulerait aisément les prises de position ? Si (cela reste à prouver) l'ordinateur ne pense pas, il n'est pas le seul !
»

       Nous ne désespérons pas de voir au fil du temps d'autres exemples s'ajouter aux deux précédents ...
 
                                              [À suivre]

 

 

  


Merci de bien vouloir laisser un commentaire ci-dessous


 


Français

L'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives) est une méthode d’analyse des mots (lexèmes) d’un texte parlé ou écrit, inspirée par la psychanalyse, qui permet, sans recourir au non-verbal (intonations, gestes, mimiques), d’avoir une idée de la personnalité de l’auteur et de ceux qu’il peut espérer persuader ou séduire. C'est une microsémantique du fantasme.

English
A.L.S (Analysis of Subjective Logics) is an analytical method concerned with the words (lexical items) of a spoken or written text. Drawing on psychoanalysis, it allows one, without resorting to the non-verbal (intonations, gestures, mimics, etc.), to get an idea of the personality of the author as well as of those one expects to persuade or to entice.

Deutsch
Die A.L.S (Analyse der Subjektiven Logiken) ist eine Untersuchungsmethode der Wörter (lexikalische Einheiten) eines gesprochenen oder geschriebenen Textes, mit einer Inspiration der Psychoanalyse, der erlaubt, ohne sich an das Nichtverbale (Intonationen, Bewegungen, Mimiken, u.s.w.) zu wenden, eine Idee der Personalität des Autors und derjenigen zu bekommen, die er zu überreden oder zu bezaubern hofft.

Português
A A.L.S. (Análise das Lógicas Subjetivas) é um método de análise das palavras (unidades lexicais) de um texto falado ou escrito, inspirado pela psicanálise, que permite, sem recorrer ao não-verbal (intonações, gestos, mímicas, etc.), ter uma idéia da personalidade do autor e daqueles que ele pode esperar persuadir ou seduzir.

Español
El A.L.S. (Análisis de las Lógicas Subjectivas) es un método de análisis de las palabras (lexemas) de un texto hablado o escrito, inspirado por la psicoanálisis, que permite, sin recurrir al no verbal (intonaciones, gestos, mímicas), tener una idea de la personalidad del autor y de aquellos a los que puede esperar persuadir o seducir.

Italiano
L'A.L.S. (Analisi delle Logiche Soggettive, è un metodo di analisi delle parole ("lexèmes") di un testo parlato o scritto, ispirata per la psicanalisi, che permette, senza ricorrere al no-verbale (intonazioni, gesti, mimici), di avere un'idea della personalità dell'autore e di quelli che può sperare di persuadere o sedurre.



Résumé : Blog de diffusion de textes et de discussions autour de l'Analyse des Logiques Subjectives, méthode linguistique originale d'analyse de discours partant des métaphores courantes et de la psychanalyse.

Abstract : Blog about "Analysis of Subjective Logics ", an original linguistic approach in discourse analysis.


Mots-clé : analyscience, linguistique, analyse de discours, sémantique, microsémantique, microsémantique du fantasme, logique de la déraison, lexicologie, subjilecte, métaphore, paradiastole, isotopie subjective, homonyme, homonymie, pseudosynonyme, pseudosynonymie, psychanalyse, Lacan, Réel Symbolique Imaginaire, psychologie, psychologie sociale, psychose, paranoïa, schizophrénie, rhétorique, argumentation, épistémologie, logique, logique libre, poésie, littérature, surréalisme, antiphilosophie, Charles Baudelaire, traduction, malentendu, dialogue de sourds, expressions figées, Jean-Jacques Pinto, Jean-Claude Milner, L’Œuvre claire, Albert Camus, Marie Cardinal, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, hystérie, obsession, phobie, angoisse, inconscient, formations de l'inconscient, rêve, rébus, lapsus, oubli, acte manqué, mot d'esprit, interprétation, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, subjiciel, points de vue, la subjectivité comme artifice, prothèse psychique, homéopsychie, subjectivité artificielle, machina subjectiva, argot, Luce Irigaray, Hélène Cixous, Gilles Deleuze, Félix Guattari, Jean-François Lyotard, propagande, propagande et psychanalyse, psychanalyse et propagande, neurosciences, neurosciences et psychanalyse, psychanalyse et neurosciences, approche logiciste, Jean-Claude Gardin, cognisème, subjisème, galiléisme, galiléisme étendu, science galiléenne

Keywords : analyscience, linguistics, "discourse analysis", metaphor, psychoanalysis, Lacan, psychology, social psychology, psychosis, paranoia, schizophrenia, rhetorics, argumentation, epistemology, poetry, litterature, Baudelaire, translation, misunderstanding, frozen expressions, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, hysteria, fixed idea, phobia, anxiety, the unconscious, dream, rebus, subjiciel, machina subjectiva

Schlüsselwörter : Analyscience, Linguistik, Redeanalyse, Metapher, Psychoanalyse, Lacan, Psychologie, soziale Psychologie, Psychose, Paranoia, Schizophrenie, Rhetorik, Argumentation, Epistemologie, Poesie, Literatur, Baudelaire, Übersetzung, Mißverständnis, starre Ausdrücke, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, Hysterie, Zwangsvorstellung, Phobie, Angst, Unbewusstes, Traum, Rebus, subjiciel, machina subjectiva

Palavras-chaves : analyscience, linguística, análise de discursos, metáfora, psicanálise, Lacan, psicologia, psicologia social, psicose, paranóia, esquizofrenia, retórica, argumentação, epistemologia, poesia, literatura, Baudelaire, tradução, equívoco, expressões bloqueadas, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, histeria, idéia fixada, fobia, inquietude, o inconsciente, sonho, rébus, subjiciel, machina subjectiva

Palabras-clave : analyscience, lingüistica, análisis de discurso, metáfora, psicoanálisis, Lacan, psicología, psicología social, psicosis, paranoïa, esquizofrenia, retórica, argumentación, epistemología, poesía, literatura, Baudelaire, traducción, malentendido, expresiones cuajadas, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, histerismo, obsesión, fobia, angustia, inconsciente, sueño, jeroglífico, subjiciel, machina subjectiva

Parola-chiave : analyscience, linguistica, analisi di discorso, metafora, psicanalisi, Lacan, psicologia, psicologia sociale, psicosi, paranoia, schizofrenia, retorica, argomentazione, epistemologia, poesia, letteratura, Baudelaire, traduzione, malinteso, espressioni idiomatiche, Jean-Claude Milner. , Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, isterismo, ossessione, fobia, angoscia, inconscio, sogno, rebus, subjiciel, machina subjectiva

 

 

Repost 0
Published by Analogisub - dans Exercices
commenter cet article
5 avril 2010 1 05 /04 /avril /2010 16:28

    Que vous suggèrent, à la lumière de l'A.L.S., ces phrases de Katherine Pancol dans Métro du 31-03-2010 (article : « Katherine Pancol : "Je vis dans les livres depuis toute petite») ?


« J'écris parce que j'aime les mots, la musique des mots. Passionnément. J'aime raconter des histoires, entrer dans la vie d'autres gens... même si c'est moi qui les ai inventés. On peut tout expérimenter en écrivant, les situations les plus extrêmes ou les plus sirupeuses ! On peut être démon ou guimauve... et cela m'est arrivé de me retrouver emportée très loin par la musique des mots. »

 

     Solution prochainement.

 

     Première étape : appliquer la notation habituelle (série A en italique, série B en gras, soulignement des mots valorisés) :

« J'écris parce que j'aime les mots, la musique des mots. Passionnément. J'aime raconter des histoires, entrer dans la vie d'autres gens... même si c'est moi qui les ai inventés. On peut tout expérimenter en écrivant, les situations les plus extrêmes ou les plus sirupeuses ! On peut être démon ou guimauve... et cela m'est arrivé de me retrouver emportée très loin par la musique des mots. »

     Deuxième étape : une fois constaté que le point de vue extraverti décrit par l'A.L.S. domine ce texte (mots de la série A valorisés), intéressons-nous aux oppositions suivantes :

 

                 Les situations les plus extrêmes ou les plus sirupeuses


                 On peut être démon ou guimauve

 

     À un mot de la série A s'oppose dans les deux cas un mot de la série B contenant l'atome de sens "sucré" (sirop, guimauve). Il est intéressant de se demander pourquoi cet atome figure dans la série B, ce qui lui fait acquérir une valeur négative (détestation ou ironie) chez les "Extravertis". Nous analyserons prochainement en détail la source du ridicule du personnage dans la chanson de Jacques Brel :"J'vous ai apporté des bonbons".


   
                                              [À suivre]

 

 

  


Merci de bien vouloir laisser un commentaire ci-dessous


 


Français

L'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives) est une méthode d’analyse des mots (lexèmes) d’un texte parlé ou écrit, inspirée par la psychanalyse, qui permet, sans recourir au non-verbal (intonations, gestes, mimiques), d’avoir une idée de la personnalité de l’auteur et de ceux qu’il peut espérer persuader ou séduire. C'est une microsémantique du fantasme.

English
A.L.S (Analysis of Subjective Logics) is an analytical method concerned with the words (lexical items) of a spoken or written text. Drawing on psychoanalysis, it allows one, without resorting to the non-verbal (intonations, gestures, mimics, etc.), to get an idea of the personality of the author as well as of those one expects to persuade or to entice.

Deutsch
Die A.L.S (Analyse der Subjektiven Logiken) ist eine Untersuchungsmethode der Wörter (lexikalische Einheiten) eines gesprochenen oder geschriebenen Textes, mit einer Inspiration der Psychoanalyse, der erlaubt, ohne sich an das Nichtverbale (Intonationen, Bewegungen, Mimiken, u.s.w.) zu wenden, eine Idee der Personalität des Autors und derjenigen zu bekommen, die er zu überreden oder zu bezaubern hofft.

Português
A A.L.S. (Análise das Lógicas Subjetivas) é um método de análise das palavras (unidades lexicais) de um texto falado ou escrito, inspirado pela psicanálise, que permite, sem recorrer ao não-verbal (intonações, gestos, mímicas, etc.), ter uma idéia da personalidade do autor e daqueles que ele pode esperar persuadir ou seduzir.

Español
El A.L.S. (Análisis de las Lógicas Subjectivas) es un método de análisis de las palabras (lexemas) de un texto hablado o escrito, inspirado por la psicoanálisis, que permite, sin recurrir al no verbal (intonaciones, gestos, mímicas), tener una idea de la personalidad del autor y de aquellos a los que puede esperar persuadir o seducir.

Italiano
L'A.L.S. (Analisi delle Logiche Soggettive, è un metodo di analisi delle parole ("lexèmes") di un testo parlato o scritto, ispirata per la psicanalisi, che permette, senza ricorrere al no-verbale (intonazioni, gesti, mimici), di avere un'idea della personalità dell'autore e di quelli che può sperare di persuadere o sedurre.



Résumé : Blog de diffusion de textes et de discussions autour de l'Analyse des Logiques Subjectives, méthode linguistique originale d'analyse de discours partant des métaphores courantes et de la psychanalyse.

Abstract : Blog about "Analysis of Subjective Logics ", an original linguistic approach in discourse analysis.


Mots-clé : analyscience, linguistique, analyse de discours, microsémantique du fantasme, métaphore, psychanalyse, Lacan, psychologie, psychologie sociale, psychose, paranoïa, schizophrénie, rhétorique, argumentation, épistémologie, poésie, littérature, Baudelaire, traduction, malentendu, expressions figées, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, hystérie, obsession, phobie, angoisse, inconscient, fantasme, rêve, rébus, subjiciel, machina subjectiva, cognisème, subjisème

Keywords : analyscience, linguistics, "discourse analysis", metaphor, psychoanalysis, Lacan, psychology, social psychology, psychosis, paranoia, schizophrenia, rhetorics, argumentation, epistemology, poetry, litterature, Baudelaire, translation, misunderstanding, frozen expressions, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, hysteria, fixed idea, phobia, anxiety, the unconscious, dream, rebus, subjiciel, machina subjectiva

Schlüsselwörter : Analyscience, Linguistik, Redeanalyse, Metapher, Psychoanalyse, Lacan, Psychologie, soziale Psychologie, Psychose, Paranoia, Schizophrenie, Rhetorik, Argumentation, Epistemologie, Poesie, Literatur, Baudelaire, Übersetzung, Mißverständnis, starre Ausdrücke, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, Hysterie, Zwangsvorstellung, Phobie, Angst, Unbewusstes, Traum, Rebus, subjiciel, machina subjectiva

Palavras-chaves : analyscience, linguística, análise de discursos, metáfora, psicanálise, Lacan, psicologia, psicologia social, psicose, paranóia, esquizofrenia, retórica, argumentação, epistemologia, poesia, literatura, Baudelaire, tradução, equívoco, expressões bloqueadas, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, histeria, idéia fixada, fobia, inquietude, o inconsciente, sonho, rébus, subjiciel, machina subjectiva

Palabras-clave : analyscience, lingüistica, análisis de discurso, metáfora, psicoanálisis, Lacan, psicología, psicología social, psicosis, paranoïa, esquizofrenia, retórica, argumentación, epistemología, poesía, literatura, Baudelaire, traducción, malentendido, expresiones cuajadas, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, histerismo, obsesión, fobia, angustia, inconsciente, sueño, jeroglífico, subjiciel, machina subjectiva

Parola-chiave : analyscience, linguistica, analisi di discorso, metafora, psicanalisi, Lacan, psicologia, psicologia sociale, psicosi, paranoia, schizofrenia, retorica, argomentazione, epistemologia, poesia, letteratura, Baudelaire, traduzione, malinteso, espressioni idiomatiche, Jean-Claude Milner. , Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, isterismo, ossessione, fobia, angoscia, inconscio, sogno, rebus, subjiciel, machina subjectiva

 

 

Repost 0
Published by Analogisub - dans Exercices
commenter cet article
14 mars 2010 7 14 /03 /mars /2010 18:47

      On nomme verbe essentiellement pronominal un verbe qui ne s'emploie qu'à la voix pronominale, c'est-à-dire obligatoirement avec un pronom réfléchi. En voici une liste, qui sera complétée au fur et à mesure. Pouvez-vous tenter de déterminer à quelle série (et parfois à quel parler) ils peuvent se rattacher d'après les critères de l'A.L.S. ?
 

s'absenter
s'abstenir
s'accouder
s'accroupir
s'acheminer
s'acoquiner
s'adonner
s'affairer
s'agenouiller
s'amouracher
s'amuïr
s'arroger
s'autocensurer
s'autodétruire
s'autoproclamer
s'ébattre
s'ébrouer
s'écrier
s'écrouler
s'efforcer
s'égosiller
s'élancer
s'emparer
s'empiffrer
s'empresser
s'en contrebalancer
s'encanailler
s'encorder
s'endimancher
s'enfuir
s'engouer
s'enquérir
s'ensuivre
s'entraider
s'entre-déchirer
s'entre-détruire
s'entre-dévorer
s'entre-égorger
s'entre-tuer
s'entremettre
s'envoler
s'époumoner
s'éprendre
s'esclaffer
s'escrimer
s'évader
s'évanouir
s'évertuer
s'exclamer
s'extasier
s'immiscer
s'infiltrer
s'ingénier
s'ingérer
s'insurger
s'interpénétrer
s'obstiner
s'opiniâtrer
s'originer
se blottir
se cabrer
se contorsionner
se dédire
se défier
se déhancher
se démener
se démerder
se dénuer
se déprendre
se désertifier
se désister
se dévergonder
se duveter
se fier
se formaliser
se gargariser
se gausser
se gendarmer
se goinfrer
se gominer
se gourer
se lexicaliser
se lignifier
se magner
se marrer
se méconduire
se méfier
se méprendre
se moquer
se morfondre
se mutiner
se pâmer
se parjurer
se pavaner
se prélasser
se prosterner
se rabougrir
se ramifier
se ratatiner
se raviser
se rebeller
se rebiffer
se récrier
se recroqueviller
se réfugier
se réincarner
se renfrogner
se rengorger
se repentir
se revancher
se scléroser
se soucier
se souvenir
se suicider
se tapir
se targuer
se toquer
se trémousser
se vautrer



      Réponses prochainement
 

 

  


Merci de bien vouloir laisser un commentaire ci-dessous
 

 


Français
L'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives) est une méthode d’analyse des mots (lexèmes) d’un texte parlé ou écrit, inspirée par la psychanalyse, qui permet, sans recourir au non-verbal (intonations, gestes, mimiques), d’avoir une idée de la personnalité de l’auteur et de ceux qu’il peut espérer persuader ou séduire. C'est une microsémantique du fantasme.

English
A.L.S (Analysis of Subjective Logics) is an analytical method concerned with the words (lexical items) of a spoken or written text. Drawing on psychoanalysis, it allows one, without resorting to the non-verbal (intonations, gestures, mimics, etc.), to get an idea of the personality of the author as well as of those one expects to persuade or to entice.

Deutsch
Die A.L.S (Analyse der Subjektiven Logiken) ist eine Untersuchungsmethode der Wörter (lexikalische Einheiten) eines gesprochenen oder geschriebenen Textes, mit einer Inspiration der Psychoanalyse, der erlaubt, ohne sich an das Nichtverbale (Intonationen, Bewegungen, Mimiken, u.s.w.) zu wenden, eine Idee der Personalität des Autors und derjenigen zu bekommen, die er zu überreden oder zu bezaubern hofft.

Português
A A.L.S. (Análise das Lógicas Subjetivas) é um método de análise das palavras (unidades lexicais) de um texto falado ou escrito, inspirado pela psicanálise, que permite, sem recorrer ao não-verbal (intonações, gestos, mímicas, etc.), ter uma idéia da personalidade do autor e daqueles que ele pode esperar persuadir ou seduzir.

Español
El A.L.S. (Análisis de las Lógicas Subjectivas) es un método de análisis de las palabras (lexemas) de un texto hablado o escrito, inspirado por la psicoanálisis, que permite, sin recurrir al no verbal (intonaciones, gestos, mímicas), tener una idea de la personalidad del autor y de aquellos a los que puede esperar persuadir o seducir.

Italiano
L'A.L.S. (Analisi delle Logiche Soggettive, è un metodo di analisi delle parole ("lexèmes") di un testo parlato o scritto, ispirata per la psicanalisi, che permette, senza ricorrere al no-verbale (intonazioni, gesti, mimici), di avere un'idea della personalità dell'autore e di quelli che può sperare di persuadere o sedurre.
 


Résumé : Blog de diffusion de textes et de discussions autour de l'Analyse des Logiques Subjectives, méthode linguistique originale d'analyse de discours partant des métaphores courantes et de la psychanalyse.

Abstract : Blog about "Analysis of Subjective Logics ", an original linguistic approach in discourse analysis.


Mots-clé : analyscience, linguistique, analyse de discours, microsémantique du fantasme, métaphore, psychanalyse, Lacan, psychologie, psychologie sociale, psychose, paranoïa, schizophrénie, rhétorique, argumentation, épistémologie, poésie, littérature, Baudelaire, traduction, malentendu, expressions figées, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, hystérie, obsession, phobie, angoisse, inconscient, fantasme, rêve, rébus, subjiciel, machina subjectiva, cognisème, subjisème

Keywords : analyscience, linguistics, "discourse analysis", metaphor, psychoanalysis, Lacan, psychology, social psychology, psychosis, paranoia, schizophrenia, rhetorics, argumentation, epistemology, poetry, litterature, Baudelaire, translation, misunderstanding, frozen expressions, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, hysteria, fixed idea, phobia, anxiety, the unconscious, dream, rebus, subjiciel, machina subjectiva

Schlüsselwörter : Analyscience, Linguistik, Redeanalyse, Metapher, Psychoanalyse, Lacan, Psychologie, soziale Psychologie, Psychose, Paranoia, Schizophrenie, Rhetorik, Argumentation, Epistemologie, Poesie, Literatur, Baudelaire, Übersetzung, Mißverständnis, starre Ausdrücke, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, Hysterie, Zwangsvorstellung, Phobie, Angst, Unbewusstes, Traum, Rebus, subjiciel, machina subjectiva

Palavras-chaves : analyscience, linguística, análise de discursos, metáfora, psicanálise, Lacan, psicologia, psicologia social, psicose, paranóia, esquizofrenia, retórica, argumentação, epistemologia, poesia, literatura, Baudelaire, tradução, equívoco, expressões bloqueadas, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, histeria, idéia fixada, fobia, inquietude, o inconsciente, sonho, rébus, subjiciel, machina subjectiva

Palabras-clave : analyscience, lingüistica, análisis de discurso, metáfora, psicoanálisis, Lacan, psicología, psicología social, psicosis, paranoïa, esquizofrenia, retórica, argumentación, epistemología, poesía, literatura, Baudelaire, traducción, malentendido, expresiones cuajadas, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, histerismo, obsesión, fobia, angustia, inconsciente, sueño, jeroglífico, subjiciel, machina subjectiva

Parola-chiave : analyscience, linguistica, analisi di discorso, metafora, psicanalisi, Lacan, psicologia, psicologia sociale, psicosi, paranoia, schizofrenia, retorica, argomentazione, epistemologia, poesia, letteratura, Baudelaire, traduzione, malinteso, espressioni idiomatiche, Jean-Claude Milner. , Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, isterismo, ossessione, fobia, angoscia, inconscio, sogno, rebus, subjiciel, machina subjectiva

 

 

Repost 0
Published by Analogisub - dans Exercices
commenter cet article
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 15:49

penseur vide

      On pourrait s'attendre à ce qu'un philosophe tourne sept fois son encéphale dans sa boîte crânienne avant de proférer quoi que ce soit, de sorte qu'on puisse reconnaître qu'il y a de la pensée chez lui. Au sens où Jean-Claude Milner se propose, dans L’Œuvre claire (Paris : Seuil. 1995), de "faire constater clairement qu'il y a de la pensée chez Lacan. De la pensée, c'est-à-dire quelque chose dont l'existence s'impose à qui ne l'a pas pensé, [...] des propositions suffisamment robustes pour être extraites de leur champ propre, pour supporter des changements de position et des modifications de l'espace discursif". Son livre prouve en tout cas qu'il y a de la pensée chez Milner ! En témoigne la difficulté que j'ai rencontrée à le résumer - tant sa cogitation est subtile, peu banale, tant chaque mot compte pour l'articulation argumentative au point qu'on croit au début ne pouvoir en supprimer aucun ...

      Alors, que "penser" justement d'un philosophe, ou réputé tel, dont un bête automate (un programme d'ordinateur tel que l'implémentation informatique de l'A.L.S en construit) simulerait aisément les prises de position ? Si (encore que cela reste à prouver, voir Turing) l'ordinateur ne pense pas, il n'est pas le seul !

      Voici ce morceau d'anthologie. Par pure charité nous tairons le nom de son auteur, mais les Hercule Poirot en herbe n'auront pas à chercher bien loin pour trouver de qui il s'agit ...


« Écoutez-les, nos professeurs de vertu, chevaliers à la triste figure ! [...] Entendez comme ils résistent, comme ils répugnent de toute leur âme à ce que la philosophie puisse descendre dans la rue affronter sa rumeur vulgaire, et se soumettre, pourquoi pas, à la sanction du grand public. Voyez leur acharnement à recréer le bon temps, l'époque bénie des dieux où les clercs étaient entre eux confinés en leurs salons, éternelle et frileuse "union des écrivains" à la française, avec leurs rites, leurs mœurs, leurs fossiles et leur poujadisme [...]. Je crois, moi, le temps venu de déserter les cloîtres, de parler à ciel ouvert et de s'engager clairement, fermement, vivement, dans l'enfer du présent et la diabolique comédie du siècle. »

      Début d'analyse, avec les notations habituelles de l'A.L.S.:

« Écoutez-les, nos professeurs de vertu, chevaliers à la triste figure ! [...] Entendez comme ils résistent, comme ils répugnent de toute leur âme à ce que la philosophie puisse descendre dans la rue affronter sa rumeur vulgaire, et se soumettre, pourquoi pas, à la sanction du grand public. Voyez leur acharnement à recréer le bon temps, l'époque bénie des dieux où les clercs étaient entre eux confinés en leurs salons, éternelle et frileuse "union des écrivains" à la française, avec leurs rites, leurs mœurs, leurs fossiles et leur poujadisme [...]. Je crois, moi, le temps venu de déserter les cloîtres, de parler à ciel ouvert et de s'engager clairement, fermement, vivement, dans l'enfer du présent et la diabolique comédie du siècle. »

 


      Dans la même veine, cette "réflexion" d'un littéraire :

 

« Ne pas penser comme les autres, cela veut dire simplement que l'on pense. Les autres, qui croient penser, adoptent, en fait, sans réfléchir, les slogans qui circulent, ou bien ils sont la proie de passions dévorantes qu'ils se refusent d'analyser. Pourquoi refusent-ils, ces autres, de démonter les systèmes de clichés, les cristallisations de clichés qui constituent leur philosophie toute faite, comme des vêtements de confection ? En premier lieu, évidemment, parce que les idées reçues servent leurs intérêts ou leurs impulsions, parce que cela donne bonne conscience et justifie leurs agissements.  »


      Début d'analyse, avec les notations habituelles de l'A.L.S.:

 

« Ne pas penser comme les autres, cela veut dire simplement que l'on pense. Les autres, qui croient penser, adoptent, en fait, sans réfléchir, les slogans qui circulent, ou bien ils sont la proie de passions dévorantes qu'ils se refusent d'analyser. Pourquoi refusent-ils, ces autres, de démonter les systèmes de clichés, les cristallisations de clichés qui constituent leur philosophie toute faite, comme des vêtements de confection ? En premier lieu, évidemment, parce que les idées reçues servent leurs intérêts ou leurs impulsions, parce que cela donne bonne conscience et justifie leurs agissements.  »


[ L'analyse détaillée et les commentaires suivront bientôt,
ainsi qu'un texte sur les paradoxes du point de vue "extraverti",
dont l'un concerne ce qui précède et pourrait s'énoncer :
"la critique du prêt-à-penser est encore du prêt-à-penser",
car nier l'automatisme de notre identification est encore
un automatisme dû à cette identification, et c'est autrement
qu'en la niant qu'on a quelque chance de la défaire  ... ]


A lire dans la foulée ... :


Cet article

et sur ce blog :


[À suivre]

 

  


Merci de bien vouloir laisser un commentaire ci-dessous


 


Français

L'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives) est une méthode d’analyse des mots (lexèmes) d’un texte parlé ou écrit, inspirée par la psychanalyse, qui permet, sans recourir au non-verbal (intonations, gestes, mimiques), d’avoir une idée de la personnalité de l’auteur et de ceux qu’il peut espérer persuader ou séduire. C'est une microsémantique du fantasme.

English
A.L.S (Analysis of Subjective Logics) is an analytical method concerned with the words (lexical items) of a spoken or written text. Drawing on psychoanalysis, it allows one, without resorting to the non-verbal (intonations, gestures, mimics, etc.), to get an idea of the personality of the author as well as of those one expects to persuade or to entice.

Deutsch
Die A.L.S (Analyse der Subjektiven Logiken) ist eine Untersuchungsmethode der Wörter (lexikalische Einheiten) eines gesprochenen oder geschriebenen Textes, mit einer Inspiration der Psychoanalyse, der erlaubt, ohne sich an das Nichtverbale (Intonationen, Bewegungen, Mimiken, u.s.w.) zu wenden, eine Idee der Personalität des Autors und derjenigen zu bekommen, die er zu überreden oder zu bezaubern hofft.

Português
A A.L.S. (Análise das Lógicas Subjetivas) é um método de análise das palavras (unidades lexicais) de um texto falado ou escrito, inspirado pela psicanálise, que permite, sem recorrer ao não-verbal (intonações, gestos, mímicas, etc.), ter uma idéia da personalidade do autor e daqueles que ele pode esperar persuadir ou seduzir.

Español
El A.L.S. (Análisis de las Lógicas Subjectivas) es un método de análisis de las palabras (lexemas) de un texto hablado o escrito, inspirado por la psicoanálisis, que permite, sin recurrir al no verbal (intonaciones, gestos, mímicas), tener una idea de la personalidad del autor y de aquellos a los que puede esperar persuadir o seducir.

Italiano
L'A.L.S. (Analisi delle Logiche Soggettive, è un metodo di analisi delle parole ("lexèmes") di un testo parlato o scritto, ispirata per la psicanalisi, che permette, senza ricorrere al no-verbale (intonazioni, gesti, mimici), di avere un'idea della personalità dell'autore e di quelli che può sperare di persuadere o sedurre.



Résumé : Blog de diffusion de textes et de discussions autour de l'Analyse des Logiques Subjectives, méthode linguistique originale d'analyse de discours partant des métaphores courantes et de la psychanalyse.

Abstract : Blog about "Analysis of Subjective Logics ", an original linguistic approach in discourse analysis.


Mots-clé : analyscience, linguistique, analyse de discours, microsémantique du fantasme, métaphore, psychanalyse, Lacan, psychologie, psychologie sociale, psychose, paranoïa, schizophrénie, rhétorique, argumentation, épistémologie, poésie, littérature, Baudelaire, traduction, malentendu, expressions figées, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, hystérie, obsession, phobie, angoisse, inconscient, fantasme, rêve, rébus, subjiciel, machina subjectiva, cognisème, subjisème

Keywords : analyscience, linguistics, "discourse analysis", metaphor, psychoanalysis, Lacan, psychology, social psychology, psychosis, paranoia, schizophrenia, rhetorics, argumentation, epistemology, poetry, litterature, Baudelaire, translation, misunderstanding, frozen expressions, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, hysteria, fixed idea, phobia, anxiety, the unconscious, dream, rebus, subjiciel, machina subjectiva

Schlüsselwörter : Analyscience, Linguistik, Redeanalyse, Metapher, Psychoanalyse, Lacan, Psychologie, soziale Psychologie, Psychose, Paranoia, Schizophrenie, Rhetorik, Argumentation, Epistemologie, Poesie, Literatur, Baudelaire, Übersetzung, Mißverständnis, starre Ausdrücke, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, Hysterie, Zwangsvorstellung, Phobie, Angst, Unbewusstes, Traum, Rebus, subjiciel, machina subjectiva

Palavras-chaves : analyscience, linguística, análise de discursos, metáfora, psicanálise, Lacan, psicologia, psicologia social, psicose, paranóia, esquizofrenia, retórica, argumentação, epistemologia, poesia, literatura, Baudelaire, tradução, equívoco, expressões bloqueadas, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, histeria, idéia fixada, fobia, inquietude, o inconsciente, sonho, rébus, subjiciel, machina subjectiva

Palabras-clave : analyscience, lingüistica, análisis de discurso, metáfora, psicoanálisis, Lacan, psicología, psicología social, psicosis, paranoïa, esquizofrenia, retórica, argumentación, epistemología, poesía, literatura, Baudelaire, traducción, malentendido, expresiones cuajadas, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, histerismo, obsesión, fobia, angustia, inconsciente, sueño, jeroglífico, subjiciel, machina subjectiva

Parola-chiave : analyscience, linguistica, analisi di discorso, metafora, psicanalisi, Lacan, psicologia, psicologia sociale, psicosi, paranoia, schizofrenia, retorica, argomentazione, epistemologia, poesia, letteratura, Baudelaire, traduzione, malinteso, espressioni idiomatiche, Jean-Claude Milner. , Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, isterismo, ossessione, fobia, angoscia, inconscio, sogno, rebus, subjiciel, machina subjectiva

 

lexicologie
Repost 0
Published by Analogisub - dans Exercices
commenter cet article
29 janvier 2010 5 29 /01 /janvier /2010 11:33
      Comment, à l'aide de l'A.L.S., analyseriez-vous ce message reçu par e-mail annonçant la parution d'un livre intitulé Poétique(s) du numérique ? Pour gagner du temps, les séries sont déjà notées (italique : série B, gras : série A, italique gras : parler constructeur), mais pas les valeurs.

      « Bonjour,

      Pour lutter contre la grisaille et la solitude, l'hibernation générale et l'individuation, remuer nos frilosités bien contemporaines, et lutter contre les brumes de la communication, les éditions l'Entretemps vous proposent chaleur (poétique) et lumière (numérique), avec un nouvel ouvrage au sein de la collection "l'électron musagète", dédiée aux rapports entre les arts et les nouvelles technologies.

      Cet ouvrage analyse l'hybridation de la création numérique avec les champs de la recherche et du militantisme, et propose des exemples concrets de théorie poétique.

      En espérant que ces escapades entre théorie et pratique vous caressent la rétine et les papilles.

      Pour l'équipe de l'Entretemps,

      X ... »

      Début du corrigé :

Reportons les valeurs avec le code habituel : souligné = valorisé, non souligné =dévalorisé.

 

« Bonjour,

      Pour lutter contre la grisaille et la solitude, l'hibernation générale et l'individuation, remuer nos frilosités bien contemporaines, et lutter contre les brumes de la communication, les éditions l'Entretemps vous proposent chaleur (poétique) et lumière (numérique), avec un nouvel ouvrage au sein de la collection "l'électron musagète", dédiée aux rapports entre les arts et les nouvelles technologies.

      Cet ouvrage analyse l'hybridation de la création numérique avec les champs de la recherche et du militantisme, et propose des exemples concrets de théorie poétique.

      En espérant que ces escapades entre théorie et pratique vous caressent la rétine et les papilles.

      Pour l'équipe de l'Entretemps,

      X ... »


      On constate qu'à part les mots recherche et militantisme (parler constructeur, explication prochainement) ce texte valorise les mots de la série A (chaleur, lumière, etc.) et dévalorise les mots B (grisaille, solitude, etc.). Il renvoie donc au point de vue extraverti, sans qu'on puisse, faute de contexte, dire si l'auteur du message partage aussi ce point de vue ou s'il ne l'adopte qu'aux fins de séduire un public extraverti.

 


 

  [ À suivre ... ]

 

 

 



Merci de bien vouloir laisser un commentaire ci-dessous


 


Français

L'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives) est une méthode d’analyse des mots (lexèmes) d’un texte parlé ou écrit, inspirée par la psychanalyse, qui permet, sans recourir au non-verbal (intonations, gestes, mimiques), d’avoir une idée de la personnalité de l’auteur et de ceux qu’il peut espérer persuader ou séduire. C'est une microsémantique du fantasme.

English
A.L.S (Analysis of Subjective Logics) is an analytical method concerned with the words (lexical items) of a spoken or written text. Drawing on psychoanalysis, it allows one, without resorting to the non-verbal (intonations, gestures, mimics, etc.), to get an idea of the personality of the author as well as of those one expects to persuade or to entice.

Deutsch
Die A.L.S (Analyse der Subjektiven Logiken) ist eine Untersuchungsmethode der Wörter (lexikalische Einheiten) eines gesprochenen oder geschriebenen Textes, mit einer Inspiration der Psychoanalyse, der erlaubt, ohne sich an das Nichtverbale (Intonationen, Bewegungen, Mimiken, u.s.w.) zu wenden, eine Idee der Personalität des Autors und derjenigen zu bekommen, die er zu überreden oder zu bezaubern hofft.

Português
A A.L.S. (Análise das Lógicas Subjetivas) é um método de análise das palavras (unidades lexicais) de um texto falado ou escrito, inspirado pela psicanálise, que permite, sem recorrer ao não-verbal (intonações, gestos, mímicas, etc.), ter uma idéia da personalidade do autor e daqueles que ele pode esperar persuadir ou seduzir.

Español
El A.L.S. (Análisis de las Lógicas Subjectivas) es un método de análisis de las palabras (lexemas) de un texto hablado o escrito, inspirado por la psicoanálisis, que permite, sin recurrir al no verbal (intonaciones, gestos, mímicas), tener una idea de la personalidad del autor y de aquellos a los que puede esperar persuadir o seducir.

Italiano
L'A.L.S. (Analisi delle Logiche Soggettive, è un metodo di analisi delle parole ("lexèmes") di un testo parlato o scritto, ispirata per la psicanalisi, che permette, senza ricorrere al no-verbale (intonazioni, gesti, mimici), di avere un'idea della personalità dell'autore e di quelli che può sperare di persuadere o sedurre.



Résumé : Blog de diffusion de textes et de discussions autour de l'Analyse des Logiques Subjectives, méthode linguistique originale d'analyse de discours partant des métaphores courantes et de la psychanalyse.

Abstract : Blog about "Analysis of Subjective Logics ", an original linguistic approach in discourse analysis.


Mots-clé : analyscience, linguistique, analyse de discours, microsémantique du fantasme, métaphore, psychanalyse, Lacan, psychologie, psychologie sociale, psychose, paranoïa, schizophrénie, rhétorique, argumentation, épistémologie, poésie, littérature, Baudelaire, traduction, malentendu, expressions figées, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, hystérie, obsession, phobie, angoisse, inconscient, fantasme, rêve, rébus, subjiciel, machina subjectiva, cognisème, subjisème

Keywords : analyscience, linguistics, "discourse analysis", metaphor, psychoanalysis, Lacan, psychology, social psychology, psychosis, paranoia, schizophrenia, rhetorics, argumentation, epistemology, poetry, litterature, Baudelaire, translation, misunderstanding, frozen expressions, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, hysteria, fixed idea, phobia, anxiety, the unconscious, dream, rebus, subjiciel, machina subjectiva

Schlüsselwörter : Analyscience, Linguistik, Redeanalyse, Metapher, Psychoanalyse, Lacan, Psychologie, soziale Psychologie, Psychose, Paranoia, Schizophrenie, Rhetorik, Argumentation, Epistemologie, Poesie, Literatur, Baudelaire, Übersetzung, Mißverständnis, starre Ausdrücke, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, Hysterie, Zwangsvorstellung, Phobie, Angst, Unbewusstes, Traum, Rebus, subjiciel, machina subjectiva

Palavras-chaves : analyscience, linguística, análise de discursos, metáfora, psicanálise, Lacan, psicologia, psicologia social, psicose, paranóia, esquizofrenia, retórica, argumentação, epistemologia, poesia, literatura, Baudelaire, tradução, equívoco, expressões bloqueadas, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, histeria, idéia fixada, fobia, inquietude, o inconsciente, sonho, rébus, subjiciel, machina subjectiva

Palabras-clave : analyscience, lingüistica, análisis de discurso, metáfora, psicoanálisis, Lacan, psicología, psicología social, psicosis, paranoïa, esquizofrenia, retórica, argumentación, epistemología, poesía, literatura, Baudelaire, traducción, malentendido, expresiones cuajadas, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, histerismo, obsesión, fobia, angustia, inconsciente, sueño, jeroglífico, subjiciel, machina subjectiva

Parola-chiave : analyscience, linguistica, analisi di discorso, metafora, psicanalisi, Lacan, psicologia, psicologia sociale, psicosi, paranoia, schizofrenia, retorica, argomentazione, epistemologia, poesia, letteratura, Baudelaire, traduzione, malinteso, espressioni idiomatiche, Jean-Claude Milner. , Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, isterismo, ossessione, fobia, angoscia, inconscio, sogno, rebus, subjiciel, machina subjectiva

 

Repost 0
Published by Analogisub - dans Exercices
commenter cet article
13 janvier 2010 3 13 /01 /janvier /2010 21:49


      Comment, à l'aide de l'A.L.S., analyseriez-vous cette chanson de Sandrine Kiberlain intitulée M'envoyer Des Fleurs ? Cette fois les séries ne sont pas notées d'avance, car il faut d'abord faire une lecture d'ensemble pour déjouer certains pièges de l'analyse mot-à-mot et trouver le bon "diagnostic" de parler.


                                            J'ai décidé
                                            De m'faire du bien
                                            De m'faire couler un bain
                                            D'étaler toutes mes photos d'moi
                                            De les commenter de haut en bas

      Refrain :
                                            J'vais m'envoyer des fleurs
                                            Me parler que de moi
                                            Des éloges à haute voix
                                            Des roses pour me féliciter
                                            D'être moi
  
                                            J'ai décidé
                                            De m'regarder
                                            De m'éplucher dans le miroir
                                            De dévoiler tous mes atouts
                                            De m'adorer de bout en bout
 
    [Refrain]
                                            J'ai décidé
                                            De m'désirer
                                            De m'inventer des tentations
                                            De crouler sous mes émotions
                                            De devenir mon obsession

                                            J'vais m'envoyer des fleurs
                                            Me parler que de moi
                                            Des éloges à haute voix
                                            Des roses pour me féliciter
                                            D'être moi

                                            Des roses, des roses que je ne t'enverrai pas
                                            Des roses, des roses que je ne t'enverrai pas ...


[ à suivre ]

 


      Deux données attirent l'attention :

      1) Sauf dans la conclusion, les verbes sont le plus souvent à la forme pronominale et plus précisément réfléchie : le sujet de l'action est le même que celui sur lequel l'action s'exerce. Si on les garde à l'infinitif, cela donne :

me faire du bien
me faire couler un bain
m'envoyer des fleurs
me parler que de moi
me féliciter d'être moi
me regarder
m'éplucher dans le miroir
m'adorer de bout en bout
me désirer
m'inventer des tentations

      2)  Ces actions sont le résultat d'une décision : "j'ai décidé de", repris dans le refrain par "je vais". Ces verbes présupposent un changement par rapport à une attitude antérieure qui était vraisemblablement de NE PAS exercer sur soi-même de telles actions.

      Comme celles-ci sont toutes connotées positivement (ce que résume "me faire du bien"), l'analyse globale s'oriente vers l'un des parlers subjectifs (subjilectes) proposés par l'A.L.S. : le parler constructeur, dans lequel le sujet passe du point de vue extraverti où il se traite négativement (ce qui peut aller jusqu'à l'autodestruction) au point de vue introverti où il se traite positivement, comme un objet précieux dont il faut prendre soin.

      Mais là où ce qui succède à la décision devrait relever uniquement du point de vue introverti, l'analyse détaillée révèle au contraire une intrication entre point de vue introverti et point de vue extraverti (nous incluons à présent les formes non réfléchies) :

me faire du bien B+, donc point de vue I
me faire couler un bain A+, donc point de vue E
étaler toutes mes photos d'moi A+, donc point de vue E
les commenter de haut en bas B+, donc point de vue I
m'envoyer des fleurs A+ au mot à mot, donc point de vue E, et à la rigueur B+ donc I au sens "louer, flatter, courtiser"
(ne) me parler que de moi B+, donc point de vue I
me féliciter d'être moi B+, donc point de vue I
me regarder [dans le miroir] B+, donc point de vue I
m'éplucher dans le miroir A+, donc point de vue E
m'adorer de bout en bout B+, donc point de vue I
me désirer B+ dans le contexte, donc point de vue I
m'inventer des tentations A+, donc point de vue E
crouler sous mes émotions A+, donc point de vue E
devenir mon obsession B+, donc point de vue I

      Malgré cette oscillation peu évidente à expliquer, il semble émerger une dominante de "narcissisation" de la locutrice, consécutive à une "décision" (supposition de libre-arbitre). L'A.L.S. fournit une autre explication à ce type de virage dans l'estime de soi :

« • Le parler E → I (« du progrès »), parler de la rédemption, du rachat, de la réparation, avec sa biographie en deux étapes (jeunesse "folle" et âge mûr "rangé"), semble résulter d'un jugement en deux temps du parent, qui rejette au début un enfant non conforme à son attente, puis « se fait une raison », s'en accommode, et remédie au « défaut » naturel par l'éducation, la « formation », la « construction de la personnalité de l'enfant ».

• La langue E → I est celle qui dans la jeunesse favorise le point de vue "extraverti", puis à l'âge mûr le point de vue "introverti". »

      Il suffit en effet, conformément à l'hypothèse de base de l'A.L.S.1 de remonter à la source, et de substituer dans le texte de la chanson le parent au "je" et l'enfant au "me" pour voir apparaître ceci :

                     J'ai décidé [moi, le parent]
                     De lui faire du bien
                     De lui faire couler un bain
                     D'étaler toutes mes photos de lui
                     De les commenter de haut en bas

      Refrain :
                     J'vais lui envoyer des fleurs
                     Me parler que de lui
                     Des éloges à haute voix
                     Des roses pour le féliciter
                     D'être lui
  
                     J'ai décidé
                     De le regarder
                     De l'éplucher dans le miroir
                     De dévoiler tous ses atouts
                     De l'adorer de bout en bout
 
    [Refrain]
                     J'ai décidé
                     De le désirer
                     De lui inventer des tentations
                     Qu'il croule sous ses émotions
                     Qu'il devienne mon obsession

    [Refrain]

(1) L'enfant, une fois identifié au texte du désir parental, qualifiera et traitera désormais tout objet (y compris lui-même et son parent) comme le parent l'a qualifié et a souhaité le traiter.


       "Qu'il devienne mon obsession" est un énoncé particulièrement intéressant en ce qu'il livre la genèse du parler introverti, assimilable à la personnalité obsession-nelle : c'est d'avoir été l'obsession du parent qui déterminera l'apparition de ce type de symptômes chez l'enfant.


       Reste bien sûr à expliquer au cas par cas, pour toutes les variantes du parler constructeur, l'origine du changement d'appréciation parental qui est à l'origine de la décision de traiter différemment son enfant ...

       Une fausse piste explicative en relation avec les deux derniers vers du texte original sera écartée prochainement, au terme d'une discussion critique
. Vous pouvez àce sujet consulter les deux billets suivants :

 

Un texte de Luce Irigaray

 

Un texte d'Hélène Cixous


[A suivre]



Merci de bien vouloir laisser un commentaire ci-dessous


 


Français

L'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives) est une méthode d’analyse des mots (lexèmes) d’un texte parlé ou écrit, inspirée par la psychanalyse, qui permet, sans recourir au non-verbal (intonations, gestes, mimiques), d’avoir une idée de la personnalité de l’auteur et de ceux qu’il peut espérer persuader ou séduire. C'est une microsémantique du fantasme.

English
A.L.S (Analysis of Subjective Logics) is an analytical method concerned with the words (lexical items) of a spoken or written text. Drawing on psychoanalysis, it allows one, without resorting to the non-verbal (intonations, gestures, mimics, etc.), to get an idea of the personality of the author as well as of those one expects to persuade or to entice.

Deutsch
Die A.L.S (Analyse der Subjektiven Logiken) ist eine Untersuchungsmethode der Wörter (lexikalische Einheiten) eines gesprochenen oder geschriebenen Textes, mit einer Inspiration der Psychoanalyse, der erlaubt, ohne sich an das Nichtverbale (Intonationen, Bewegungen, Mimiken, u.s.w.) zu wenden, eine Idee der Personalität des Autors und derjenigen zu bekommen, die er zu überreden oder zu bezaubern hofft.

Português
A A.L.S. (Análise das Lógicas Subjetivas) é um método de análise das palavras (unidades lexicais) de um texto falado ou escrito, inspirado pela psicanálise, que permite, sem recorrer ao não-verbal (intonações, gestos, mímicas, etc.), ter uma idéia da personalidade do autor e daqueles que ele pode esperar persuadir ou seduzir.

Español
El A.L.S. (Análisis de las Lógicas Subjectivas) es un método de análisis de las palabras (lexemas) de un texto hablado o escrito, inspirado por la psicoanálisis, que permite, sin recurrir al no verbal (intonaciones, gestos, mímicas), tener una idea de la personalidad del autor y de aquellos a los que puede esperar persuadir o seducir.

Italiano
L'A.L.S. (Analisi delle Logiche Soggettive, è un metodo di analisi delle parole ("lexèmes") di un testo parlato o scritto, ispirata per la psicanalisi, che permette, senza ricorrere al no-verbale (intonazioni, gesti, mimici), di avere un'idea della personalità dell'autore e di quelli che può sperare di persuadere o sedurre.



Résumé : Blog de diffusion de textes et de discussions autour de l'Analyse des Logiques Subjectives, méthode linguistique originale d'analyse de discours partant des métaphores courantes et de la psychanalyse.

Abstract : Blog about "Analysis of Subjective Logics ", an original linguistic approach in discourse analysis.


Mots-clé : analyscience, linguistique, analyse de discours, microsémantique du fantasme, métaphore, psychanalyse, Lacan, psychologie, psychologie sociale, psychose, paranoïa, schizophrénie, rhétorique, argumentation, épistémologie, poésie, littérature, Baudelaire, traduction, malentendu, expressions figées, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, hystérie, obsession, phobie, angoisse, inconscient, fantasme, rêve, rébus, subjiciel, machina subjectiva, cognisème, subjisème

Keywords : analyscience, linguistics, "discourse analysis", metaphor, psychoanalysis, Lacan, psychology, social psychology, psychosis, paranoia, schizophrenia, rhetorics, argumentation, epistemology, poetry, litterature, Baudelaire, translation, misunderstanding, frozen expressions, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, hysteria, fixed idea, phobia, anxiety, the unconscious, dream, rebus, subjiciel, machina subjectiva

Schlüsselwörter : Analyscience, Linguistik, Redeanalyse, Metapher, Psychoanalyse, Lacan, Psychologie, soziale Psychologie, Psychose, Paranoia, Schizophrenie, Rhetorik, Argumentation, Epistemologie, Poesie, Literatur, Baudelaire, Übersetzung, Mißverständnis, starre Ausdrücke, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, Hysterie, Zwangsvorstellung, Phobie, Angst, Unbewusstes, Traum, Rebus, subjiciel, machina subjectiva

Palavras-chaves : analyscience, linguística, análise de discursos, metáfora, psicanálise, Lacan, psicologia, psicologia social, psicose, paranóia, esquizofrenia, retórica, argumentação, epistemologia, poesia, literatura, Baudelaire, tradução, equívoco, expressões bloqueadas, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, histeria, idéia fixada, fobia, inquietude, o inconsciente, sonho, rébus, subjiciel, machina subjectiva

Palabras-clave : analyscience, lingüistica, análisis de discurso, metáfora, psicoanálisis, Lacan, psicología, psicología social, psicosis, paranoïa, esquizofrenia, retórica, argumentación, epistemología, poesía, literatura, Baudelaire, traducción, malentendido, expresiones cuajadas, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, histerismo, obsesión, fobia, angustia, inconsciente, sueño, jeroglífico, subjiciel, machina subjectiva

Parola-chiave : analyscience, linguistica, analisi di discorso, metafora, psicanalisi, Lacan, psicologia, psicologia sociale, psicosi, paranoia, schizofrenia, retorica, argomentazione, epistemologia, poesia, letteratura, Baudelaire, traduzione, malinteso, espressioni idiomatiche, Jean-Claude Milner. , Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, isterismo, ossessione, fobia, angoscia, inconscio, sogno, rebus, subjiciel, machina subjectiva

 

Repost 0
Published by Analogisub - dans Exercices
commenter cet article
8 septembre 2009 2 08 /09 /septembre /2009 14:49


     Le personnage de Grégoire Dupin décrit par Thierry Bataille dans Comment le pape a ruiné ma vie (Calmann-Lévy) évoque-t-il un des profils proposés par l'A.L.S.? Lequel ? Essayez de le caractériser par une analyse des mots du texte en séries, valeurs, points de vue.

     Il y a quelques petits pièges (des exceptions) ... et d'autre part la fin du passage devrait évoquer quelque chose de précis à ceux qui ont lu les tableaux de l'article complet sur l'A.L.S, notamment celui-ci, reproduit sur ce blog (cliquez ici).

 


Lundi : À 7h27, mon radioréveil s'allume à volume sonore moyen et je prête attention à la situation météorologique de l'lle-de-France avant d'écouter les principaux titres de l'actualité d'une oreille vigilante.

Dans la cuisine, j'appuie sur le bouton de la cafetière électrique que j'ai remplie la veille au soir de café décaféiné moulu. Je me sens bien. Je n'ai mal nulle part. Le temps maussade que j'entraperçois à travers les rideaux de tulle m'importe peu.

Après une douche, je me vêts, costume sombre, chemise blanche, cravate unie, et je me rends jusqu'au ministère, où mon bureau se trouve au troisième étage. Je salue de la tête, par ordre d'apparition, policiers, huissiers, employés, et ma secrétaire particulière, Mme Lambert, qui me donne les rendez-vous de la journée. Ceux-ci se succèdent avec une régularité de bon aloi — chaque rendez-vous fixé à une demi-heure, règle qui convient parfaitement au fonctionnement du service public.

À 13 heures, je me lave les mains dans la petite salle d'eau qui jouxte mon bureau. Le miroir me renvoie mon reflet, que j'examine furtivement. Je suis grand et mince, brun, une petite ride sépare mon front en deux, de la racine des cheveux, que j'ai en abondance quoique coupés assez court, jusqu'à la racine du nez.

Ce mot, racine, me plaît. J'ai le sentiment, à cet instant précis, d'être ancré dans une réalité consistante. Je suis fonctionnaire – et j'aime aussi cette idée d'avoir une fonction. HAUT fonctionnaire. J'ai fait des études dans une GRANDE école.

Je déjeune avec un conseiller du Premier ministre que j'ai rencontré à plusieurs reprises. Il m'exprime sa satisfaction du chemin parcouru tandis que je coupe en fines lamelles ma bavette filandreuse. Nous buvons de l'eau minérale. Nous disons préférer les légumes, malgré le bœuf dans nos assiettes. Nous parlons de salmonelle, de dioxine, de listériose, d'encéphalopathie spongi-forme, de réglementations communautaires indis-pensables. Avant les cafés, décaféiné pour moi, il me félicite pour ma prochaine promotion. Ai-je davantage d'informations à ce sujet? Pas pour le moment. « Mais je vous en ferai part en temps et heure. » Il sourit à ma formule un peu désuète et se demande sans doute quel degré d'ironie je mets dans mes propos.

J'ai à moitié mal au cœur. Ce n'est pas seulement à cause du vin, que je suis pourtant peu habitué à boire en si grande quantité. Ma tempérance s'est exercée dans toutes les directions, jusque-là. Mes cinq sens ont été peu sollicités. Et toujours sans excès.

Ouïe : j'aime la musique classique, et plutôt Mozart que Berlioz. U2 aussi, mais surtout quand Bono chante One, Staring at the Sun ou In a Little Mile.. Ainsi que quelques autres slows beaucoup plus anciens: Whiter Shade of Pale (Procol Harum), Sympathy (Rare Bird), Lady d'Arbanville (Cat Stevens, rebaptisé depuis Yusuf Islam et ayant soutenu en son temps la fatwa contre Salman Rushdie) ou A Song for Europe (Roxy Music).

Goût : je préfère la viande blanche et les fromages aseptisés à pâte molle.

Odorat : je suis prompt à m'enrhumer pour empêcher les odeurs trop fortes de m'assaillir.

Toucher : je ne pratique même l'onanisme qu'avec parcimonie, me méfiant de tous les ismes, ainsi que le disait Vladimir Jankélévitch.

Vue : je mets des lunettes de soleil aux premiers beaux jours, sans coquetterie, mais par crainte d'attraper une conjonctivite.

Voilà l'homme que Palma Risi a devant elle. Et cependant, elle me demande de l'accompagner chez des amis pour dîner.

      Voici à présent le texte annoté quant aux séries et aux valeurs.

      Le texte est marqué selon les conventions d'usage (italique = série A, gras = série B,   italigras : parler E→I, grasitalique : mot du parler hésitant ou mot mixte avec traits A et traits B, souligné =  mot valorisé par l'auteur, non souligné = mot dévalorisé par l'auteur). 


Lundi : À 7h27, mon radioréveil s'allume à volume sonore moyen et je prête attention à la situation météorologique de l'lle-de-France avant d'écouter les principaux titres de l'actualité d'une oreille vigilante.

Dans la cuisine, j'appuie sur le bouton de la cafetière électrique que j'ai remplie la veille au soir de café décaféiné moulu. Je me sens bien. Je n'ai mal nulle part. Le temps maussade que j'entraperçois à travers les rideaux de tulle m'importe peu.

Après une douche, je me vêts, costume sombre, chemise blanche, cravate unie, et je me rends jusqu'au ministère, où mon bureau se trouve au troisième étage. Je salue de la tête, par ordre d'apparition, policiers, huissiers, employés, et ma secrétaire particulière, Mme Lambert, qui me donne les rendez-vous de la journée. Ceux-ci se succèdent avec une régularité de bon aloi — chaque rendez-vous fixé à une demi-heure, règle qui convient parfaitement au fonctionnement du service public.

À 13 heures, je me lave les mains dans la petite salle d'eau qui jouxte mon bureau. Le miroir me renvoie mon reflet, que j'examine furtivement. Je suis grand et mince, brun, une petite ride sépare mon front en deux, de la racine des cheveux, que j'ai en abondance quoique coupés assez court, jusqu'à la racine du nez.

Ce mot, racine, me plaît. J'ai le sentiment, à cet instant précis, d'être ancré dans une réalité consistante. Je suis fonctionnaire – et j'aime aussi cette idée d'avoir une fonction. HAUT fonctionnaire. J'ai fait des études dans une GRANDE école.

Je déjeune avec un conseiller du Premier ministre que j'ai rencontré à plusieurs reprises. Il m'exprime sa satisfaction du chemin parcouru tandis que je coupe en fines lamelles ma bavette filandreuse. Nous buvons de l'eau minérale. Nous disons préférer les légumes, malgré le bœuf dans nos assiettes. Nous parlons de salmonelle, de dioxine, de listériose, d'encéphalopathie spongiforme, de réglementations communautaires indispensables. Avant les cafés, décaféiné pour moi, il me félicite pour ma prochaine promotion. Ai-je davantage d'informations à ce sujet? Pas pour le moment. « Mais je vous en ferai part en temps et heure. » Il sourit à ma formule un peu désuète et se demande sans doute quel degré d'ironie je mets dans mes propos.

J'ai à moitié mal au cœur. Ce n'est pas seulement à cause du vin, que je suis pourtant peu habitué à boire en si grande quantité. Ma tempérance s'est exercée dans toutes les directions, jusque-là. Mes cinq sens ont été peu sollicités. Et toujours sans excès.

Ouïe
: j'aime la musique classique, et plutôt Mozart que Berlioz. U2 aussi, mais surtout quand Bono chante One, Staring at the Sun ou In a Little Mile.. Ainsi que quelques autres slows beaucoup plus anciens : Whiter Shade of Pale (Procol Harum), Sympathy (Rare Bird), Lady d'Arbanville (Cat Stevens, rebaptisé depuis Yusuf Islam et ayant soutenu en son temps la fatwa contre Salman Rushdie) ou A Song for Europe (Roxy Music).

Goût : je préfère la viande blanche et les fromages aseptisés à pâte molle.

Odorat : je suis prompt à m'enrhumer pour empêcher les odeurs trop fortes de m'assaillir.

Toucher : je ne pratique même l'onanisme qu'avec parcimonie, me méfiant de tous les ismes, ainsi que le disait Vladimir Jankélévitch.

Vue : je mets des lunettes de soleil aux premiers beaux jours, sans coquetterie, mais par crainte d'attraper une conjonctivite.

Voilà l'homme que Palma Risi a devant elle. Et cependant, elle me demande de l'accompagner chez des amis pour dîner.

Début du corrigé :

On constate l'abondance de mots de la série B valorisés, ce qui signe le point de vue introverti , et comme le montre la suite du livre, le portrait du personnage décrit un état permanent. Il s'agit donc ici du parler conservateur ("personnalité obsessionnelle" des psychiatres, que l'on retrouve chez Camus dans le personnage de Joseph Grand) :

volume sonore moyen
prêter attention
oreille vigilante
cafetière remplie la veille au soir (il est prévoyant)
café décaféiné (voir infra)
le temps maussade m'importe peu (il est insensible à l'extérieur, alors qu'un "extraverti" s'en plaindrait)
costume sombre
chemise blanche
cravate unie
par ordre d'apparition
régularité de bon aloi
rendez-vous fixé à une demi-heure
règle qui convient parfaitement au fonctionnement du service public.
petite salle d'eau (comme il s'agit d'une fiction, on peut supposer que l'auteur ajoute cet adjectif non par souci d'une description exacte, mais pour renforcer le côté petit, étriqué, voire mesquin du personnage). 
le miroir me renvoie mon reflet, que j'examine (voir dans le billet "Communication linguistique et spéculairel'identification obsessionnelle, notamment le § "L'obsessionnel se plaît aux réflexions spéculaires")
cheveux coupés assez court
le mot, racine, me plaît
être ancré dans une réalité consistante
fonctionnaire
j'aime
cette idée d'avoir une fonction


Quelques exceptions

douche, se laver les mains : les locuteurs deu parler conservateur sont plutôt hydrophobes, sauf T.O.C.s surajoutés ! Le grand public, et peut-être ici l'auteur, confond souvent les obsessionnels, sales sauf exception, avec les phobiques des mibrobes, point que nous développerons bientôt sur ce blog ... Douche et lavage sont au contraire le fait des locuteurs "extravertis".
furtivement : dans le billet cité plus haut on voit que pour l'obsessionnel l'image est à contempler
grand et mince(et non petit et maigre comme le prédirait l'A.L.S. ; intention précise ou oubli de l'auteur ?)
HAUT fonctionnaire, GRANDE école : ne collent pas avec le profil professionnel peu ambitieux de l'obsessionnel, mieux décrit par Camus avec Joseph Grand)

Fin du passage 

     Très significative, elle doit évoquer aux lecteurs des tableaux de l'article complet sur l'A.L.S, celui qui porte sur les atomes de sens A et B concrets. Il est en effet mentionné : "Le classement en « domaines » correspondant aux cinq sens n'a qu'une valeur de repérage pratique. L'adjectif (ou sa périphrase) en gras italique qualifie la majoration  ou la minoration de chaque sensation" :

- majoration (série A) valorisée dans le point de vue extraverti et le parler Changement/destruction (goût pour les sensations fortes, donc le "sensationnel")

- minoration (série B) valorisée dans le point de vue introverti et le parler conservateur (évitement des sensations fortes, des chocs sensoriels et émotionnels).

     Or justement Grégoire Dupin (son nom lui-même sonne vieillot, désuet) nous dit : 

"Ma tempérance s'est exercée dans toutes les directions, jusque-là. Mes cinq sens ont été peu sollicités. Et toujours
sans excès."

     Et, comme dans notre tableau, il énumère sens après sens cette tempérance synonyme de modération voire de minoration, avec des mots de la série B valorisés, donc encore et toujours du point de vue introverti :

Ouïe :
classique,
plutôt Mozart que Berlioz (Mozart est plus ancien)
quelques autres slows ("slow" = "lent" en anglais)
beaucoup plus anciens

Goût :
viande (trait "protéique" et "nourrissant")
blanche
fromages
(trait "protéique" et "nourrissant" ; beaucoup d'extravertis ne peuvent absorber ni lait ni fromage)
aseptisés
à pâte molle : exception sans explication plausible (normalement les introvertis aiment la croûte dure des fromages, que les extravertis écartent soigneusement). Tout ceci sera abordé dans un billet spécial, puisque l'article sur l'A.L.S. affiche en exergue "Des goûts et des couleurs on peut enfin discuter ...")

Odorat :
m'enrhumer (donc se boucher le nez, penser aux trois singes qui se bouchent les yeux et les oreilles pour que rien n'entre, et la gueule pour que rien ne sorte)
empêcher les odeurs trop fortes (A-) de m'assaillir (A-).

Toucher :
je pratique l'onanisme : auto-érotisme, dispensant du recours à l'autre
avec parcimonie : où l'avarice et le refus de s'épancher vont-ils se nicher !!!
me méfiant de tous les ismes : confiance en soi, méfiance envers les idéologies extérieures 

Vue :
lunettes de soleil : atténuent la luminosité
premiers beaux jours : qui font à l'inverse se ruer dehors les extravertis, vers le soleil ami
sans coquetterie : pas de fime, de recherche du look chez l'introverti
par crainte d'une conjonctivite : inflammation de la conjonctive ; le soleil est un ennemi


D'autres analyses d'extraits de poésie et littérature :

Application de l'A.L.S. au corpus des Fleurs du Mal de Ch. Baudelaire

Mallarmé mal aimé ?

La personnalité de Cyrano vue par l'A.L.S.

Un passage de "Cyrano de Bergerac", d'Edmond Rostand

La tirade des "Non merci !" de Cyrano de Bergerac


Un personnage d'Albert Camus à "diagnostiquer"

Une citation d'Antonin Artaud

Un texte d'Hélène Cixous


Un texte de Luce Irigaray

Un "Manifeste" de Witold Gombrowicz

Un texte d'Henry de Montherlant

Baudelaire : Notes nouvelles sur Edgar Poe

Quelle est la "personnalité" de Du Bellay ?

De Du Bellay à Piaf : regretter ou non ?

L'avant-lire et les préfaces de "Le libertinage", d'Aragon

Une courte critique littéraire à analyser

Une chanson de Georges Brassens, "Le pornographe"


Passage extrait du livre de H. Miller "Le monde du sexe"

Application de l'A.L.S. à la traduction




[ À suivre ]




Merci de bien vouloir laisser un commentaire ci-dessous




Français

L'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives) est une méthode d’analyse des mots (lexèmes) d’un texte parlé ou écrit, inspirée par la psychanalyse, qui permet, sans recourir au non-verbal (intonations, gestes, mimiques), d’avoir une idée de la personnalité de l’auteur et de ceux qu’il peut espérer persuader ou séduire.

English
A.L.S (Analysis of Subjective Logics) is an analytical method concerned with the words (lexical items) of a spoken or written text. Drawing on psychoanalysis, it allows one, without resorting to the non-verbal (intonations, gestures, mimics, etc.), to get an idea of the personality of the author as well as of those one expects to persuade or to entice.

Deutsch
Die A.L.S (Analyse der Subjektiven Logiken) ist eine Untersuchungsmethode der Wörter (lexikalische Einheiten) eines gesprochenen oder geschriebenen Textes, mit einer Inspiration der Psychoanalyse, der erlaubt, ohne sich an das Nichtverbale (Intonationen, Bewegungen, Mimiken, u.s.w.) zu wenden, eine Idee der Personalität des Autors und derjenigen zu bekommen, die er zu überreden oder zu bezaubern hofft.

Português
A A.L.S. (Análise das Lógicas Subjetivas) é um método de análise das palavras (unidades lexicais) de um texto falado ou escrito, inspirado pela psicanálise, que permite, sem recorrer ao não-verbal (intonações, gestos, mímicas, etc.), ter uma idéia da personalidade do autor e daqueles que ele pode esperar persuadir ou seduzir.

Español
El A.L.S. (Análisis de las Lógicas Subjectivas) es un método de análisis de las palabras (lexemas) de un texto hablado o escrito, inspirado por la psicoanálisis, que permite, sin recurrir al no verbal (intonaciones, gestos, mímicas), tener una idea de la personalidad del autor y de aquellos a los que puede esperar persuadir o seducir.

Italiano
L'A.L.S. (Analisi delle Logiche Soggettive, è un metodo di analisi delle parole ("lexèmes") di un testo parlato o scritto, ispirata per la psicanalisi, che permette, senza ricorrere al no-verbale (intonazioni, gesti, mimici), di avere un'idea della personalità dell'autore e di quelli che può sperare di persuadere o sedurre.




Résumé
: Blog de diffusion de textes et de discussions autour de l'Analyse des Logiques Subjectives, méthode linguistique originale d'analyse de discours partant des métaphores courantes et de la psychanalyse.

Abstract : Blog about "Analysis of Subjective Logics ", an original linguistic approach in discourse analysis.


Mots-clé : analyscience, linguistique, analyse de discours, métaphore, psychanalyse, Lacan, psychologie, psychologie sociale, psychose, paranoïa, schizophrénie, rhétorique, argumentation, épistémologie, poésie, littérature, Baudelaire, traduction, malentendu, expressions figées, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, hystérie, obsession, phobie, angoisse, inconscient, rêve, rébus, subjiciel, machina subjectiva

Keywords : analyscience, linguistics, "discourse analysis", metaphor, psychoanalysis, Lacan, psychology, social psychology, psychosis, paranoia, schizophrenia, rhetorics, argumentation, epistemology, poetry, litterature, Baudelaire, translation, misunderstanding, frozen expressions, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, hysteria, fixed idea, phobia, anxiety, the unconscious, dream, rebus, subjiciel, machina subjectiva

Schlüsselwörter : Analyscience, Linguistik, Redeanalyse, Metapher, Psychoanalyse, Lacan, Psychologie, soziale Psychologie, Psychose, Paranoia, Schizophrenie, Rhetorik, Argumentation, Epistemologie, Poesie, Literatur, Baudelaire, Übersetzung, Mißverständnis, starre Ausdrücke, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, Hysterie, Zwangsvorstellung, Phobie, Angst, Unbewusstes, Traum, Rebus, subjiciel, machina subjectiva

Palavras-chaves : analyscience, linguística, análise de discursos, metáfora, psicanálise, Lacan, psicologia, psicologia social, psicose, paranóia, esquizofrenia, retórica, argumentação, epistemologia, poesia, literatura, Baudelaire, tradução, equívoco, expressões bloqueadas, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, histeria, idéia fixada, fobia, inquietude, o inconsciente, sonho, rébus, subjiciel, machina subjectiva

Palabras-clave : analyscience, lingüistica, análisis de discurso, metáfora, psicoanálisis, Lacan, psicología, psicología social, psicosis, paranoïa, esquizofrenia, retórica, argumentación, epistemología, poesía, literatura, Baudelaire, traducción, malentendido, expresiones cuajadas, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, histerismo, obsesión, fobia, angustia, inconsciente, sueño, jeroglífico, subjiciel, machina subjectiva

Parola-chiave : analyscience, linguistica, analisi di discorso, metafora, psicanalisi, Lacan, psicologia, psicologia sociale, psicosi, paranoia, schizofrenia, retorica, argomentazione, epistemologia, poesia, letteratura, Baudelaire, traduzione, malinteso, espressioni idiomatiche, Jean-Claude Milner. , Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, isterismo, ossessione, fobia, angoscia, inconscio, sogno, rebus, subjiciel, machina subjectiva

Repost 0
Published by Analogisub - dans Exercices
commenter cet article
22 août 2009 6 22 /08 /août /2009 21:00


     La communauté "AUTOUR D'ALBERT CAMUS" me fait l'honneur d'accepter mon blog en son sein. Je redirige vers cette communauté ce billet sur Camus écrit il y a quelque temps :

     Le personnage de Joseph Grand décrit par Camus dans La peste évoque-t-il un des profils proposés par l'
A.L.S.? Lequel ? Essayez de le caractériser par une analyse des mots du texte en séries, valeurs, points de vue. Il y a quelques petits pièges ...

     Voici le début du corrigé :  le texte est marqué (italique = série A, gras = série B, souligné = ici non pas mot valorisé par le locuteur, mais mot considéré par Camus comme s'appliquant au personnage) :

      « ... le docteur s'aperçut qu'il pensait à Grand: [...] "C'est le genre d'homme qui est épargné dans ces cas-là". Il se souvenait d'avoir lu que la peste épargnait les constitutions faibles et détruisait surtout les complexions vigoureuses. Et continuant d'y penser, le docteur trouvait à l'employé un air de petit mystère.
      A première vue, en effet, Joseph Grand n'était rien de plus que le petit employé de mairie dont il avait l'allure. Long et maigre, il flottait au milieu de ses vêtements qu'il choisissait toujours trop grands, dans l'illusion qu'ils lui feraient plus d'usage. S'il gardait encore la plupart de ses dents sur les gencives inférieures, il avait perdu en revanche celles de la mâchoire supérieure. Son sourire, qui relevait surtout la lèvre du haut, lui donnait ainsi une bouche d'ombre. Si l'on ajoute à ce portrait une démarche de séminariste, l'art de raser les murs et de se glisser dans les portes, un parfum de cave et de fumée, toutes les mines de l'insignifiance, on reconnaîtra que l'on ne pouvait pas l'imaginer ailleurs que devant un bureau, appliqué à réviser les tarifs des bains-douches de la ville ou à réunir pour un jeune rédacteur les éléments d'un rapport concernant la nouvelle taxe sur l'enlèvement des ordures ménagères. Même pour un esprit non prévenu, il semblait avoir été mis au monde pour exercer les fonctions discrètes mais indispensables d'auxiliaire municipal temporaire à soixante-deux francs trente par jour.
      [ ... ]
      Le salaire de Grand, malgré quelques augmentations générales, était encore dérisoire.
      [ ... ]
      C'est ici que se place l'originalité de Grand, ou du moins l'un de ses signes. Il eût pu en effet faire valoir, sinon des droits dont il n'était pas sûr, du moins les assurances qu'on lui avait données. Mais, d'abord, le chef de bureau qui l'avait engagé était mort depuis longtemps et l'employé, au demeurant, ne souvenait pas des termes exacts de la promesse qui lui avait été faite. Enfin, et surtout, Josef Grand ne trouvait pas ses mots.
      C'est cette particularité qui peignait le mieux notre concitoyen, comme Rieux put le remarquer. C'est elle en effet qui l'empêchait toujours d'écrire la lettre de réclamation qu'il méditait, ou de faire la démarche que les circonstances exigeaient. A l'en croire, il se sentait particulièrement empêché d'employer le mot "droit" sur lequel il n'était pas ferme, ni celui de "promesse" qui aurait impliqué qu'il réclamait son et aurait par conséquent revêtu un caractère de hardiesse, peu compatible avec la modestie des fonctions qu'il occupait. D'un autre côté, il se refusait à utiliser les termes de "bienveillance", "solliciter", "gratitude", dont il estimait qu'ils ne se conciliaient pas avec sa dignité personnelle. C'est ainsi que, faute de trouver le mot juste, notre concitoyen continua d'exercer ses obscures fonctions  jusqu'à un âge assez avancé.
      Au reste, et toujours selon ce qu'il disait au docteur Rieux, il s'aperçut à l'usage que sa  vie matérielle était assurée, de toute façon, puisqu'il lui suffisait, après tout, d'adapter ses besoins à ses ressources. Il reconnut ainsi la justesse d'un des mots favori du maire,  gros industriel de notre ville, lequel affirmait avec force, que finallement ... on n'avait jamais vu personne mourir de faim. Dans tous les cas, la vie quasi ascétique que menait Joseph Grand l'avait finalement, en effet, délivré de tout souci de cet ordre. Il continuait de chercher ses mots.
      Dans un certain sens, on peut bien dire que sa vie était exemplaire. Il était de ces hommes, rares dans notre ville comme ailleurs, qui ont toujours le courage de leurs bons sentiments. Le peu qu'il confiait de lui témoignait en effet de bontés et attachements qu'on n'ose pas avouer de nos jours. Il ne rougissait pas de convenir qu'il aimait ses neveux et sa sœur, seul parent qu'il eût gardé et qu'il allait, tous les deux ans, visiter en France. Il reconnaissait que le souvenir de ses parents, morts alors qu'il était encore jeune, lui donnait du chagrin. Il ne refusait pas d'admettre qu'il aimait par-dessus tout une certaine cloche de son quartier qui résonnait doucement vers cinq heures du soir. Mais pour évoquer des émotions si simples cependant, le moindre mot lui coûtait mille peines. Finalement, cette difficulté avait fait son plus grand souci.
"Ah docteur, disait-il, je voudrais bien apprendre à m'exprimer." Il en parlait à Rieux chaque fois qu'il le rencontrait. »


Réponse : Camus a réussi dans ce passage, à travers le personnage fictif de Joseph Grand, à donner une description presque exemplaire du locuteur Introverti. Nous en fournirons très bientôt l'analyse mot-à-mot.

 

 

...................................

 


      Exercice différent, toujours sur La peste de Camus. Voici quelques passages où il s'agit cette fois de diagnostiquer le point de vue (au sens de l'A.L.S) non plus d'un personnage, mais du narrateur Camus lui-même en analysant la sémantique de ses métaphores.

       Voici le début du corrigé :  le texte est marqué (italique = série A, gras = série B, souligné =  mot valorisé par le locuteur, Camus ; par conséquent les mots non soulignés sont pour Camus péjoratifs) :

       « Le juge roulait un peu ses yeux ronds et essayait d'aplatir une de ses touffes. Rieux le regardait. Il n'était pas possible que dans ces yeux durs et plats une douceur s'installât soudain. Mais ils étaient devenus plus brumeux, ils avaient perdu leur pureté de métal. »

       « En réalité, dans le voile opaque qui, depuis des mois, entourait la ville, une déchirure venait de se faire et, tous les lundis, chacun pouvait constater par les nouvelles de la radio, que la déchirure s'agrandissait et qu'enfin il allait être permis de respirer. »

 
      « Chez les autres au contraire ... après ce long temps de claustration et d'abattement, le vent d'espoir qui se levait avait allumé une fièvre et une impatience qui leur enlevaient toute maîtrise d'eux-mêmes. »

 
      « Pour le moment, la ville entière s'ébranlait, quittait ses lieux clos, sombres et immobiles, où elle avait jeté ses racines de pierre et se mettait enfin en marche avec son chargement de survivants. »

Réponse : Albert Camus parle, dans ces quatre passages,  du "point de vue" Extraverti, ce qui bien sûr ne préjuge pas (il faudrait travailler sur les interviews et professions de foi de Camus) du fait qu'il soit ou non lui-même un locuteur du parler Extraverti ... Nous donnerons très bientôt l'analyse mot-à-mot de ces extraits.

 

Et nous tenterons de montrer, dans un nouvel article à paraître bientôt, que Camus parle le plus souvent le "parler hésitant" ("I ou E") à rattacher à la structure (ou "personnalité") phobique. À l'appui de cette thèse, citons les propos de Benjamin Stora dans un article du quotidien La Provence daté du 7 septembre 2013 :

 

" Question :

Pourquoi autant de personnes s'identifient-elles à Camus ?

 

  Réponse : 

Parce qu'il est dans l'ambiguïté, l'hybridité. C'est un personnage de l'entre-deux qui est au cœur de la Méditerranée. "

 

Petite confirmation du "parler hésitant" chez Camus, cet extrait de ses carnets :

"Personne plus que moi n'a désiré l'harmonie, l'abandon, l'équilibre définitif, mais il m'a toujours fallu y tendre à travers les chemins les plus raides, le désordre, les luttes."
Albert Camus [Carnets]


                      "harmonie" : série B, valorisé ("désiré ") -> point de vue I
                      "abandon" : série A, valorisé ("désiré ") -> point de vue E
                      "équilibre" : en principe série B, valorisé mais ici pourrait faire simplement allusion à l'équilibre entre point de vue E et point de vue I
                      "chemins les plus raides": série B, dévalorisé -> point de vue E
                      "désordre" : série A, dévalorisé -> point de vue I
                      "luttes" : série A, valorisé ? dévalorisé ? -> point de vue ?

 

 

* * * * *

 

D'autres analyses d'extraits de poésie et littérature :

Application de l'A.L.S. au corpus des Fleurs du Mal de Ch. Baudelaire

Mallarmé mal aimé ?

 

La personnalité de Cyrano vue par l'A.L.S.

 

Un passage de "Cyrano de Bergerac", d'Edmond Rostand

 

La tirade des "Non merci !" de Cyrano de Bergerac

Une citation d'Antonin Artaud

Un texte d'Hélène Cixous

Un texte de Luce Irigaray

Un "Manifeste" de Witold Gombrowicz

Un texte d'Henry de Montherlant

Baudelaire : Notes nouvelles sur Edgar Poe

Quelle est la "personnalité" de Du Bellay ?

De Du Bellay à Piaf : regretter ou non ?

L'avant-lire et les préfaces de "Le libertinage", d'Aragon

Une courte critique littéraire à analyser

Une chanson de Georges Brassens, "Le pornographe"

Passage extrait du livre de H. Miller "Le monde du sexe"

Application de l'A.L.S. à la traduction

 

 

 

 [ à suivre ]

 

 


      ****** N'oubliez pas de visiter le reste de ce site ! ******

 

 

 

 

 


 

 

Merci de bien vouloir laisser un commentaire ci-dessous



Français
L'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives) est une méthode d’analyse des mots (lexèmes) d’un texte parlé ou écrit, inspirée par la psychanalyse, qui permet, sans recourir au non-verbal (intonations, gestes, mimiques), d’avoir une idée de la personnalité de l’auteur et de ceux qu’il peut espérer persuader ou séduire.

English
A.L.S (
Analysis of Subjective Logics) is an analytical method concerned with the words (lexical items) of a spoken or written text. Drawing on psychoanalysis, it allows one, without resorting to the non-verbal (intonations, gestures, mimics, etc.), to get an idea of the personality of the author as well as of those one expects to persuade or to entice.

Deutsch
Die A.L.S (Analyse der Subjektiven Logiken) ist eine Untersuchungsmethode der Wörter (lexikalische Einheiten) eines gesprochenen oder geschriebenen Textes, mit einer Inspiration der Psychoanalyse, der erlaubt, ohne sich an das Nichtverbale (Intonationen, Bewegungen, Mimiken, u.s.w.) zu wenden, eine Idee der Personalität des Autors und derjenigen zu bekommen, die er zu überreden oder zu bezaubern hofft.

Português
A A.L.S. (
Análise das Lógicas Subjetivas) é um método de análise das palavras (unidades lexicais) de um texto falado ou escrito, inspirado pela psicanálise, que permite, sem recorrer ao não-verbal (intonações, gestos, mímicas, etc.), ter uma idéia da personalidade do autor e daqueles que ele pode esperar persuadir ou seduzir.

Español
El A.L.S. (Análisis de las Lógicas Subjectivas) es un método de análisis de las palabras (lexemas) de un texto hablado o escrito, inspirado por la psicoanálisis, que permite, sin recurrir al no verbal (intonaciones, gestos, mímicas), tener una idea de la personalidad del autor y de aquellos a los que puede esperar persuadir o seducir.

Italiano
L'A.L.S. (Analisi delle Logiche Soggettive, è un metodo di analisi delle parole ("lexèmes") di un testo parlato o scritto, ispirata per la psicanalisi, che permette, senza ricorrere al no-verbale (intonazioni, gesti, mimici), di avere un'idea della personalità dell'autore e di quelli che può sperare di persuadere o sedurre.

 

 


 

 

 
Résumé : Blog de diffusion de textes et de discussions autour de l'Analyse des Logiques Subjectives, méthode linguistique originale d'analyse de discours partant des métaphores courantes et de la psychanalyse.

Abstract : Blog about "Analysis of Subjective Logics ", an original linguistic approach in discourse analysis.



Mots-clé : analyscience, linguistique, analyse de discours, métaphore, psychanalyse, Lacan, psychologie, psychologie sociale, psychose, paranoïa, schizophrénie, rhétorique, argumentation, épistémologie, poésie, littérature, Baudelaire, traduction, malentendu, expressions figées, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, hystérie, obsession, phobie, angoisse, inconscient, rêve, rébus, subjiciel, machina subjectiva

Keywords : analyscience, linguistics, "discourse analysis", metaphor, psychoanalysis, Lacan, psychology, social psychology, psychosis, paranoia, schizophrenia, rhetorics, argumentation, epistemology, poetry, litterature, Baudelaire, translation, misunderstanding, frozen expressions, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, hysteria, fixed idea, phobia, anxiety, the unconscious, dream, rebus, subjiciel, machina subjectiva

Schlüsselwörter : Analyscience, Linguistik, Redeanalyse, Metapher, Psychoanalyse, Lacan, Psychologie, soziale Psychologie, Psychose, Paranoia, Schizophrenie, Rhetorik, Argumentation, Epistemologie, Poesie, Literatur, Baudelaire, Übersetzung, Mißverständnis, starre Ausdrücke, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, Hysterie, Zwangsvorstellung, Phobie, Angst, Unbewusstes, Traum, Rebus, subjiciel, machina subjectiva

Palavras-chaves : analyscience, linguística, análise de discursos, metáfora, psicanálise, Lacan, psicologia, psicologia social, psicose, paranóia, esquizofrenia, retórica, argumentação, epistemologia, poesia, literatura, Baudelaire, tradução, equívoco, expressões bloqueadas, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, histeria, idéia fixada, fobia, inquietude, o inconsciente, sonho, rébus, subjiciel, machina subjectiva

Palabras-clave : analyscience, lingüistica, análisis de discurso, metáfora, psicoanálisis, Lacan, psicología, psicología social, psicosis, paranoïa, esquizofrenia, retórica, argumentación, epistemología, poesía, literatura, Baudelaire, traducción, malentendido, expresiones cuajadas, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, histerismo, obsesión, fobia, angustia, inconsciente, sueño, jeroglífico, subjiciel, machina subjectiva

Parola-chiave : analyscience, linguistica, analisi di discorso, metafora, psicanalisi, Lacan, psicologia, psicologia sociale, psicosi, paranoia, schizofrenia, retorica, argomentazione, epistemologia, poesia, letteratura, Baudelaire, traduzione, malinteso, espressioni idiomatiche, Jean-Claude Milner. , Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, isterismo, ossessione, fobia, angoscia, inconscio, sogno, rebus, subjiciel, machina subjectiva

 

http://analogisub.over-blog.com/ Blog scientifique sur l'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives), méthode originale d'analyse de discours partant des métaphores quotidiennes et de la psychanalyse. Applications dans de nombreux domaines des Sciences Humaines et Sociales : linguistique, littérature, poésie, traduction, rhétorique, argumentation, psychologie sociale. Textes, articles, exercices, discussions, dictionnaires. Litterature Tout sur l'Analyse des Logiques Subjectives
Femme

 

Repost 0
Published by analogisub - dans Exercices
commenter cet article
12 juin 2009 5 12 /06 /juin /2009 09:58

 

Ce texte, qui inaugure le livre Économie libidinale de Jean-François Lyotard (1974), est présenté ci-dessous, puis analysé au moyen de l'A.L.S.
 

La grande pellicule éphémère

Ouvrez le prétendu corps et déployez toutes ses surfaces : non seulement la peau avec chacun de ses plis, rides, cicatrices, avec ses grands plans veloutés, et contigus à elle le cuir et sa toison de cheveux, la tendre fourrure pubienne, les mamelons, les ongles, les cornes transparentes sous le talon, la légère friperie, entée de cils, des paupières, mais ouvrez et étalez, explicitez les grandes lèvres, les petites lèvres avec leur réseau bleu et baignées de mucus, dilatez le diaphragme du sphincter anal, coupez longitudinalement et mettez à plat le noir conduit du rectum, puis du côlon, puis du caecum, désormais bandeau à surface toute striée et polluée de merde, avec vos ciseaux de couturière ouvrant la jambe d'un vieux pantalon, allez, donnez jour au prétendu intérieur de l'intestin grêle, au jéjunum, à l'iléon, au duodénum, ou bien à l'autre bout, débridez la bouche aux commissures, déplantez la langue jusqu'à sa lointaine racine et fendez-la, étalez les ailes de chauves-souris du palais et de ses sous-sols humides, ouvrez la trachée et faites-en la membrure d'une coque en construction; armé des bistouris et des pinces les plus fins, démantelez et déposez les faisceaux et les corps de l'encéphale; et puis tout le réseau sanguin intact à plat sur une immense paillasse, et le réseau lymphatique, et les fines pièces osseuses du poignet, de la cheville, démontez et mettez-les bout à bout avec toutes les nappes de tissu nerveux qui enveloppe l'humeur aqueuse et avec le corps caverneux de la verge, et extrayez les grands muscles, les grands filets dorsaux, étendez-les comme des dauphins lisses qui dorment. Faites le travail qu'accomplit le soleil quand votre corps en prend un bain, ou l'herbe.

                                                                    

 

En voici l'analyse, avec la notation habituelle de l'A.L.S. 

 (italique = série A, gras = série B,   italigras : parler E→I, grasitalique : mot du parler hésitant ou mot mixte avec traits A et traits B, souligné =  mot valorisé par l'auteur, non souligné = mot dévalorisé par l'auteur).

 

 

La grande pellicule éphémère

Ouvrez le prétendu corps et déployez toutes ses surfaces : non seulement la peau avec chacun de ses plis, rides, cicatrices, avec ses grands plans veloutés, et contigus à elle le cuir et sa toison de cheveux, la tendre fourrure pubienne, les mamelons, les ongles, les cornes transparentes sous le talon, la légère friperie, entée de cils, des paupières, mais ouvrez et étalez, explicitez les grandes lèvres, les petites lèvres avec leur réseau bleu et baignées de mucus, dilatez le diaphragme du sphincter anal, coupez longitudinalement et mettez à plat le noir conduit du rectum, puis du côlon, puis du caecum, désormais bandeau à surface toute striée et polluée de merde, avec vos ciseaux de couturière ouvrant la jambe d'un vieux pantalon, allez, donnez jour au prétendu intérieur de l'intestin grêle, au jéjunum, à l'iléon, au duodénum, ou bien à l'autre bout, débridez la bouche aux commissures, déplantez la langue jusqu'à sa lointaine racine et fendez-la, étalez les ailes de chauves-souris du palais et de ses sous-sols humides, ouvrez la trachée et faites-en la membrure d'une coque en construction ; armé des bistouris et des pinces les plus fins, démantelez et déposez les faisceaux et les corps de l'encéphale ; et puis tout le réseau sanguin intact à plat sur une immense paillasse, et le réseau lymphatique, et les fines pièces osseuses du poignet, de la cheville, démontez-les et mettez-les bout à bout avec toutes les nappes de tissu nerveux qui enveloppe l'humeur aqueuse et avec le corps caverneux de la verge, et extrayez les grands muscles, les grands filets dorsaux, étendez-les comme des dauphins lisses qui dorment. Faites le travail qu'accomplit le soleil quand votre corps en prend un bain, ou l'herbe.

 

On remarque aisément une dominante de mots de la série A valorisés (en italique souligné), les seuls mots de la série B dévalorisés étant prétendu et intérieur. On notera en particulier les nombreux verbes valorisés de la série A à l'impératif : courtoise invitation certes, mais l'A.L.S y lit l'écho d'une injonction inconsciente tirée du discours du parent sur l'enfant qu'a été l'auteur du texte :

 

Ouvrez, déployez, ouvrez, étalezexplicitezdilatezdonnez jourdébridezdéplantezfendezétalezouvrezdémantelezdémontezétendez

 

C'est donc le point de vue E (Extraverti : A+ = B-) qui domine dans ce texte. Maints autres textes témoignent de la continuation de ce point de vue chez Lyotard, qui se révèle être de ce fait un locuteur du parler "Changement/destruction" comme ses compagnons de route assumés : Deleuze et Guattari...

 

Une courbe très parlante de ce texte sera bientôt publiée...

 

Toujours chez Lyotard, voici un exemple de reformulation d'un parler dans l'autre (cliquer sur le lien pour en voir d'autres) :

Cet exemple est tiré du livre Modernes et après - Les Immatériaux, éditions Autrement, 1985 :

« E. T. —  [à propos de la philosophie] Et il y a ce déclin aujourd'hui, car on s'aperçoit tout d'un coup qu'avec les déplacements d'intérêt, la reine est nue. La nudité de la philo devient décevante.

   J.-F. L. — Oui, si tu veux. Mais plutôt que nudité qui est une bonne chose, je dirais une espèce de sclérose de l'enseignement de la philo dans les institutions ».


(Conventions : série A en italique, série B en grassouligné = valorisé, non-souligné = dévalorisé).

E. T. donne à nue et nudité (série A) une valeur négative, confirmée par l'allusion au conte "le roi est nu" et par l'adjectif décevante. Ceci, joint au mot dévalorisé déclin, montre qu'il adopte (momentanément dans ce dialogue) le point de vue introverti.

J.-F. L. est dans le consensus ("Oui, si tu veux"), mais adoptant (durablement dans ce dialogue) le point de vue extraverti, il valorise la nudité et remplace ce mot A par le mot B sclérose, qu'il dévalorise.

 

 
 

Merci de bien vouloir laisser un commentaire ci-dessous


 

Français
L'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives) est une méthode d’analyse des mots (lexèmes) d’un texte parlé ou écrit, inspirée par la psychanalyse, qui permet, sans recourir au non-verbal (intonations, gestes, mimiques), d’avoir une idée de la personnalité de l’auteur et de ceux qu’il peut espérer persuader ou séduire.

English
A.L.S (
Analysis of Subjective Logics) is an analytical method concerned with the words (lexical items) of a spoken or written text. Drawing on psychoanalysis, it allows one, without resorting to the non-verbal (intonations, gestures, mimics, etc.), to get an idea of the personality of the author as well as of those one expects to persuade or to entice.

Deutsch
Die A.L.S (Analyse der Subjektiven Logiken) ist eine Untersuchungsmethode der Wörter (lexikalische Einheiten) eines gesprochenen oder geschriebenen Textes, mit einer Inspiration der Psychoanalyse, der erlaubt, ohne sich an das Nichtverbale (Intonationen, Bewegungen, Mimiken, u.s.w.) zu wenden, eine Idee der Personalität des Autors und derjenigen zu bekommen, die er zu überreden oder zu bezaubern hofft.

Português
A A.L.S. (
Análise das Lógicas Subjetivas) é um método de análise das palavras (unidades lexicais) de um texto falado ou escrito, inspirado pela psicanálise, que permite, sem recorrer ao não-verbal (intonações, gestos, mímicas, etc.), ter uma idéia da personalidade do autor e daqueles que ele pode esperar persuadir ou seduzir.

Español
El A.L.S. (Análisis de las Lógicas Subjectivas) es un método de análisis de las palabras (lexemas) de un texto hablado o escrito, inspirado por la psicoanálisis, que permite, sin recurrir al no verbal (intonaciones, gestos, mímicas), tener una idea de la personalidad del autor y de aquellos a los que puede esperar persuadir o seducir.

Italiano
L'A.L.S. (Analisi delle Logiche Soggettive, è un metodo di analisi delle parole ("lexèmes") di un testo parlato o scritto, ispirata per la psicanalisi, che permette, senza ricorrere al no-verbale (intonazioni, gesti, mimici), di avere un'idea della personalità dell'autore e di quelli che può sperare di persuadere o sedurre.

 

 
Résumé : Blog de diffusion de textes et de discussions autour de l'Analyse des Logiques Subjectives, méthode linguistique originale d'analyse de discours partant des métaphores courantes et de la psychanalyse.

Abstract : Blog about "Analysis of Subjective Logics ", an original linguistic approach in discourse analysis.


Mots-clé : linguistique, analyse de discours, métaphore, psychanalyse, Lacan, psychologie, psychologie sociale, psychose, paranoïa, schizophrénie, rhétorique, argumentation, épistémologie, poésie, littérature, Baudelaire, traduction, malentendu, expressions figées, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, hystérie, obsession, phobie, angoisse, inconscient, rêve, rébus, subjiciel

Keywords : linguistics, "discourse analysis", metaphor, psychoanalysis, Lacan, psychology, social psychology, psychosis, paranoia, schizophrenia, rhetorics, argumentation, epistemology, poetry, litterature, Baudelaire, translation, misunderstanding, frozen expressions, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche,
hysteria, fixed idea, phobia, anxiety, the unconscious, dream, rebus, subjiciel

Schlüsselwörter : Linguistik, Redeanalyse, Metapher, Psychoanalyse, Lacan, Psychologie, soziale Psychologie, Psychose, Paranoia, Schizophrenie, Rhetorik, Argumentation, Epistemologie, Poesie, Literatur, Baudelaire, Übersetzung, Mißverständnis, starre Ausdrücke, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Hysterie, Zwangsvorstellung, Phobie, Angst, Unbewusstes, Traum, Rebus, subjiciel

Palavras-chaves : linguística, análise de discursos, metáfora, psicanálise, Lacan, psicologia, psicologia social, psicose, paranóia, esquizofrenia, retórica, argumentação, epistemologia, poesia, literatura, Baudelaire, tradução, equívoco, expressões bloqueadas, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, histeria, idéia fixada, fobia, inquietude, o inconsciente, sonho, rébus, subjiciel

Palabras-clave : lingüistica, análisis de discurso, metáfora, psicoanálisis, Lacan, psicología, psicología social, psicosis, paranoïa, esquizofrenia, retórica, argumentación, epistemología, poesía, literatura, Baudelaire, traducción, malentendido, expresiones cuajadas, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, histerismo, obsesión, fobia, angustia, inconsciente, sueño, jeroglífico, subjiciel

Parola-chiave : linguistica, analisi di discorso, metafora, psicanalisi, Lacan, psicologia, psicologia sociale, psicosi, paranoia, schizofrenia, retorica, argomentazione, epistemologia, poesia, letteratura, Baudelaire, traduzione, malinteso, espressioni idiomatiche, Jean-Claude Milner. , Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche,  isterismo, ossessione, fobia, angoscia, inconscio, sogno, rebus, subjiciel
Repost 0
Published by Analogisub - dans Exercices
commenter cet article