Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : TOUT SUR L'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives©)
  • TOUT SUR L'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives©)
  • : Blog scientifique sur l'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives©), méthode originale d'analyse de discours partant des métaphores quotidiennes et de la psychanalyse. Applications dans de nombreux domaines des Sciences Humaines et Sociales : linguistique, littérature (Camus), poésie (Baudelaire), traduction, rhétorique, argumentation, psychologie sociale. Textes, articles, exercices, discussions,dictionnaires.Google+
  • Contact

Mots-clé

Mots-clé : analyscience, linguistique, analyse de discours, sémantique, microsémantique, microsémantique du fantasme, logique de la déraison, lexicologie, subjilecte, métaphore, paradiastole, oxymore, isotopie subjective, axiologie, homonyme, homonymie, pseudosynonyme, pseudosynonymie, psychanalyse, Lacan, Réel Symbolique Imaginaire, psychologie, psychologie sociale, psychose, paranoïa, paranoïaque, schizophrénie, schizophréne, rhétorique, argumentation, épistémologie, logique, logique libre, poésie, littérature, surréalisme, Hocquenghem, Charles Baudelaire, traduction, malentendu, dialogue de sourds, expressions figées, Jean-Jacques Pinto, Jean-Claude Milner, L’Œuvre claire, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, hystérie, hystérique, obsession, obsessionnel, phobie, phobique, angoisse, inconscient, formations de l'inconscient, rêve, rébus, lapsus, oubli, acte manqué, mot d'esprit, interprétation, antiphilosophie, anti-philosophie, Cyrano, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, subjiciel, points de vue, la subjectivité comme artifice, subjectivité, subjectivité artificielle, machina subjectiva, argot, Luce Irigaray, Hélène Cixous, Gilles Deleuze, Félix Guattari, Jean-François Lyotard, homéopsychie, malaise dans la civilisation, propagande, propagande et psychanalyse, psychanalyse et propagande, neurosciences, neurosciences et psychanalyse, psychanalyse et neurosciences, approche logiciste, Jean-Claude Gardin, Jean Molino, cognisème, subjisème, prothèse psychique, identification cognitive, identification subjective, galiléisme, galiléisme étendu, science galiléenne, structuralisme, structure, langage, définition apophatique de la psychanalyse, définition récursive de la psychanalyse

 


Recherche

31 mai 2012 4 31 /05 /mai /2012 18:05

 

L’ANALYSE DES LOGIQUES SUBJECTIVES

colombe.gif 

Une logique de la déraison, une micro-sémantique du fantasme ...

  


 

        Pourquoi cette dénomination double ?

      Parce qu'il existe deux versions de ce parler : une version bénigne et une version maligne, ou si l'on préfère, une version "soft" et une version "hard".

 

      Extrait de mon article sur Psychanalyse et propagande :

 

" (L'A.L.S. décrit) Un parler «changement/destruction» (E → E), correspondant grosso modo à la personnalité hystérique (Célimène... ou Mesrine): «extraverti incorrigible», qui commence «E» et finit «E». Ce parler connaît deux variantes selon que la métaphore est «sublimée» ou passée à l’acte, suivant la gravité du rejet parental. Si la version «bénigne» (changement) peut être socialement encouragée pour sa créativité, sa version «maligne» (destruction) se rencontre chez des sujets portés à l’extrême violence: «ennemis publics», «tueurs en série», «criminels de guerre» ".

 

(à suivre)
(page en construction)



Merci de bien vouloir laisser un commentaire ci-dessous


 


Français

L'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives) est une méthode d’analyse des mots (lexèmes) d’un texte parlé ou écrit, inspirée par la psychanalyse, qui permet, sans recourir au non-verbal (intonations, gestes, mimiques), d’avoir une idée de la personnalité de l’auteur et de ceux qu’il peut espérer persuader ou séduire. C'est une microsémantique du fantasme.

English
A.L.S (Analysis of Subjective Logics) is an analytical method concerned with the words (lexical items) of a spoken or written text. Drawing on psychoanalysis, it allows one, without resorting to the non-verbal (intonations, gestures, mimics, etc.), to get an idea of the personality of the author as well as of those one expects to persuade or to entice.

Deutsch
Die A.L.S (Analyse der Subjektiven Logiken) ist eine Untersuchungsmethode der Wörter (lexikalische Einheiten) eines gesprochenen oder geschriebenen Textes, mit einer Inspiration der Psychoanalyse, der erlaubt, ohne sich an das Nichtverbale (Intonationen, Bewegungen, Mimiken, u.s.w.) zu wenden, eine Idee der Personalität des Autors und derjenigen zu bekommen, die er zu überreden oder zu bezaubern hofft.

Português
A A.L.S. (Análise das Lógicas Subjetivas) é um método de análise das palavras (unidades lexicais) de um texto falado ou escrito, inspirado pela psicanálise, que permite, sem recorrer ao não-verbal (intonações, gestos, mímicas, etc.), ter uma idéia da personalidade do autor e daqueles que ele pode esperar persuadir ou seduzir.

Español
El A.L.S. (Análisis de las Lógicas Subjectivas) es un método de análisis de las palabras (lexemas) de un texto hablado o escrito, inspirado por la psicoanálisis, que permite, sin recurrir al no verbal (intonaciones, gestos, mímicas), tener una idea de la personalidad del autor y de aquellos a los que puede esperar persuadir o seducir.

Italiano
L'A.L.S. (Analisi delle Logiche Soggettive, è un metodo di analisi delle parole ("lexèmes") di un testo parlato o scritto, ispirata per la psicanalisi, che permette, senza ricorrere al no-verbale (intonazioni, gesti, mimici), di avere un'idea della personalità dell'autore e di quelli che può sperare di persuadere o sedurre.



Résumé : Blog de diffusion de textes et de discussions autour de l'Analyse des Logiques Subjectives, méthode linguistique originale d'analyse de discours partant des métaphores courantes et de la psychanalyse.

Abstract : Blog about "Analysis of Subjective Logics ", an original linguistic approach in discourse analysis.


Mots-clé : analyscience, linguistique, analyse de discours, sémantique, microsémantique, microsémantique du fantasme, logique de la déraison, lexicologie, subjilecte, métaphore, paradiastole, isotopie subjective, homonyme, homonymie, pseudosynonyme, pseudosynonymie, psychanalyse, Lacan, Réel Symbolique Imaginaire, psychologie, psychologie sociale, psychose, paranoïa, schizophrénie, rhétorique, argumentation, épistémologie, logique, logique libre, poésie, littérature, surréalisme, antiphilosophie, Charles Baudelaire, traduction, malentendu, dialogue de sourds, expressions figées, Jean-Jacques Pinto, Jean-Claude Milner, L’Œuvre claire, Albert Camus, Marie Cardinal, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, hystérie, obsession, phobie, angoisse, inconscient, formations de l'inconscient, rêve, rébus, lapsus, oubli, acte manqué, mot d'esprit, interprétation, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, subjiciel, points de vue, la subjectivité comme artifice, prothèse psychique, homéopsychie, subjectivité artificielle, machina subjectiva, argot, Luce Irigaray, Hélène Cixous, Gilles Deleuze, Félix Guattari, Jean-François Lyotard, propagande, propagande et psychanalyse, psychanalyse et propagande, neurosciences, neurosciences et psychanalyse, psychanalyse et neurosciences, approche logiciste, Jean-Claude Gardin, cognisème, subjisème, galiléisme, galiléisme étendu, science galiléenne


Keywords : analyscience, linguistics, "discourse analysis", metaphor, semantics, microsemantics, microsemantics of phantasy, logics of irrationality, lexicology, subjilecte, metaphor, paradiastole, subjective isotopy, homonym, homonymy, pseudo synonym, psychoanalysis, Lacan, Real Symbolic Imaginary, psychology, social psychology, psychosis, paranoia, schizophrenia, rhetorics, argumentation, epistemology, logics, free logics, poetry, litterature, surrealism, antiphilosophy, Baudelaire, translation, misunderstanding, frozen expressions, Jean-Jacques Pinto, Jean-Claude Milner, L’Œuvre claire, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, hysteria, fixed idea, phobia, anxiety, unconscious, dream, rebus, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, subjiciel, machina subjectiva, Luce Irigaray, Hélène Cixous, Gilles Deleuze, Félix Guattari, Jean-François Lyotard, propaganda, propaganda and psychoanalysis, psychoanalysis and propaganda, neurosciences, neurosciences and psychoanalysispsychoanalysis and neurosciences, logicist approach, Jean-Claude Gardin, cogniseme, subjiseme, galileism, extended galileism, extended galileanism, galilean science, cognitive identificationsubjective identification

 
Schlüsselwörter : Analyscience, Linguistik, Redeanalyse, Metapher, Psychoanalyse, Lacan, Psychologie, soziale Psychologie, Psychose, Paranoia, Schizophrenie, Rhetorik, Argumentation, Epistemologie, Poesie, Literatur, Baudelaire, Übersetzung, Mißverständnis, starre Ausdrücke, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, Hysterie, Zwangsvorstellung, Phobie, Angst, Unbewusstes, Traum, Rebus, subjiciel, machina subjectiva

Palavras-chaves : analyscience, linguística, análise de discursos, metáfora, psicanálise, Lacan, psicologia, psicologia social, psicose, paranóia, esquizofrenia, retórica, argumentação, epistemologia, poesia, literatura, Baudelaire, tradução, equívoco, expressões bloqueadas, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, histeria, idéia fixada, fobia, inquietude, o inconsciente, sonho, rébus, subjiciel, machina subjectiva

Palabras-clave : analyscience, lingüistica, análisis de discurso, metáfora, psicoanálisis, Lacan, psicología, psicología social, psicosis, paranoïa, esquizofrenia, retórica, argumentación, epistemología, poesía, literatura, Baudelaire, traducción, malentendido, expresiones cuajadas, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, histerismo, obsesión, fobia, angustia, inconsciente, sueño, jeroglífico, subjiciel, machina subjectiva

Parola-chiave : analyscience, linguistica, analisi di discorso, metafora, psicanalisi, Lacan, psicologia, psicologia sociale, psicosi, paranoia, schizofrenia, retorica, argomentazione, epistemologia, poesia, letteratura, Baudelaire, traduzione, malinteso, espressioni idiomatiche, Jean-Claude Milner. , Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, isterismo, ossessione, fobia, angoscia, inconscio, sogno, rebus, subjiciel, machina subjectiva

 

Repost 0
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 16:42

 

Page en construction ....

 

 


 


Merci de bien vouloir laisser un commentaire ci-dessous


 


Français

L'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives) est une méthode d’analyse des mots (lexèmes) d’un texte parlé ou écrit, inspirée par la psychanalyse, qui permet, sans recourir au non-verbal (intonations, gestes, mimiques), d’avoir une idée de la personnalité de l’auteur et de ceux qu’il peut espérer persuader ou séduire. C'est une microsémantique du fantasme.

English
A.L.S (Analysis of Subjective Logics) is an analytical method concerned with the words (lexical items) of a spoken or written text. Drawing on psychoanalysis, it allows one, without resorting to the non-verbal (intonations, gestures, mimics, etc.), to get an idea of the personality of the author as well as of those one expects to persuade or to entice.

Deutsch
Die A.L.S (Analyse der Subjektiven Logiken) ist eine Untersuchungsmethode der Wörter (lexikalische Einheiten) eines gesprochenen oder geschriebenen Textes, mit einer Inspiration der Psychoanalyse, der erlaubt, ohne sich an das Nichtverbale (Intonationen, Bewegungen, Mimiken, u.s.w.) zu wenden, eine Idee der Personalität des Autors und derjenigen zu bekommen, die er zu überreden oder zu bezaubern hofft.

Português
A A.L.S. (Análise das Lógicas Subjetivas) é um método de análise das palavras (unidades lexicais) de um texto falado ou escrito, inspirado pela psicanálise, que permite, sem recorrer ao não-verbal (intonações, gestos, mímicas, etc.), ter uma idéia da personalidade do autor e daqueles que ele pode esperar persuadir ou seduzir.

Español
El A.L.S. (Análisis de las Lógicas Subjectivas) es un método de análisis de las palabras (lexemas) de un texto hablado o escrito, inspirado por la psicoanálisis, que permite, sin recurrir al no verbal (intonaciones, gestos, mímicas), tener una idea de la personalidad del autor y de aquellos a los que puede esperar persuadir o seducir.

Italiano
L'A.L.S. (Analisi delle Logiche Soggettive, è un metodo di analisi delle parole ("lexèmes") di un testo parlato o scritto, ispirata per la psicanalisi, che permette, senza ricorrere al no-verbale (intonazioni, gesti, mimici), di avere un'idea della personalità dell'autore e di quelli che può sperare di persuadere o sedurre.



Résumé : Blog de diffusion de textes et de discussions autour de l'Analyse des Logiques Subjectives, méthode linguistique originale d'analyse de discours partant des métaphores courantes et de la psychanalyse.

Abstract : Blog about "Analysis of Subjective Logics ", an original linguistic approach in discourse analysis.


Mots-clé : analyscience, linguistique, analyse de discours, sémantique, microsémantique, microsémantique du fantasme, logique de la déraison, lexicologie, subjilecte, métaphore, paradiastole, isotopie subjective, homonyme, homonymie, pseudosynonyme, pseudosynonymie, psychanalyse, Lacan, Réel Symbolique Imaginaire, psychologie, psychologie sociale, psychose, paranoïa, schizophrénie, rhétorique, argumentation, épistémologie, logique, logique libre, poésie, littérature, surréalisme, antiphilosophie, Charles Baudelaire, traduction, malentendu, dialogue de sourds, expressions figées, Jean-Jacques Pinto, Jean-Claude Milner, L’Œuvre claire, Albert Camus, Marie Cardinal, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, hystérie, obsession, phobie, angoisse, inconscient, formations de l'inconscient, rêve, rébus, lapsus, oubli, acte manqué, mot d'esprit, interprétation, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, subjiciel, points de vue, la subjectivité comme artifice, prothèse psychique, homéopsychie, subjectivité artificielle, machina subjectiva, argot, Luce Irigaray, Hélène Cixous, Gilles Deleuze, Félix Guattari, Jean-François Lyotard, propagande, propagande et psychanalyse, psychanalyse et propagande, neurosciences, neurosciences et psychanalyse, psychanalyse et neurosciences, approche logiciste, Jean-Claude Gardin, cognisème, subjisème, galiléisme, galiléisme étendu, science galiléenne

Keywords : analyscience, linguistics, "discourse analysis", metaphor, psychoanalysis, Lacan, psychology, social psychology, psychosis, paranoia, schizophrenia, rhetorics, argumentation, epistemology, poetry, litterature, Baudelaire, translation, misunderstanding, frozen expressions, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, hysteria, fixed idea, phobia, anxiety, the unconscious, dream, rebus, subjiciel, machina subjectiva

Schlüsselwörter : Analyscience, Linguistik, Redeanalyse, Metapher, Psychoanalyse, Lacan, Psychologie, soziale Psychologie, Psychose, Paranoia, Schizophrenie, Rhetorik, Argumentation, Epistemologie, Poesie, Literatur, Baudelaire, Übersetzung, Mißverständnis, starre Ausdrücke, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, Hysterie, Zwangsvorstellung, Phobie, Angst, Unbewusstes, Traum, Rebus, subjiciel, machina subjectiva

Palavras-chaves : analyscience, linguística, análise de discursos, metáfora, psicanálise, Lacan, psicologia, psicologia social, psicose, paranóia, esquizofrenia, retórica, argumentação, epistemologia, poesia, literatura, Baudelaire, tradução, equívoco, expressões bloqueadas, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, histeria, idéia fixada, fobia, inquietude, o inconsciente, sonho, rébus, subjiciel, machina subjectiva

Palabras-clave : analyscience, lingüistica, análisis de discurso, metáfora, psicoanálisis, Lacan, psicología, psicología social, psicosis, paranoïa, esquizofrenia, retórica, argumentación, epistemología, poesía, literatura, Baudelaire, traducción, malentendido, expresiones cuajadas, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, histerismo, obsesión, fobia, angustia, inconsciente, sueño, jeroglífico, subjiciel, machina subjectiva

Parola-chiave : analyscience, linguistica, analisi di discorso, metafora, psicanalisi, Lacan, psicologia, psicologia sociale, psicosi, paranoia, schizofrenia, retorica, argomentazione, epistemologia, poesia, letteratura, Baudelaire, traduzione, malinteso, espressioni idiomatiche, Jean-Claude Milner. , Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, isterismo, ossessione, fobia, angoscia, inconscio, sogno, rebus, subjiciel, machina subjectiva

 

 

Repost 0
22 février 2010 1 22 /02 /février /2010 17:44

 

Glossaire de l'A.L.S.

 

 

       Pour le moment figurent encore dans cette liste, à côté de définitions complètes, certains intitulés de termes qui seront définis au fur et à mesure.

       Pour faciliter leur repérage, les mots A figureront dans nos exemples en italique, et les mots B en gras. Au sein d'une définition, les mots en italique gras renvoient à leur propre définition dans ce glossaire.

  • Analyse des logiques subjectives (A.L.S.) : méthode d'analyse d’un texte parlé ou écrit permettant d’avoir une idée de la personnalité de l’auteur et de ceux qu’il peut espérer convaincre, sans recourir au non-verbal. À point de départ psychanalytique, c'est une analyse micro-sémantique du fantasme.


    - Cette méthode originale d’analyse du discours a été inventée il y a plus de vingt ans - et enseignée depuis - par Jean-Jacques Pinto, psychanalyste français formé à la linguistique et à la rhétorique. Elle contribue à l'élaboration d'une Logique de la déraison.


    - Si cette approche est d'inspiration psychanalytique, sa démarche est plutôt linguistique, et les applications, nombreuses, s'étendent à presque tout le champ des sciences humaines et sociales.

  • Analyse logiciste de Gardin et Molino : Validation des énoncés en Sciences Humaines, exposée dans La logique du plausible.(1987).
  1.  
    1. - Validation interne des modèles théoriques et des analyses d'experts, soit « à la main », en mettant par écrit les règles d’expertise et en les faisant « tourner » sur des exemples, soit par la confection de Systèmes-Experts, programmes informatiques simulant par des techniques d’Intelligence Artificielle le raisonnement de l’expert (tête bien faite), et pas seulement son érudition (tête bien pleine). Cette validation permet la vérification de la cohérence du raisonnement de l’expert, détecte la tricherie consciente ou la méconnaissance inconsciente. Mais on risque alors de n’aboutir qu'à une cohérence « paranoïaque », coupée du réel : le lien avec l’expérience n’existe pas, on peut avoir la validité sans l'exactitude. D'où le second volet :
    2. - Validation externe de ces analyses par la fabrication de simulacres. J. Molino (1987, pp. 151) : « Seuls le pastiche et la fabrication de faux à partir des règles de description constituent une validation externe du corpus ». La reproduction artificielle « à s'y méprendre » des aspects de l'objet étudié atteste que les règles de description de l'expert sont non seulement cohérentes mais également efficientes.
  • Analyscience : terme proposé par l'auteur de l'A.L.S. (Jean-Jacques Pinto) en 2008. Une analyscience serait, selon une définition encore provisoire, une discipline hybride entre psychanalyse et science, à savoir :
  1. soit une ébauche de science incluant l'examen de la subjectivité du sujet connaissant,
  2. soit une ébauche de science s'intéressant à une forme d'inconscient (ex : les recherches expérimentales sur l'inconscient cognitif),
  3. soit un sous-ensemble de la psychanalyse traitant d'un champ spécifique de la subjectivité, utilisant des méthodes scientifiques (galiléisme étendu in § 2. Le paradigme de la structure), et validé selon des critères scientifiques : par exemple l'analyse logiciste de Gardin et Molino.

            L'A.L.S. pourrait être candidate au label d'analyscience. Si on la définit schématiquement comme une "micro-sémantique dufantasme", ce dernier ;

  1. est un concept qui résulte d'une expérience en amont, sur un matériel non montrable, donc non testable (séances d'analyse) ;
  2. il a une ébauche de formalisation : $\Diamonda ; il peut recevoir une définition linguistique : J.-C. Milner (1989) rappelle que "selon la théorie freudienne, un fantasme se laisse toujours exprimer par une  phrase, ou plus exactement par une  formule phrastique, dont chaque variante répond en principe à un fantasme distinct (souligné par nous)" ;
  3. le fait que ce concept subsume une série d'occurrences verbales est corroborable en aval par l'A.L.S. dont le matériel est montrable, donc testable. Les procédures d'analyse de l'A.L.S. sont par ailleurs testables et reproductibles par quiconque manuellement, et simulables informatiquement.

 

  • atome : les mots simples (« atomes » de sens) sont toujours des adjectifs exprimant des propriétés simples (ouvert / fermé,nouveau / ancien), distribués dans deux listes d’opposés, les séries. Les atomes « A » et « B » sont pris dans leur sens propre, qui est en général le sens concret

 

  • cognisème : sème cognitif. En relation (à préciser) avec le mode cognitif et l'identification cognitive

 

  • cogniciel : terme proposé par l'auteur de l'A.L.S. (Jean-Jacques Pinto) pour faire pendant à celui de subjiciel.
    1. programme cognitif "naturel", transmis à l'enfant par l'entourage (parents, éducateurs, médias divers).  Lescogniciels sont au service de l'identification cognitive, comme les subjiciels sont au service de l'identification subjective.
    2. logiciel de cognition artificielle écrit par des humains pour simuler la cognition humaine "naturelle". 
    3. dans l'un comme l'autre sens, le cogniciel est l'une des deux branche du "verbiciel". Ceci est explicité dans le "postambule" en fin de liste.

 

  • courbe sérielle : visualisation de l'analyse d'un texte, ou de plusieurs textes en vue de leur comparaison.

     

         Après saisie d'un texte dans un traitement de textes, on n'en retenir que le lexique pertinent pour l'A.L.S. 
          Cette liste verticale de mots pertinents est transportée dans un tableur muni de quelques macro-instructions.
          Chaque mot est alors automatiquement diagnostiqué "A", "B", "0" ou "?". Les expressions figées ou les éventuels proverbes sont diagnostiqués par comparaison avec une table de référence.            La valeur (+-0 ou ?) de chaque mot, expression ou proverbe est automatiquement diagnostiquée pour les mots (resp. expression ou proverbe) dont la valeur est "lexicalisée".
     
          Sinon le mot, l'expression, ou le proverbe, est noté "+", "-", "0" ou "?" par une "main innocente" (non experte en A.L.S.) dans le contexte fourni par le texte analysé, ce qui introduit une incertitude liée à l'interprétation du lecteur.
     
          Le tableur fait alors automatiquement le diagnostic de "point de vue" pour chaque mot : B+ ou A- = Introverti (noté par +1), A+ ou B- = Extraverti (noté par -1), tous les autres cas, indécidables, étant notés par 0.
     
          Une courbe non statistiquecumulant ces +1, -1 ou 0 permet alors de visualiser l'orientation du texte vers l'un des points de vue Extraverti ou Introverti, ou son hésitation entre les deux, ou encore un parcours spécifique à un texte donné.
     
          Malgré une marge de variation liée à la "main innocente", on a la surprise de constater que les courbes de textes d'un même locuteurs'orientent "résolument" dans la même direction indépendamment de leur contenu, résultat impossible à obtenir par une contre-épreuve : le tirage au sort des séries et valeurs des mots issus de ces textes donne une courbe à pente aléatoire.
  • dialogues de sourds : voir doublets et quaternes.
  • dividu : sujet divisé. Il n'existe d' individu que physique (avec des restrictions), mais pas d'individu psychique
  • doublets : parfois le français fournit deux mots différents pour une même réalité, deux doublets pris chacun dans une série  différente, dont l'un est valorisé, l'autre péjoratif, d'où les « dialogues de sourds » suivants :

    • extraverti : — Vous êtes rigide, soyez donc plus souple !
    • introverti : — C'est vous qui êtes laxiste, soyez donc plus rigoureux !

    • extraverti : — Vous êtes avare, soyez donc plus généreux !
    • introverti : — C'est vous qui êtes dépensier, soyez donc économe !

    • extraverti : — Vous êtes timoré, soyez plus courageux !
    • introverti : — C'est vous qui êtes téméraire, soyez plus prudent ! 

 

  • énoncé universel :

 

  • expression figée :
    • Exemples : « dépasser les bornes », « crever le plafond », « couper les ponts », « jeterl'argent par les fenêtres ».
    • On peut souvent dégager des règles de calcul simples pour déterminer la série d'une expression de la forme Verbe + Complément d'objet direct, à partir de ses éléments.                             
  • extraverti : voir point de vue

 

  • fantasme :  concept qui résulte de l'expérience analytique. Il peut recevoir une définition linguistique : J.-C. Milner (1989) rappelle que "selon la théorie freudienne, un fantasme se laisse toujours exprimer par une phrase, ou plus exactement par une formule phrastique, dont chaque variante répond en principe à un fantasme distinct (souligné par nous)". II a une ébauche de formalisation : $\Diamonda

 

  • "grappe" sérielle : voir série, "phénomène des grappes"

 

  • homonymes au sens de l'A.L.S. :

 

  • identification cognitive et identification subjective

(extrait de mon article "Psychanalyse et propagande" in Topiques n° 111)


" C'est avec le langage, permis par la prématuration donc la dépendance à l’adulte nourricier sans laquelle l'enfant ne pourrait s’intéresser au langage, qu'apparaissent chez l'homme deux nouveaux types de solutions adaptatives [différentes de l'instinct, du conditionnement pavlovien, et de l'imitation]: les versants cognitif et subjectif de l'identification.

La face «connaissance» de l'identification sert l'adaptation en fournissant à l'esprit humain des contenus mémoriels et des outils logiques qui le dispensent de devoir tout expérimenter, chaque génération disposant ainsi d'un savoir cumulatif considérable. Une part de cette connaissance d’abord très empirique évolue vers des énoncés scientifiques de plus en plus formalisés («le mathématique est fils du vernaculaire»). Ce savoir conscient ou préconscient est ouvert à la révision: si l'expérience le contredit ou si une argumentation le réfute, il pourra (en théorie) être questionné, remanié voire abandonné.

Mais l'enfant n'apprend pas à parler avec un dictionnaire et une grammaire. Il est introduit dans l'ordre symbolique (le «grand Autre») par le discours des «petits autres» que sont ses parents, discours où s'entrelacent inextricablement les connaissances et le désir. Impossible de s'y dérober quand on dépend vitalement d'eux: «Le dit premier décrète, légifère, aphorise, est oracle. Il confère à l’autre réel son obscure autorité.» (Lacan, Écrits, p. 808). Ce «Que ta volonté soit faite» devient l'impératif inconscient de l'athée le plus convaincu. C'est là le point de départ de l'identification subjective, qui, quoique fille du langage, s'oppose par bien des traits àl'identification cognitive. Inconscient, imaginaire et fantasme font d'elle la face «méconnaissance» de l'identification. Support de la croyance à l’identité et prothèse psychique destinée à se substituer aux instincts défaillants, elle a initialement servi la survie de l’espèce en fournissant avec le désir sexuel, le désir d'enfant et le désir de vivre des substituts aux instincts sexuel, maternel et de conservation quasi-introuvables chez l'homme. Mais ce au prix de remplacer leur nécessité innée par la contingence de désirs liés à la constellation familiale où ils prennent naissance.

Le savoir cognitif était révisable; mais non le savoir subjectif, du fait qu'il est inconscient: rebelle à l'expérience et à l'argumentation critique, il fait le lit de toute croyance dogmatique. L'inquisition contre Galilée, le créationnisme contre Darwin, voilà, transposée  à l'échelle de la société, la contradiction structurale entre identification subjective et identification cognitive, ces sœurs ennemies.

L'identification subjective, définie comme la connexion signifiant-affect résultant d’une suggestion exercée par le parent sur l’enfant, conduit graduellement d'une situation où plaisir et déplaisir étaient suscités par les besoins2 (chez le nourrisson) à une situation où c'est le signifiant qui a acquis le pouvoir de les convoquer (chez l'enfant plus grand qui, déjà repu et choyé, demande «raconte-moi une histoire», puis chez l'adulte, qui ne manquera jamais de ressources pour s'en inventer). "

 


  • introverti : voir point de vue

 

  • isotopie subjective : voir série

 

  • lecte : « Une langue est une polyhiérarchie de sous-systèmes. Certains […] offrent aux locuteurs des choix entre diverses variantes. Chacune [est] un lecte… Les lectes […] ne seront assignés ni à un individu, ni à une catégorie sociale, ni à une aire géographique, ni à un genre particulier de communication. Ils seront étudiés « en soi », dans leurs purs rapports oppositifs à l'intérieur du système » [M. Le Guern dans ses Principes de grammaire polylectale (Berrendonner, 1983) ].

 

  • lexique pertinent :
  • macrosémantique :
  • microsémantique :
  • métaphore :

 

  • molécule : mot complexe qui peut être un adjectif, un nom, un verbe ou un adverbe dont le sens peut se décomposer enatomes A ou B.

    • Quand une molécule est de composition à peu près homogène, on la rattachera à la série A ou à la série B . C'est un abus de langage, car au sens strict seuls les adjectifs simples appartiennent aux séries.
    • Si elle est mixte ou difficile à analyser, on la dira respectivement « neutre » (noté « 0 ») ou « indécidable » (noté « ? »).

 

  • mode cognitif :
  • mode subjectif :
  • paradiastole :
  • parler : un parler est une combinaison de mots simples ou complexes affectés d’une valeur positive ou négative.
  • point de vue : il s’obtient en comparant pour chaque mot pertinent d’un texte sa série et sa valeur. Il peut changer, comme la valeur, selon les instants ou selon les âges de la vie.

    • Le point de vue « extraverti » ("E") valorise (+) la série A et dévalorise (-) la série B, ce qui se notera : A+ = B - = E
    • Le point de vue « introverti » ("I") valorise (+) la série B et dévalorise (-) la série A, ce qui se notera : B+ = A - = I
    • Le point de vue "E" choisira donc des mots de la série A pour ce qu’il aime, et dans la série B pour ce qu’il critique, n’aime pas ou redoute.
    • Le point de vue « introverti » choisira au contraire des mots "B" pour ce qu’il aime, et des mots "A" pour ce qu’il critique, n’aime pas ou redoute.
    • Le même mot (ou la même expression) peut être valorisé (+) pour le point de vue "E" et dévalorisé (-) pour le point de vue "I", et inversement
    • La notion de point de vue « instantané » (valable pour le seul mot qu'on analyse) peut être étendue à l’échelle d’un texte entier, qui présente en général une dominante "I" ou "E", sauf dans le cas du parler « hésitant ».
  • proverbes, maximes :
  • pseudosynonymes :
  • quaterne : addition de deux doublets (voir ce mot) constituant un groupe de quatre termes (avaregénéreux, dépensier,économe)


  • série : les adjectifs (ou atomes) exprimant des propriétés simples (ouvert/ferménouveau/ancien) sont distribués dans deux listes d’opposés, les séries :

    1. La série « A » concerne l’extérieur, le changement, le désordre, la destruction de l’ancien. Elle se compose d’adjectifs simples comme : ouvert, souple, varié, changeant, nouveau, libre …
    2. La série « B » concerne au contraire l’intérieur, le non-changement, l’ordre, la conservation. Elle se compose d’adjectifs simples comme : sérieux, ferme, stable, ancien, solide, durable …
    3. Ces séries reposent sur des compatibilités sémantiques non pas cognitives mais subjectives, constituant une"isotopie subjective" dont les règles s'expliquent par la genèse des séries dans la petite enfance, et qui se constate aisément dans le phénomène des grappes mis en évidence par l'A.L.S.

 

  • subjectivité artificielle:
    1. pléonasme, s'il est exact que la subjectivité humaine ne peut être qu'artificielle, cf infra subjiciel
    2. terme proposé par l'auteur de l'A.L.S. (Jean-Jacques Pinto) pour faire pendant à celui d'Intelligence artificielle

 

  • subjiciel : terme forgé (et déposé comme marque à l'I.N.PI. en 1984) par l'auteur de l'A.L.S. (Jean-Jacques Pinto)
    1. programme subjectif "naturel", mais il se pourrait bien que la subjectivité humaine ne puisse être qu'artificielle : il n'y a pas de "nature humaine", seulement une "condition humaine". Les subjiciels sont au service de l'identification subjective comme les cogniciels sont au service de l'identification cognitive,
    2. logiciel de subjectivité artificielle écrit par des humains pour simuler la subjectivité humaine "naturelle", et en particulier les subjilectes ou lectes subjectifs.
    3. dans l'un comme l'autre sens, le subjiciel est l'une des deux branche du "verbiciel". Ceci est explicité dans le "postambule" en fin de liste.

 

  • subjilecte : lecte subjectif (voir ce mot) . Les deux points de vue I et E, et leurs combinaisons (les parlers), évoquent les lectes que décrit M. Le Guern dans ses Principes de grammaire polylectale (Berrendonner, 1983).Adoptant sa méthode, nous chercherons à constituer, pourles points de vue I et E et les parlers,non pas une grammaire normative ni descriptive, mais une grammaire potentielle :« Les tâches d'une grammaire polylectale sont :
  1. d'observer et recenser tous les emplois concurrents qui se trouvent attestés dans la performance des locuteurs, 
  2. de reconstituer à partir d'eux le système de lectes dont ils sont les produits,
  3. de prédire des emplois qui n'ont pas été observés a priori, mais dont la structure polylectale établie en (2) autorise la génération. Une grammaire polylectale est ainsi amenée à assigner à la langue des limites qui ne sont pas celles de l'attesté, mais celles du "possible à dire", et à y inclure des emplois qui font l'objet de prédictions » (souligné par nous).

  • subjisème : sème subjectif. En rapport (à préciser) avec le mode subjectif et l'identification subjective

 

  • synonymes au sens de l'A.L.S. :

 


  • traduction sous l'angle de l'A.L.S. :

 


  • valeur : la valeur associée à chaque mot est la résonance favorable ou défavorable qu’a ce mot pour celui qui le dit.

 

  • verbiciel": logiciel verbal humain. Ce terme est explicité dans le "postambule" en fin de liste.

 

*****************************

« Postambule  »

 

 

            Nous proposons non pas d'opposer les sciences dures de la nature aux sciences molles de l'homme, mais d'associer les sciences du dur, du hardware aux sciences du doux, du software dans l'étude complémentaire des deux pôles de l'interface caractéristique de l'humain, de la « condition humaine », ces deux pôles étant :

       le cerveau comme machine biologique (le « biordinateur »)

       le logiciel verbal humain (le « verbiciel », subdivisé en « cogniciel » et « subjiciel »).

 

            L'interfaçage a lieu durant l'enfance, c'est le processus d'identification avec ses deux versants : identification cognitive (« cogniciel ») et identification subjective (« subjiciel »). On peut, pour les étudier en les simulant, fabriquer de toutes pièces :

 

            - des « cogniciels » relevant de l'intelligence artificielle et simulant le résultat de l'identification cognitive, par exemple par des systèmes-experts, qui différent des réseaux d'apprentissage neuronaux (que l'on pourrait nommer des « interfaciels » !!!)

            - et des « subjiciels » inaugurant la subjectivité artificielle et simulant le résultat de l'identification subjective.

 

            Il n'y a pas, comme le croient les positivistes ou leurs adversaires amateurs de paranormal, une opposition binaire rationnel/irrationnel, mais trois termes : rationnel, irrationnel, logique, le logique (logos !) structurant de façon différente le rationnel et l'irrationnel. Et la logique de l'irrationnel, c'est principalement la psychanalyse, quand toutefois elle veut bien être logique !!!

 




Merci de bien vouloir laisser un commentaire ci-dessous






Français

L'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives) est une méthode d’analyse des mots (lexèmes) d’un texte parlé ou écrit, inspirée par la psychanalyse, qui permet, sans recourir au non-verbal (intonations, gestes, mimiques), d’avoir une idée de la personnalité de l’auteur et de ceux qu’il peut espérer persuader ou séduire. C'est une microsémantique du fantasme.

English
A.L.S (Analysis of Subjective Logics) is an analytical method concerned with the words (lexical items) of a spoken or written text. Drawing on psychoanalysis, it allows one, without resorting to the non-verbal (intonations, gestures, mimics, etc.), to get an idea of the personality of the author as well as of those one expects to persuade or to entice.

Deutsch
Die A.L.S (Analyse der Subjektiven Logiken) ist eine Untersuchungsmethode der Wörter (lexikalische Einheiten) eines gesprochenen oder geschriebenen Textes, mit einer Inspiration der Psychoanalyse, der erlaubt, ohne sich an das Nichtverbale (Intonationen, Bewegungen, Mimiken, u.s.w.) zu wenden, eine Idee der Personalität des Autors und derjenigen zu bekommen, die er zu überreden oder zu bezaubern hofft.

Português
A A.L.S. (Análise das Lógicas Subjetivas) é um método de análise das palavras (unidades lexicais) de um texto falado ou escrito, inspirado pela psicanálise, que permite, sem recorrer ao não-verbal (intonações, gestos, mímicas, etc.), ter uma idéia da personalidade do autor e daqueles que ele pode esperar persuadir ou seduzir.

Español
El A.L.S. (Análisis de las Lógicas Subjectivas) es un método de análisis de las palabras (lexemas) de un texto hablado o escrito, inspirado por la psicoanálisis, que permite, sin recurrir al no verbal (intonaciones, gestos, mímicas), tener una idea de la personalidad del autor y de aquellos a los que puede esperar persuadir o seducir.

Italiano
L'A.L.S. (Analisi delle Logiche Soggettive, è un metodo di analisi delle parole ("lexèmes") di un testo parlato o scritto, ispirata per la psicanalisi, che permette, senza ricorrere al no-verbale (intonazioni, gesti, mimici), di avere un'idea della personalità dell'autore e di quelli che può sperare di persuadere o sedurre.



Résumé : Blog de diffusion de textes et de discussions autour de l'Analyse des Logiques Subjectives, méthode linguistique originale d'analyse de discours partant des métaphores courantes et de la psychanalyse.

Abstract : Blog about "Analysis of Subjective Logics ", an original linguistic approach in discourse analysis.

Mots-clé : analyscience, linguistique, analyse de discours, sémantique, microsémantique, microsémantique du fantasme, logique de la déraison, lexicologie, subjilecte, métaphore, paradiastole, isotopie subjective, homonyme, homonymie, pseudosynonyme, pseudosynonymie, psychanalyse, Lacan, Réel Symbolique Imaginaire, psychologie, psychologie sociale, psychose, paranoïa, schizophrénie, rhétorique, argumentation, épistémologie, logique, logique libre, poésie, littérature, surréalisme, antiphilosophie, Charles Baudelaire, traduction, malentendu, dialogue de sourds, expressions figées, Jean-Jacques Pinto, Jean-Claude Milner, L’Œuvre claire, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, hystérie, obsession, phobie, angoisse, inconscient, formations de l'inconscient, rêve, rébus, lapsus, oubli, acte manqué, mot d'esprit, interprétation, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, subjiciel, points de vue, la subjectivité comme artifice, prothèse psychique, homéopsychie, subjectivité artificielle, machina subjectiva, argot, Luce Irigaray, Hélène Cixous, Gilles Deleuze, Félix Guattari, Jean-François Lyotard, propagande, propagande et psychanalyse, psychanalyse et propagande, neurosciences, neurosciences et psychanalyse, psychanalyse et neurosciences, approche logiciste, Jean-Claude Gardin, cognisème, subjisème, galiléisme, galiléisme étendu, science galiléenne, identification cognitive, identification subjective

 


Keywords : analyscience, linguistics, "discourse analysis", metaphor, semantics, microsemantics, microsemantics of phantasy, logics of irrationality, lexicology, subjilecte, metaphor, paradiastole, subjective isotopy, homonym, homonymy, pseudo synonym, psychoanalysis, Lacan, Real Symbolic Imaginary, psychology, social psychology, psychosis, paranoia, schizophrenia, rhetorics, argumentation, epistemology, logics, free logics, poetry, litterature, surrealism, antiphilosophy, Baudelaire, translation, misunderstanding, frozen expressions, Jean-Jacques Pinto, Jean-Claude Milner, L’Œuvre claire, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, hysteria, fixed idea, phobia, anxiety, unconscious, dream, rebus, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, subjiciel, machina subjectiva, Luce Irigaray, Hélène Cixous, Gilles Deleuze, Félix Guattari, Jean-François Lyotard, propaganda, propaganda and psychoanalysis, psychoanalysis and propaganda, neurosciences, neurosciences and psychoanalysispsychoanalysis and neurosciences, logicist approach, Jean-Claude Gardin, cogniseme, subjiseme, galileism, extended galileism, extended galileanism, galilean science, cognitive identificationsubjective identification



Schlüsselwörter : Analyscience, Linguistik, Redeanalyse, Metapher, Psychoanalyse, Lacan, Psychologie, soziale Psychologie, Psychose, Paranoia, Schizophrenie, Rhetorik, Argumentation, Epistemologie, Poesie, Literatur, Baudelaire, Übersetzung, Mißverständnis, starre Ausdrücke, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, Hysterie, Zwangsvorstellung, Phobie, Angst, Unbewusstes, Traum, Rebus, subjiciel, machina subjectiva

Palavras-chaves : analyscience, linguística, análise de discursos, metáfora, psicanálise, Lacan, psicologia, psicologia social, psicose, paranóia, esquizofrenia, retórica, argumentação, epistemologia, poesia, literatura, Baudelaire, tradução, equívoco, expressões bloqueadas, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, histeria, idéia fixada, fobia, inquietude, o inconsciente, sonho, rébus, subjiciel, machina subjectiva

Palabras-clave : analyscience, lingüistica, análisis de discurso, metáfora, psicoanálisis, Lacan, psicología, psicología social, psicosis, paranoïa, esquizofrenia, retórica, argumentación, epistemología, poesía, literatura, Baudelaire, traducción, malentendido, expresiones cuajadas, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, histerismo, obsesión, fobia, angustia, inconsciente, sueño, jeroglífico, subjiciel, machina subjectiva

Parola-chiave : analyscience, linguistica, analisi di discorso, metafora, psicanalisi, Lacan, psicologia, psicologia sociale, psicosi, paranoia, schizofrenia, retorica, argomentazione, epistemologia, poesia, letteratura, Baudelaire, traduzione, malinteso, espressioni idiomatiche, Jean-Claude Milner. , Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, isterismo, ossessione, fobia, angoscia, inconscio, sogno, rebus, subjiciel, machina subjectiva

Repost 0
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 09:45

 

      Dans mon article "princeps" (Revue Marges Linguistiques) intitulé  Linguistique et psychanalyse: pour une approche logiciste, la Présentation sommaire de l'A.L.S. annonce : « Il existe dans une langue comme le français des sous-langues subjectives (les « parlers ») qui, bien que différentes, se comprennent tant bien que mal en se retraduisant l’une dans l’autre. »

1) Plus bas les Règles du jeu dialogique précisent : « Lorsqu'il y a consensus, le locuteur retraduit dans son parler les mots de l'autre ».

En voici un exemple, tiré du livre Modernes et après - Les Immatériaux, éditions Autrement, 1985 :


« E. T. —  [à propos de la philosophie] Et il y a ce déclin aujourd'hui, car on s'aperçoit tout d'un coup qu'avec les déplacements d'intérêt, la reine est nue. La nudité de la philo devient décevante.

   J.-F. L. — Oui, si tu veux. Mais plutôt que nudité qui est une bonne chose, je dirais une espèce de sclérose de l'enseignement de la philo dans les institutions ».


(Conventions : série A en italique, série B en gras, souligné = valorisé, non-souligné = dévalorisé).

E. T. donne à nue et nudité (série A) une valeur négative, confirmée par l'allusion au conte "le roi est nu" et par l'adjectif décevante. Ceci, joint au mot dévalorisé déclin, montre qu'il adopte (momentanément dans ce dialogue) le point de vue introverti.

J.-F. L. est dans le consensus ("Oui, si tu veux"), mais adoptant (durablement dans ce dialogue) le point de vue extraverti, il valorise la nudité et remplace ce mot A par le mot B sclérose, qu'il dévalorise.


Voici un autre exemple, tiré d'une interview de Nina Berberova par Bernard Pivot  (Émission Apostrophes,1992, document INA, 4 minutes 30):

« Pivot : — A un certain moment vous dites que les gens vous disent comme ça [avec admiration] "Ah ! Mais Nina, tu es un roc" , et vous leur répondez "je ne suis pas un roc, je suis un fleuve". Pourquoi ? ...

Berbérova : Parce que je bouge , parce que je bouge ».

Pivot semble donner à roc (série B) une valeur positive (point de vue momentanément introverti), comme les admirateurs de Nina Berberova dont il cite les propos. Il se trouve fondé à demander pourquoi Berberova refuse roc pour le remplacer par fleuve.

Berberova a rejeté le mot B roc, qu'elle dévalorise, et l'a remplacé par le mot A fleuve, qu'elle valorise. Contredisant ses admirateurs en adoptant le point de vue extraverti, elle procède à une reformulation, mais toujours dans le consensus. En réponse à Pivot,  elle justifie son choix par le mot A bouger, également valorisé.

2) Toujours dans les Règles du jeu dialogique, mais cette fois en cas de conflit, je décris le Désaccord sur la forme (avec ou sans désaccord sur le contenu) entre locuteurs de parler différents, et précise:  « Parfois, alors même qu'on est d'accord sur le contenu, le désaccord naît sur la manière de le formuler. La conviction "intime" de chaque protagoniste que son identification vaut mieux que celle de l'autre conduit à un affrontement où la logique "fantasmatique" prend le relais de la logique "cognitive" ».

En voici un exemple, tiré des Actes d'un Colloque de psychanalyse :


Lors d'un échange entre deux psychanalystes, l'une prêche en termes introvertis la modération ("on peut reprendre les choses quand même d'une manière moins passionnelle", etc.), et l'autre s'emporte en termes majoritairement extravertis ("extraordinaire complexité de la vie", etc.). Alors qu'ils sont d'accord sur le contenu (En psychanalyse, d'abord la pratique, ensuite la théorie),le désaccord va porter sur la formulation :

« Elle —  "toute théorie analytique repose (B+) sur de la clinique.

   Lui. —  Pas repose, exprime ! (A+) ».

 

Cet exemple sera bientôt analysé plus en détail.

Autre exemple tité d'une pièce de Carlo Goldoni, Le menteur. Celui-ci réplique à son interlocuteur :

“ Imbécile ! Ce ne sont pas des mensonges ! Ce sont de spirituelles inventions nées de ma fertile intelligence et de mon esprit vif et brillant. ”

Dans cette paradiastole (requalification des faits), le menteur retraduit mensonges (série A, dévalorisé dans la bouche de
son interlocuteur introverti) par des mots de la série A qu'il valorise (pointde vue extraverti) : spirituelles, inventions, fertile, vif, brillant. L'auteur de la présentation pour le Théâtre du Gymnase fait d'ailleurs le diagnostic de mythomanie chez un hystérique masculin :

"Le menteur est menteur parce qu’il ne supporte pas sa réalité et qu’il raconte une sorte de vie rêvée, riche, enthousiasmante où il se voit comme un séducteur à la Don Juan, un Don Juan maladroit qui s’invente lui-même au fur et à mesure de ses rencontres dans  cette Venise que Laurent Pelly a revisitée d’une manière très fellinienne".

 

3) Enfin la reformulation peut s'observer non dans un dialogue, mais chez une seule et même personne, revêtant alors la forme rhétorique de l'autocorrection, voire de la rétractation. Dans ce court extrait du texte : "Quand nos lèvres se parlent", Cahiers du GRIF n°12, 1976, p.26, Luce Irigaray commence un plaidoyer féministe où les hommes n'ont pas vraiment le beau rôle... :

« Comment le dire ? Que tout de suite nous sommes femme. Que nous n'avons pas à être produite telle par eux, nommée telle par eux, sacrée et profanée telle par eux. Que cela est toujours déjà arrivé, sans leur travail. Et que leur(s) histoire(s) constitue le lieu de notre déportation. Ce n'est pas que nous ayons un territoire propre, mais leurs patrie, famille, foyer, discours, nous emprisonnent dans des espaces clos où nous ne pouvons continuer à nous mouvoir. À nous vivre. Leurs propriétés, c'est notre exil. Leurs clôtures, la mort de notre amour. Leurs mots, le bâillon de nos lèvres. Comment parler pour sortir de leurs cloisonnements, quadrillages, distinctions, oppositions : vierge / déflorée, pure / impure, innocente / avertie ... Comment nous désenchaîner de ces termes, nous libérer de leurs catégories, nous dépouiller de leurs noms. Nous dégager, vivantes, de leurs conceptions ? Sans réserve, sans blanc immaculé qui soutienne le fonctionnement de leurs systèmes.

Dans cette envolée en langue « extravertie » apparaît un intrus : le mot déportation, mot de la série A ici fugacement dévalorisé, comme si l'auteur basculait brièvement dans le point de vue introverti. Elle se corrige aussitôt en démentant le présupposé inhérent au verbe déporter transporter une personne hors de son pays, de son milieu d'origine », CNRTL) : « Ce n'est pas que nous ayons un territoire propre », et, à la faveur d'un "mais" adressé à un virtuel contradicteur, elle réintègre prestement son dialecte extraverti, où l'on retrouve la dévalorisation des mots "B" tels que emprisonnent, clos, propriétés, clôtures, mort, bâillon, cloisonnements, quadrillages, distinctions, oppositions, termes, catégories, noms, réserve, blanc immaculé, systèmes, et la valorisation concomitante des mots "A" tels que mouvoir, vivre, sortir, désenchaîner, libérer, dépouiller, dégager, vivantes...

[A suivre]

On lira avec intérêt l'article "Usages polémiques de la reformulation" :

http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/34/98/55/PDF/3396.pdf

 

 

 

  


Merci de bien vouloir laisser un commentaire ci-dessous
 

 


Français
L'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives) est une méthode d’analyse des mots (lexèmes) d’un texte parlé ou écrit, inspirée par la psychanalyse, qui permet, sans recourir au non-verbal (intonations, gestes, mimiques), d’avoir une idée de la personnalité de l’auteur et de ceux qu’il peut espérer persuader ou séduire. C'est une microsémantique du fantasme.

English
A.L.S (Analysis of Subjective Logics) is an analytical method concerned with the words (lexical items) of a spoken or written text. Drawing on psychoanalysis, it allows one, without resorting to the non-verbal (intonations, gestures, mimics, etc.), to get an idea of the personality of the author as well as of those one expects to persuade or to entice.

Deutsch
Die A.L.S (Analyse der Subjektiven Logiken) ist eine Untersuchungsmethode der Wörter (lexikalische Einheiten) eines gesprochenen oder geschriebenen Textes, mit einer Inspiration der Psychoanalyse, der erlaubt, ohne sich an das Nichtverbale (Intonationen, Bewegungen, Mimiken, u.s.w.) zu wenden, eine Idee der Personalität des Autors und derjenigen zu bekommen, die er zu überreden oder zu bezaubern hofft.

Português
A A.L.S. (Análise das Lógicas Subjetivas) é um método de análise das palavras (unidades lexicais) de um texto falado ou escrito, inspirado pela psicanálise, que permite, sem recorrer ao não-verbal (intonações, gestos, mímicas, etc.), ter uma idéia da personalidade do autor e daqueles que ele pode esperar persuadir ou seduzir.

Español
El A.L.S. (Análisis de las Lógicas Subjectivas) es un método de análisis de las palabras (lexemas) de un texto hablado o escrito, inspirado por la psicoanálisis, que permite, sin recurrir al no verbal (intonaciones, gestos, mímicas), tener una idea de la personalidad del autor y de aquellos a los que puede esperar persuadir o seducir.

Italiano
L'A.L.S. (Analisi delle Logiche Soggettive, è un metodo di analisi delle parole ("lexèmes") di un testo parlato o scritto, ispirata per la psicanalisi, che permette, senza ricorrere al no-verbale (intonazioni, gesti, mimici), di avere un'idea della personalità dell'autore e di quelli che può sperare di persuadere o sedurre.
 


Résumé : Blog de diffusion de textes et de discussions autour de l'Analyse des Logiques Subjectives, méthode linguistique originale d'analyse de discours partant des métaphores courantes et de la psychanalyse.

Abstract : Blog about "Analysis of Subjective Logics ", an original linguistic approach in discourse analysis.


Mots-clé : analyscience, linguistique, analyse de discours, microsémantique du fantasme, métaphore, psychanalyse, Lacan, psychologie, psychologie sociale, psychose, paranoïa, schizophrénie, rhétorique, argumentation, épistémologie, poésie, littérature, Baudelaire, traduction, malentendu, expressions figées, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, hystérie, obsession, phobie, angoisse, inconscient, fantasme, rêve, rébus, subjiciel, machina subjectiva, cognisème, subjisème

Keywords : analyscience, linguistics, "discourse analysis", metaphor, psychoanalysis, Lacan, psychology, social psychology, psychosis, paranoia, schizophrenia, rhetorics, argumentation, epistemology, poetry, litterature, Baudelaire, translation, misunderstanding, frozen expressions, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, hysteria, fixed idea, phobia, anxiety, the unconscious, dream, rebus, subjiciel, machina subjectiva

Schlüsselwörter : Analyscience, Linguistik, Redeanalyse, Metapher, Psychoanalyse, Lacan, Psychologie, soziale Psychologie, Psychose, Paranoia, Schizophrenie, Rhetorik, Argumentation, Epistemologie, Poesie, Literatur, Baudelaire, Übersetzung, Mißverständnis, starre Ausdrücke, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, Hysterie, Zwangsvorstellung, Phobie, Angst, Unbewusstes, Traum, Rebus, subjiciel, machina subjectiva

Palavras-chaves : analyscience, linguística, análise de discursos, metáfora, psicanálise, Lacan, psicologia, psicologia social, psicose, paranóia, esquizofrenia, retórica, argumentação, epistemologia, poesia, literatura, Baudelaire, tradução, equívoco, expressões bloqueadas, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, histeria, idéia fixada, fobia, inquietude, o inconsciente, sonho, rébus, subjiciel, machina subjectiva

Palabras-clave : analyscience, lingüistica, análisis de discurso, metáfora, psicoanálisis, Lacan, psicología, psicología social, psicosis, paranoïa, esquizofrenia, retórica, argumentación, epistemología, poesía, literatura, Baudelaire, traducción, malentendido, expresiones cuajadas, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, histerismo, obsesión, fobia, angustia, inconsciente, sueño, jeroglífico, subjiciel, machina subjectiva

Parola-chiave : analyscience, linguistica, analisi di discorso, metafora, psicanalisi, Lacan, psicologia, psicologia sociale, psicosi, paranoia, schizofrenia, retorica, argomentazione, epistemologia, poesia, letteratura, Baudelaire, traduzione, malinteso, espressioni idiomatiche, Jean-Claude Milner. , Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, isterismo, ossessione, fobia, angoscia, inconscio, sogno, rebus, subjiciel, machina subjectiva

 

Repost 0
27 janvier 2010 3 27 /01 /janvier /2010 16:45

 

( Mise à jour du 28/1/2010)

       « Analyscience » est un terme proposé par l'auteur de l'A.L.S. (Jean-Jacques Pinto) en 2008.

      
Une analyscience serait, selon une définition encore provisoire, une discipline hybride entre psychanalyse et science. Pour justifier la création de ce terme, il semble pertinent de se pencher sur la possibilité d'un dialogue entre la science moderne et la psychanalyse. Nous mettrons au passage à contribution la fable de Florian intitulée L'aveugle et le  paralytique

       La science moderne (science galiléenne) combine empiricité et formalisation, cf Résumé du livre de J.-C. Milner : L’Œuvre claire, chapitre II, $3 intitulé La stylistique historiciste). Son histoire est celle d'un mouvement vers l'écriture logico-mathématique du Réel tel que l'explorent empiriquement les "sciences exactes". 

       Le discours psychanalytique apparaît branché en dérivation sur celui de la science moderne qui, en effet, permet l'apparition de la psychanalyse (voir le schéma au bas de cet article. Comme la science le fait pour le Réel du monde physique, il dément certes les énoncés unifiants quand à la description du psychisme humain (subjectivité), mais Imaginaire, inconscient et fantasme continuent de l'imprégner(voir le schéma). La psychanalyse, permise par la science, est une discipline désimaginarisante, mais ce n'est pas une science.

       La psychanalyse moderne (avec Lacan) n'a aucune critique pertinente à adresser à la démarche scientifique. Au contraire elle a le plus grand respect pour la science et ses applications. Elle dit seulement que la science a jusqu'à présent eu besoin, pour fonctionner, de mettre entre parenthèses la subjectivité inconsciente, et même de lui tourner le dos, donc de s'interdire, par construction même, de la prendre pour objet d'étude. Le sens des lois de l'univers et la subjectivité du savant sont laissés au vestiaire. Disons que la science est ici "l'aveugle", terme qui peut n'avoir aucune connotation péjorative1. Elle s'aveugle pour avancer. 
1 « Nous nous séparons donc d'un point de vue largement répandu, selon lequel il n'y a de science que du quantifiable. Nous dirons plutôt : il n'y a de science que du mathématisable et il y a mathématisation dès qu'il y a littéralisation et fonctionnement aveugle. » Milner, J.-C. (1989). Introduction à une science du langage. Des Travaux. Seuil, Paris.

 

       La psychanalyse, elle, "voit" la subjectivité mais manque de jambes. Si les maîtres ont pu s'intéresser à la science, les disciples ne s'intéressent qu'aux maîtres auxquels ils vouent un culte prononcé et anachronique, digne de la sagesse antique. Ils restent juchés avec superbe sur leur montagne d'érudition, se reposent sur les lauriers de leurs initiateurs. Non-transmissibilité et secret des dieux font de la psychanalyse actuelle "le paralytique". Portant son regard sur la subjectivité inconsciente (objet "existant" et fort digne d'intérêt), elle manque de "jambes" méthodologiques pour faire avancer (ou reculer : réfutationnisme de Popper) ses hypothèses.

 

       Or science et psychanalyse ont en commun le non-tout, le non-sens, la dissolution de la notion d'être (la science "épluche l'oignon" physique, l'analyse "épluche l'oignon" psychique. Elles vont contre l'Imaginaire. Freud et Lacan les associent. Mais elles se comportent en sœurs ennemies (aînée et cadette), dans une intercritique stérile parfois d'allure politique (idéologies, propagande). La nécessité d'une négociation et de de passerelles se fait sentir.

 

       Nous plaidons ici modestement pour une coopération entre l'aveugle et le paralytique. Une analyscience pourrait alors être le borgne boiteux qui perche le paralytique sur les épaules de l'aveugle. Ainsi l'aînée (la science) pourrait dire à la cadette (la psychanalyse) :

 

Nous possédons le bien à chacun nécessaire,
J'ai des jambes, et vous des yeux :
Moi, je vais vous porter ; vous, vous serez mon guide :
Vos yeux dirigeront mes pas mal assurés,
Mes jambes à leur tour, iront où vous voudrez.
Ainsi, sans que jamais notre amitié décide
Qui de nous remplit le plus utile emploi,
Je marcherai pour vous, vous y verrez pour moi.

l-aveugle-et-le-paralytique

 

       Une analyscience serait donc une discipline hybride entre psychanalyse et science, à savoir :

  1. soit une ébauche de science incluant l'examen de la subjectivité du sujet connaissant, travaillant sur la subjectivité des savants et les prodromes inconscients de leurs découvertes (Kékulé et le benzène par exemple),

  2. soit une ébauche de science s'intéressant à une forme ou une autre d'inconscient (ex : les recherches expérimentales sur l'inconscient cognitif, les travaux psycholinguistiques sur les lapsus, etc.),

  3. soit un sous-ensemble de la description psychanalytique traitant d'un champ spécifique de la subjectivité, par exemple le fantasme, utilisant des méthodes scientifiques, et corroboré selon des critères scientifiques (l'analyse logiciste de Gardin et Molino par exemple).  C'est le cas de l'A.L.S.

  4. Soit une modélisation/simulation de fragments de la subjectivité humaine : on parlerait alors de Subjectivité Artificielle (SA) comme on parle d'Intelligence Artificielle (IA).

       L'A.L.S. pourrait être candidate au label d'analyscience. Si on la définit schématiquement comme une "microsémantique du fantasme", ce dernier :

  1. est un concept qui résulte d'une expérience en amont (séances d'analyse) ;

  2. il a une ébauche de formalisation : $ a ; il peut recevoir une définition linguistique ;

  3. le fait que ce concept subsume une série d'occurrences verbales est corroborable en aval par l'A.L.S. dont le matériel est montrable, donc testable. Les procédures d'analyse de l'A.L.S. sont par ailleurs testables et reproductibles par quiconque manuellement, et simulables informatiquement.

  [ A suivre ]

 

 

 

 

 


Merci de bien vouloir laisser un commentaire ci-dessous


 


Français

L'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives) est une méthode d’analyse des mots (lexèmes) d’un texte parlé ou écrit, inspirée par la psychanalyse, qui permet, sans recourir au non-verbal (intonations, gestes, mimiques), d’avoir une idée de la personnalité de l’auteur et de ceux qu’il peut espérer persuader ou séduire. C'est une microsémantique du fantasme.

English
A.L.S (Analysis of Subjective Logics) is an analytical method concerned with the words (lexical items) of a spoken or written text. Drawing on psychoanalysis, it allows one, without resorting to the non-verbal (intonations, gestures, mimics, etc.), to get an idea of the personality of the author as well as of those one expects to persuade or to entice.

Deutsch
Die A.L.S (Analyse der Subjektiven Logiken) ist eine Untersuchungsmethode der Wörter (lexikalische Einheiten) eines gesprochenen oder geschriebenen Textes, mit einer Inspiration der Psychoanalyse, der erlaubt, ohne sich an das Nichtverbale (Intonationen, Bewegungen, Mimiken, u.s.w.) zu wenden, eine Idee der Personalität des Autors und derjenigen zu bekommen, die er zu überreden oder zu bezaubern hofft.

Português
A A.L.S. (Análise das Lógicas Subjetivas) é um método de análise das palavras (unidades lexicais) de um texto falado ou escrito, inspirado pela psicanálise, que permite, sem recorrer ao não-verbal (intonações, gestos, mímicas, etc.), ter uma idéia da personalidade do autor e daqueles que ele pode esperar persuadir ou seduzir.

Español
El A.L.S. (Análisis de las Lógicas Subjectivas) es un método de análisis de las palabras (lexemas) de un texto hablado o escrito, inspirado por la psicoanálisis, que permite, sin recurrir al no verbal (intonaciones, gestos, mímicas), tener una idea de la personalidad del autor y de aquellos a los que puede esperar persuadir o seducir.

Italiano
L'A.L.S. (Analisi delle Logiche Soggettive, è un metodo di analisi delle parole ("lexèmes") di un testo parlato o scritto, ispirata per la psicanalisi, che permette, senza ricorrere al no-verbale (intonazioni, gesti, mimici), di avere un'idea della personalità dell'autore e di quelli che può sperare di persuadere o sedurre.



Résumé : Blog de diffusion de textes et de discussions autour de l'Analyse des Logiques Subjectives, méthode linguistique originale d'analyse de discours partant des métaphores courantes et de la psychanalyse.

Abstract : Blog about "Analysis of Subjective Logics ", an original linguistic approach in discourse analysis.


Mots-clé : analyscience, linguistique, analyse de discours, microsémantique du fantasme, métaphore, psychanalyse, Lacan, psychologie, psychologie sociale, psychose, paranoïa, schizophrénie, rhétorique, argumentation, épistémologie, poésie, littérature, Baudelaire, traduction, malentendu, expressions figées, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, hystérie, obsession, phobie, angoisse, inconscient, fantasme, rêve, rébus, subjiciel, machina subjectiva, cognisème, subjisème

Keywords : analyscience, linguistics, "discourse analysis", metaphor, psychoanalysis, Lacan, psychology, social psychology, psychosis, paranoia, schizophrenia, rhetorics, argumentation, epistemology, poetry, litterature, Baudelaire, translation, misunderstanding, frozen expressions, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, hysteria, fixed idea, phobia, anxiety, the unconscious, dream, rebus, subjiciel, machina subjectiva

Schlüsselwörter : Analyscience, Linguistik, Redeanalyse, Metapher, Psychoanalyse, Lacan, Psychologie, soziale Psychologie, Psychose, Paranoia, Schizophrenie, Rhetorik, Argumentation, Epistemologie, Poesie, Literatur, Baudelaire, Übersetzung, Mißverständnis, starre Ausdrücke, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, Hysterie, Zwangsvorstellung, Phobie, Angst, Unbewusstes, Traum, Rebus, subjiciel, machina subjectiva

Palavras-chaves : analyscience, linguística, análise de discursos, metáfora, psicanálise, Lacan, psicologia, psicologia social, psicose, paranóia, esquizofrenia, retórica, argumentação, epistemologia, poesia, literatura, Baudelaire, tradução, equívoco, expressões bloqueadas, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, histeria, idéia fixada, fobia, inquietude, o inconsciente, sonho, rébus, subjiciel, machina subjectiva

Palabras-clave : analyscience, lingüistica, análisis de discurso, metáfora, psicoanálisis, Lacan, psicología, psicología social, psicosis, paranoïa, esquizofrenia, retórica, argumentación, epistemología, poesía, literatura, Baudelaire, traducción, malentendido, expresiones cuajadas, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, histerismo, obsesión, fobia, angustia, inconsciente, sueño, jeroglífico, subjiciel, machina subjectiva

Parola-chiave : analyscience, linguistica, analisi di discorso, metafora, psicanalisi, Lacan, psicologia, psicologia sociale, psicosi, paranoia, schizofrenia, retorica, argomentazione, epistemologia, poesia, letteratura, Baudelaire, traduzione, malinteso, espressioni idiomatiche, Jean-Claude Milner. , Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, isterismo, ossessione, fobia, angoscia, inconscio, sogno, rebus, subjiciel, machina subjectiva

 

Repost 0
14 novembre 2008 5 14 /11 /novembre /2008 09:12

 

      Cet exposé fait le 1er mars 1984 au L.E.S.T. d'Aix-en-Provence.au nom de l'association Subjiciel, et paru dans les Actes du séminaire d'Informatique pour les Sciences de l'Homme et de la Société organisé par le L.IS.H. (futur G.R.T.C), a une importance double :

     - C'est la première communication en public sur ce qui deviendra l'Analyse des Logiques Subjectives
©, qui n'avait alors pas reçu de nom;

      - Et tout en reprenant des thèses formulées en 1981 dans Groupe, individu, sujet   il préfigure le texte beaucoup plus élaboré Métaphore et connaissance, écrit en 1990.

      Nous en commençons la publication sur ce blog.

 

N.B.: les séries "A" et "B" de l'A.L.S. © s'appelaient à l'époque, dans une terminologie qui se cherchait, les séries "+" et "–". On fera comme il se doit la rectification.

 

 

Subjectivité et Sciences Humaines

Jean-Jacques Pinto
(préparé en collaboration avec Françoise
Soublin)

================

 

Mon exposé développera les points suivants :

  • d'abord quelques remarques sur la démarche des sciences humaines, surtout à propos de la notion de TOTALITÉ,

  • ensuite une interrogation sur ce que présuppose cette notion,

  • puis la manière dont nous rattachons la persistance de cette notion à ce que nous appelons IDENTIFICATION et FANTASME.

  • ceci nous conduira à présenter les hypothèses de travail de l'association SUBJICIEL, qui cherche leur confirmation ou leur réfutation dans des simulations utilisant l'informatique,

  • enfin nous parlerons des conséquences d'une éventuelle confirmation de ces hypothèses sur ce qu'on peut penser des raisonnements en sciences humaines et sur les critères de scientificité qu'on peut proposer à la fois pour celle-ci et pour les sciences exactes.

 

I) Une description non exhaustive des énoncés tenus en sciences humaines rencontre en général :

  • des RAISONNEMENTS d'allure LOGIQUE

  • et des ÉNONCÉS figurés (figures de rhétorique), principalement MÉTAPHORIQUES.

Ces deux types d'énoncés se juxtaposent et s'intriquent.

 

1) Les raisonnements portent d'une part sur des TOTALITÉS ou des ENTITÉS, d'autrepart sur des PARAMÈTRES.

 

  • Les TOTALITÉS peuvent renvoyer à un référent perceptible (le corps, l'inuividu biologique) ou à une abstraction (la société, l'entreprise). Elles peuvent être reprises de la langue courante ou créées de toutes pièces.

 

  • Les PARAMÈTRES, quant à eux. sont mesurables, quantifiables. Ils qualifient le plus souvent des ENTITÉS ou des RELATlONS ENTRE DES ENTITÉS. Par exemple en économie:


             r indice k : revenu du consommateur k

              q indice k : quantité de biens produite par le producteur k

              N indice zéro : population active, etc...


Les RAISONNEMENTS effectués sur ces totalités et paramètres font appel à la logique formelle. aux opérations ensemblistes (inclusion, exclusion, intersection, réunion, relation d'ordre, etc...) Ils peuvent aussi prendre une forme dialectique ou être de type probabiliste. Ils s'illustrent de graphes. de courbes. de schémas, de tableaux etc...

 

2) Les ÉNONCÉS MÉTAPHORIQUES à présent :

Dans l'exemple suivant :


"Les LIMITES à l'INFORMATION amplifient l'INERTIE des grandes ORGANISATIONS. et expliquent pourquoi elles sont de plus en plus BLOQUÉES, suscitant dans nos SOCIÉTÉS diverses TENSIONS, appelant a la DÉVIANCE",


on relève des métaphores telles que LIMITES, INERTIE, BLOQUÉES, TENSIONS, qui portent sur des totalités ou entités telles que INFORMATION, ORGANISATION, SOCIÉTÉ etc...


De façon plus générale, quelles sortes de métaphores pouvons-nous rencontrer ?


Considérons les noms des totalités donnant lieu a métaphore comme les noms de LISTES de PRÉDICATS que nous supposerons le plus élémentaires possible.


Première constatation : il y a des métaphores que nous dirons MOTIVÉES. dans la mesure où IL EXISTE AU MOINS UN PRÉDICAT COMMUN AUX DEUX LISTES CONSIDÉRÉES. Dans l'exemple pascalien "l'homme est un roseau, si l'on peut substituer roseau à "homme", c'est que le prédicat "faible" est commun aux listes "homme" et "roseau".


D'autres métaphores seront dites IMMOTIVÉES quand L'UNE DES DEUX LISTES EST VIDE AU DÉPART. La métaphore déclare alors possible l'attribution d'un prédicat de la liste non vide à la liste vide. Par exemple dire "il a l'esprit vif" consiste a prendre dans la liste "corps" le prédicat "vif", et à l'attribuer a la liste vide "esprit".


À partir de ces deux exemples, il vient l'idée de constituer une échelle continue. avec un paramètreN qui est le nombre de prédicats considérés dans une comparaison entre deux listes.


Quand N = 0 ou 1, il y a, comme on l'a vu, possibilité de métaphore (motivée ou immotivée).


Quand N est maximum, c'est-à-dire égal au nombre des prédicats communs aux deux listes. il y a un type de comparaison que nous nommerons COGNITIVE (en distinguant ce terme du terme SCIENTIFIQUE, que nous commenterons plus loin).
Par exemple. la prise en compte de tous les prédicats de "homme" et de "roseau" aboutit a l'énoncé que ni les noms de ces totalités, ni leurs référents présumés ne sont substituables: un homme n'est pas un roseau, un roseau n'est pas un homme.


Reste la gamme de toutes les valeurs comprises entre N = 1 et N maximum: entre l'affirmation métaphorique de l'identité ("l'homme est un roseau"), et sa négation cognitive ("l'homme n'est pas un roseau"), on trouve une zone où la prise en compte d'un certain nombre de traits communs à deux ou plusieurs listes permet l'apparition de classifications, de taxinomies.


On va dire par exemple qu'un ensemble de traits regroupés sous l'adjectif "vivant" est commun à "homme" et à "roseau", qu'ils sont tous les deux des êtres vivants. On précisera ensuite que "homme" contient une série de traits "animal" différente de la série de traits "végétal" rencontrée dans la liste "roseau".

 

Le domaine où N varie entre 1 et N maximum permet donc la constitution de classes, de hiérarchies, d'arborescences, avec une vraisemblance et une plausibilité variable, qui donneront lieu à tractations, voire à polémiques entre partisans de classifications différentes. On en trouve un certain nombre d'exemples en sciences humaines.


À ce niveau, un glissement subreptice, le plus souvent involontaire, est possible du raisonnement à 1a métaphore : lorsque deux listes non vides ont déjà de nombreux traits communs, il est fréquent qu'on suppose l'existence d'autres prédicats communs dans la zone restante des deux listes. On va donc imaginer entre ces deux listes une identité plus profonde que celle que révélerait une comparaison COGNITIVE (celle qui prend en compte tous les prédicats communs aux deux listes). On est là dans la métaphore MOTIVÉE.


D'autre part l'indistinction entre totalités renvoyant à un référent perceptible et totalités créées de toutes pièces rend possible ceraines métaphores IMMOTIVÉES (celles qui transfèrent des prédicats de la liste non vide dans la liste vide). C'est le cas dans les énoncés du genre « naissance, vie et mort des entreprises », « société bloquée », « inertie des organisations », etc...

 

 

II) Examinons à présent les présupposés de la notion de totalité et pourquoi nous aurions tendance à lui dénier tout caractère scientifique.

 

Décrire ces présupposés est une chose ardue, qui va contre l'intuition.


On peut dire que d'une part affirmer l’UNITÉ SPATIALE d'une totalité même pendant un instant très bref est une négation du fait que la notion d'espace-temps interdit toute SIMULTANÉITÉ de points spatialement voisins : il n'y a pas d'espace sans temps, affirmer l'existence spatiale d'un tout unifié revient à nier le temps.


D'autre part la notion dune totalité dotée cette fois-ci d'une certaine PERMANENCE  Suppose valide l'opération nommée SECTION DE PRÉDICAT, dont voici la description :


Si à un SUJET (le ciel) je réunis par la COPULE (le verbe "être") divers PRÉDICATS (bleu, gris, couvert, découvert), la section de prédicat consiste à affirmer que l'énoncé "le ciel est" a un sens, donc à dire que si je sectionne les prédicats "inessentiels", "accessoires", il demeure un noyau indissoluble de prédicats qui constituent l'ÊTRE du ciel, et qui font que « le ciel sera toujours le ciel ». qu'il soit bleu, gris, couvert ou découvert.


Cette opération fontionne dans toute taxinomie : en zoologie. un chat reste un chat, qu'il ait le poil long ou court, noir ou d une autre couleur.


On peut se demander si en sciences humaines l'HOMME ne reste pas TOUJOURS l'HOMME.

On voit ainsi apparaître une corrélation entre la notion de TOTALITÉ et celle d'IDENTITÉ : l'identité du ciel à lui-même, c'est la constance supposée de son "être" au travers des accidents de son "devenir" (si on désigne par "devenir" les prédicats qui changent).

Or c'est le propre des énoncés scientifiques que de pratiquer ce que j'appellerai la "VALSE DES PRÉDICATS". Au lieu de chercher la constance dans la cohésion spatiale d'une liste de prédicats, on cherche un SEMBLANT DE CONSTANCE, toujours réfutable dans les lois qui régissent le fonctionnement de paramètres non rattachés à des totalités.


Si donc. au terme de cette argumentation à peine ébauchée, et que nous savons contestable, nous tenons la notion de totalité pour une fiction, il convient à présent de nous demander :

 

 

III) Pourquoi cette fiction se répète et insiste dans les énoncés en langue naturelle. et en particulier dans les sciences humaines.


Nous avons parlé d'une corrélation entre TOTALITÉ et IDENTITÉ.


Appelons IDENTIFICATION l'opération VERBALE qui consiste à affirmer qu'il existe du même, de l'identique.


Décrivons ce qui se passe lorsqu'une telle opération a lieu a propos d'un enfant*, d'un organisme encore non parlant de l'espèce humaine.


Très schématiquement, cette identification peut se décrire en trois temps :


Premier temps : du fait qu'un ou des porte-paroles appelés parents parlent à l'enfant en attendant que celui-ci en fasse autant, la parole se met à fonctionner chez l'enfant, et ce sans qu'il se désigne encore dans l'énoncé.


Deuxième temps: comme en écho au fait que le discours parental le désigne comme un tout. une entité, par exemple en lui donnant un nom propre, l'enfant commence a se prendre pour quelqu'un. à se désigner par son prénom ou par des pronoms personnels, qui sont, du point de vue grammatical, des shifters ou EMBRAYEURS (Jakobson) constituant dans l'énoncé un indice de l'énonciation.


Alors que la parole parlait pour ainsi dire d'elle-même à travers l'enfant, elle se voit à présent désigner un auteur dans le quelqu'un supposé exister derrière le "je" ou le "moi".


Cet être supposé à l'enfant n'est encore qu'un ENSEMBLE VIDE, vide de prédicats. Il va se remplir peu à peu de déterminations, de traits différentiels apportés par le discours parental, avec pour conséquence que l'enfant pourra dire ou se dire "Je suis comme ceci et pas comme cela".


Ceci constituera 1e troisième temps de l'identification, où l'enfant répète le jugement parental qui l'identifie comme quelqu'un de particulier, avec ses traits de caractère, sa personnalité, voire sa trajectoire vitale.


Nous faisons l'hypothèse que c'est à partir de la deuxième identification qu’apparaît la possibilité d'affirmer l'existence de ces totalités abstraites qui, comme le Moi, sont des ensembles vides, "remplis" par des métaphores immotivées.

 

Un commentaire plus poussé  de la troisième identification nous permettra de préciser ce que nous entendons par FANTASME.

 

Un déterminisme trop complexe pour être abordé ici fait que l'enfant est l'objet d'un commentaire très variable dans le discours parental.

 

Il semble qu'on puisse décrire une TRANSFORMATION PRONOMINALE ou réfléchie des énoncés parentaux‚ transformation qui rend compte du fait que l'enfant SE parlera et parlera les OBJETS qu'il rencontre dans les termes mêmes où on l'a parlé LUI.


Pour ne citer que les deux cas extrêmes, l'énoncé parental "cet enfant me convient‚ je le garde" se transformera chez l'enfant en un "je me garde, je ne me dépense pas". À l'inverse l'énoncé "cet enfant me fait horreur, je voudrais le détruire, briser son unité" se transformera en un "je m'éclate" ou "je me défonce" valorisé par l'enfant, qui méconnaît que c'est là la jouissance du parent, et non la sienne, qu'il exprime.


De tout le vocabulaire apporté par le fonctionnement cognitif du langage, l'enfant peut extraire des traits également présents dans les verbes que nous avons cités, ce qui va aboutir à la constitution de deux de termes : une série CONSERVATION, INTÉGRITÉ, STABILITÉ, dite par nous SÉRIE +, et une série DESTRUCTION, CHANGEMENT, ÉLOIGNEMENT, DISPARITION, dite par nous SÉRIE .


NOUS appelons FANTASME tout énoncé grammatical mettant enjeu, à propos d'une totalité supposée un fonctionnement métaphorique du vocabulaire constituant ces séries.


Ainsi LA SUPPOSITION DE TOTALITÉ EST UNE CONDITION NÉCESSAIRE ET SUFFISANTE POUR LA PRODUCTION D'ÉNONCÉS FANTASMATIQUES.


 

Ceux-ci permettent de figurer comme perceptibles, notamment par la vue, le  fonctionnement soit d'entités  créées de toutes pièces, soit de phénomènes dont la nature VERBALE n'est pas reconnue. C'est ainsi que naissent ces fictions que sont la pensée, le psychisme, les facultés décrites en psychologie, et 1a quasi-totalité du vocabulaire de la psychanalyse.


Deux fictions engendrées par la parole et présentant un caractère de totalité persistent contre vents et marées, et dans le parler courant, et dans les énoncés en Sciences humaines : ce sont L'INDIVIDU et LE GROUPE.


 

IV) Ceci nous conduit à présenter les hypothèses de recherche de SUBJICIEL.

1) Nous cherchons à décrire ce que nous appelons SUBJECTIVITÉ, terme qui devrait se substituer à la classique opposition individuel / collectif.

Cette SUBJECTIVITÉ faite de parole, s'organise pour une part en DISCOURS, qui sont eux-mêmes des combinaisons des SÉRIES + et – précédemment décrites. Ces séries sont des listes de termes que nous baptiserons pour le moment ATOMES (nous assumons également cette métaphore mendélévienne dans le terme MOLÉCULE, que nous décrirons plus loin.

a) Les ATOMES constitutifs des séries + et – sont des signifiants pseudo-élémentaires qui décrivent des perceptions physiques. Pseudo-élémentaires, car, comme nous l'avons vu. ils sont en fait des relais de propositions plus complexes issues des énoncés parentaux.


Ils sont par définition NON-MÉTAPHORIQUES, et ne qualifient pas des propriétés abstraites (non perceptibles).


Ce sont par exemple les couples d'adjectifs CHAUD et FROID, LOURD et LÉGER, OUVERT et FERMÉ, etc...


Dans son fonctionnement métaphorique, la langue répartit ces atomes de façon DICHOTOMIQUE, réduisant les paradigmes arborescents du fonctionnement cognitif à deux séries seulement, opposées terme à terme.


Par exemple. l'équivalence constatable des énoncés ‚ "c'est de l'eau" et "c'est du vent" montre que le paradigme des états de la matière (solide / liquide / visqueux / liquide / pulvérulent / gazeux) se réduit. dans ses valeurs métaphoriques à l'opposition fluide / non fluide. De même le paradigme des adjectifs de couleur se réduit à l'opposition coloré / sans couleur. ce dernier terme incluant, a coté de l'incolore, les adjectifs blanc, noir et gris.


La constatation de ces dichotomies a pu être faite par des esprits fort éloignés de nos hypothèses.


C'est ainsi qu'un article paru dans les actes du congrès de l'AFCET en 1979 et intitulé "le système et les personnes : essai d'analyse d'un malentendu" tente de décrire les résonances du mot SYSTÈME chez l'homme de la rue. L'auteur constate :


« Dans le langage courant on dira qu'un système est ARTIFICIEL. Un chien, une rivière. le boulanger, un amant. ça VIT. La perception des impôts. l'ordinateur du service du personnel, le financement des déséquilibres dans la CEE, c'est RAIDE, MORT, MÉCANIQUE, MÉTALLIQUE. Quand on dit de quelqu'un qu'il est un technocrate à l'esprit de système, on entend par là qu'il a perdu l'HUMANITÉ en lui, qu'il n'a plus de CHALEUR des sentiments, d'OUVERTURE de la compréhension. On dit aujourd'hui qu'il est devenu un ROBOT.


Ainsi, par sa RIGIDITÉ. par sa FORCE COERCITIVE, par son INHUMANITÉ, par son IMPERMÉABILITÉ, le système tend à nous CONTRAINDRE. ll porte atteinte a notre LIBERTÉ. Autant celle-ci est OUVERTE sur le VARIÉ, sur l'INCONNU, l'IMPRÉVISIBLE, autant elle est du domaine du SOUPLE, de l'ÉLASTIQUE, du TlÈDE, du TENDRE, autant il est ANGULEUX, GÉOMÉTRIQUE. DUR. Contre la VIE. contre nous. contre notre CŒUR, contre l'OUVERTURE de l'esprit : voila bien des défauts pour le système, et justifiée l'hostilité à son égard ».


Les séries + et – que nous décrivons existent comme à l'état natif dans cet exemple.


b) Parlons à présent des MOLÉCULES.


Tout signifiant complexe, ou MOLÉCULE, est potentiellement utilisable dans une expression métaphorique.


On peut décrire pour chaque molécule sa "composition atomique". Ceci permet de constater que certaines molécules, de composition presque homogène, seront employées sans ambiguïté comme se rattachant à l'une ou l'autre série d'atomes, tandis que d'autres contenant dans leur liste des atomes des deux séries. devront être éclairées par le contexte.

Par exemple dans "c'est de l'eau, c'est du vent", le trait "fluide" est mis en valeur dans le mot eau, qui métaphorise donc ici l'inconsistance, l'insaisissabilité, la non identité à soi-même caractéristiques de la série –‚ ici dévalorisée.


 

 

[ À suivre ]

 


Merci de bien vouloir laisser un commentaire ci-dessous



Français
L'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives) est une méthode d’analyse des mots (lexèmes) d’un texte parlé ou écrit, inspirée par la psychanalyse, qui permet, sans recourir au non-verbal (intonations, gestes, mimiques), d’avoir une idée de la personnalité de l’auteur et de ceux qu’il peut espérer persuader ou séduire.

English
A.L.S (Analysis of Subjective Logics) is an analytical method concerned with the words (lexical items) of a spoken or written text. Drawing on psychoanalysis, it allows one, without resorting to the non-verbal (intonations, gestures, mimics, etc.), to get an idea of the personality of the author as well as of those one expects to persuade or to entice.

Deutsch
Die A.L.S (Analyse der Subjektiven Logiken) ist eine Untersuchungsmethode der Wörter (lexikalische Einheiten) eines gesprochenen oder geschriebenen Textes, mit einer Inspiration der Psychoanalyse, der erlaubt, ohne sich an das Nichtverbale (Intonationen, Bewegungen, Mimiken, u.s.w.) zu wenden, eine Idee der Personalität des Autors und derjenigen zu bekommen, die er zu überreden oder zu bezaubern hofft.

Português
A A.L.S. (Análise das Lógicas Subjetivas) é um método de análise das palavras (unidades lexicais) de um texto falado ou escrito, inspirado pela psicanálise, que permite, sem recorrer ao não-verbal (intonações, gestos, mímicas, etc.), ter uma idéia da personalidade do autor e daqueles que ele pode esperar persuadir ou seduzir.

Español
El A.L.S. (Análisis de las Lógicas Subjectivas) es un método de análisis de las palabras (lexemas) de un texto hablado o escrito, inspirado por la psicoanálisis, que permite, sin recurrir al no verbal (intonaciones, gestos, mímicas), tener una idea de la personalidad del autor y de aquellos a los que puede esperar persuadir o seducir.

Italiano
L'A.L.S. (Analisi delle Logiche Soggettive, è un metodo di analisi delle parole ("lexèmes") di un testo parlato o scritto, ispirata per la psicanalisi, che permette, senza ricorrere al no-verbale (intonazioni, gesti, mimici), di avere un'idea della personalità dell'autore e di quelli che può sperare di persuadere o sedurre.

 

 



Résumé : Blog de diffusion de textes et de discussions autour de l'Analyse des Logiques Subjectives, méthode linguistique originale d'analyse de discours partant des métaphores courantes et de la psychanalyse.

Abstract : Blog about "Analysis of Subjective Logics ", an original linguistic approach in discourse analysis.


Mots-clé : linguistique, analyse de discours, métaphore, psychanalyse, Lacan, psychologie, psychologie sociale, psychose, paranoïa, schizophrénie, rhétorique, argumentation, épistémologie, poésie, littérature, Baudelaire, traduction, malentendu, expressions figées, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, hystérie, obsession, phobie, angoisse, inconscient, rêve, rébus, subjiciel

Keywords : linguistics, "discourse analysis", metaphor, psychoanalysis, Lacan, psychology, social psychology, psychosis, paranoia, schizophrenia, rhetorics, argumentation, epistemology, poetry, litterature, Baudelaire, translation, misunderstanding, frozen expressions, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche,
hysteria, fixed idea, phobia, anxiety, the unconscious, dream, rebus, subjiciel

Schlüsselwörter : Linguistik, Redeanalyse, Metapher, Psychoanalyse, Lacan, Psychologie, soziale Psychologie, Psychose, Paranoia, Schizophrenie, Rhetorik, Argumentation, Epistemologie, Poesie, Literatur, Baudelaire, Übersetzung, Mißverständnis, starre Ausdrücke, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Hysterie, Zwangsvorstellung, Phobie, Angst, Unbewusstes, Traum, Rebus, subjiciel

Palavras-chaves : linguística, análise de discursos, metáfora, psicanálise, Lacan, psicologia, psicologia social, psicose, paranóia, esquizofrenia, retórica, argumentação, epistemologia, poesia, literatura, Baudelaire, tradução, equívoco, expressões bloqueadas, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, histeria, idéia fixada, fobia, inquietude, o inconsciente, sonho, rébus, subjiciel

Palabras-clave : lingüistica, análisis de discurso, metáfora, psicoanálisis, Lacan, psicología, psicología social, psicosis, paranoïa, esquizofrenia, retórica, argumentación, epistemología, poesía, literatura, Baudelaire, traducción, malentendido, expresiones cuajadas, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, histerismo, obsesión, fobia, angustia, inconsciente, sueño, jeroglífico, subjiciel

Parola-chiave : linguistica, analisi di discorso, metafora, psicanalisi, Lacan, psicologia, psicologia sociale, psicosi, paranoia, schizofrenia, retorica, argomentazione, epistemologia, poesia, letteratura, Baudelaire, traduzione, malinteso, espressioni idiomatiche, Jean-Claude Milner. , Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche,  isterismo, ossessione, fobia, angoscia, inconscio, sogno, rebus, subjiciel

 

 

 

[ À suivre ]

 


Merci de bien vouloir laisser un commentaire ci-dessous


 


Français
L'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives) est une méthode d’analyse des mots (lexèmes) d’un texte parlé ou écrit, inspirée par la psychanalyse, qui permet, sans recourir au non-verbal (intonations, gestes, mimiques), d’avoir une idée de la personnalité de l’auteur et de ceux qu’il peut espérer persuader ou séduire.

English
A.L.S (Analysis of Subjective Logics) is an analytical method concerned with the words (lexical items) of a spoken or written text. Drawing on psychoanalysis, it allows one, without resorting to the non-verbal (intonations, gestures, mimics, etc.), to get an idea of the personality of the author as well as of those one expects to persuade or to entice.

Deutsch
Die A.L.S (Analyse der Subjektiven Logiken) ist eine Untersuchungsmethode der Wörter (lexikalische Einheiten) eines gesprochenen oder geschriebenen Textes, mit einer Inspiration der Psychoanalyse, der erlaubt, ohne sich an das Nichtverbale (Intonationen, Bewegungen, Mimiken, u.s.w.) zu wenden, eine Idee der Personalität des Autors und derjenigen zu bekommen, die er zu überreden oder zu bezaubern hofft.

Português
A A.L.S. (Análise das Lógicas Subjetivas) é um método de análise das palavras (unidades lexicais) de um texto falado ou escrito, inspirado pela psicanálise, que permite, sem recorrer ao não-verbal (intonações, gestos, mímicas, etc.), ter uma idéia da personalidade do autor e daqueles que ele pode esperar persuadir ou seduzir.

Español
El A.L.S. (Análisis de las Lógicas Subjectivas) es un método de análisis de las palabras (lexemas) de un texto hablado o escrito, inspirado por la psicoanálisis, que permite, sin recurrir al no verbal (intonaciones, gestos, mímicas), tener una idea de la personalidad del autor y de aquellos a los que puede esperar persuadir o seducir.

Italiano
L'A.L.S. (Analisi delle Logiche Soggettive, è un metodo di analisi delle parole ("lexèmes") di un testo parlato o scritto, ispirata per la psicanalisi, che permette, senza ricorrere al no-verbale (intonazioni, gesti, mimici), di avere un'idea della personalità dell'autore e di quelli che può sperare di persuadere o sedurre.


Résumé : Blog de diffusion de textes et de discussions autour de l'Analyse des Logiques Subjectives, méthode linguistique originale d'analyse de discours partant des métaphores courantes et de la psychanalyse.

Abstract : Blog about "Analysis of Subjective Logics ", an original linguistic approach in discourse analysis.


Mots-clé : linguistique, analyse de discours, métaphore, psychanalyse, Lacan, psychologie, psychologie sociale, psychose, paranoïa, schizophrénie, rhétorique, argumentation, épistémologie, poésie, littérature, Baudelaire, traduction, malentendu, expressions figées, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, hystérie, obsession, phobie, angoisse, inconscient, rêve, rébus, subjiciel

Keywords : linguistics, "discourse analysis", metaphor, psychoanalysis, Lacan, psychology, social psychology, psychosis, paranoia, schizophrenia, rhetorics, argumentation, epistemology, poetry, litterature, Baudelaire, translation, misunderstanding, frozen expressions, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche,
hysteria, fixed idea, phobia, anxiety, the unconscious, dream, rebus, subjiciel

Schlüsselwörter : Linguistik, Redeanalyse, Metapher, Psychoanalyse, Lacan, Psychologie, soziale Psychologie, Psychose, Paranoia, Schizophrenie, Rhetorik, Argumentation, Epistemologie, Poesie, Literatur, Baudelaire, Übersetzung, Mißverständnis, starre Ausdrücke, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Hysterie, Zwangsvorstellung, Phobie, Angst, Unbewusstes, Traum, Rebus, subjiciel

Palavras-chaves : linguística, análise de discursos, metáfora, psicanálise, Lacan, psicologia, psicologia social, psicose, paranóia, esquizofrenia, retórica, argumentação, epistemologia, poesia, literatura, Baudelaire, tradução, equívoco, expressões bloqueadas, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, histeria, idéia fixada, fobia, inquietude, o inconsciente, sonho, rébus, subjiciel

Palabras-clave : lingüistica, análisis de discurso, metáfora, psicoanálisis, Lacan, psicología, psicología social, psicosis, paranoïa, esquizofrenia, retórica, argumentación, epistemología, poesía, literatura, Baudelaire, traducción, malentendido, expresiones cuajadas, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, histerismo, obsesión, fobia, angustia, inconsciente, sueño, jeroglífico, subjiciel

Parola-chiave : linguistica, analisi di discorso, metafora, psicanalisi, Lacan, psicologia, psicologia sociale, psicosi, paranoia, schizofrenia, retorica, argomentazione, epistemologia, poesia, letteratura, Baudelaire, traduzione, malinteso, espressioni idiomatiche, Jean-Claude Milner. , Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche,  isterismo, ossessione, fobia, angoscia, inconscio, sogno, rebus, subjiciel

 

 

 

Repost 0
9 novembre 2008 7 09 /11 /novembre /2008 08:08


{ page en construction ]


Nous évoquons dans deux passages de l'article Linguistique et psychanalyse : pour une approche logiciste le Le Socio-Styles-Système de Bernard Cathelat

2.1.2.4. Les combinaisons de parlers :

Les représentants du parler « hésitant » peuvent « pencher » du côté du parler I → I ou du parler E → E : face à une situation angoissante, les premiers (« attentistes ») se tiendront sur leurs gardes, les seconds (« entreprenants ») fonceront quand même, tels des chevaliers « avec peur et reproche » ! Ces dénominations sont empruntées à B. Cathelat (cf. § Validation, 5.2.4.).

 

5.2.4. Le Socio-Styles-Système de B. Cathelat (Cathelat, 1992)
Il présente graphiquement ses résultats sur plusieurs axes, réductibles à deux :

1. un axe horizontal : mouvement (ou changement) / recentrage (ou stabilité)

2. un axe vertical : sensualisme (ou plaisir) / ascétisme (ou rigueur)

qui dupliquent (de façon selon nous redondante) et confirment notre axe Extraverti / Introverti.
Ses graphes confirment à plus de 80% nos résultats. Ainsi en matière de consommation alimentaire, les choix des différentes clientèles coïncident avec ce que prédit l'A.L.S. : le mode d'alimentation, le type de produit consommé, le lieu de vente qui les attire, le style publicitaire qui les touche le mieux ! Le Socio-Styles-Système mentionne l'existence de Lexico-styles, tout à fait superposables à nos parlers :

"Il n'y a pas une seule et idéale bonne manière de dire chaque chose, mais plusieurs ; l'intuitionde l'artiste et la volonté du décideur ne suffisent pas toujours à assurer le succès d'un message."


Wikipedia :

Socio-Styles-Système est une méthode sociologique consistant à étudier les comportements humains par style de vie, système de valeur et couches sociales .

À travers différents questionnaires et enquêtes, des groupes relativement homogènes s'articulent en référence à différents axes de pensée .

Le traitement statistique des données permet de dégager des argumentaires ou des lignes rhétoriques adaptées aux souhaits conscients ou inconscients des personnes.

Ce type de travail est particulièrement adapté pour les campagnes marketing ou l' élaboration d'une campagne électorale.

Les socio styles des électeurs, par exemple, permettent de déterminer à l'intérieur des grandes tendances politiques des lignes de fracture idéologique qui peuvent faire basculer une élection en modifiant le centre de gravité d'un seul nuage de points.

Bernard Cathelat, Socio-styles-système: les styles de vie, théorie, méthodes, applications, Editions d´Organisation, 1990, ISBN



  ****** N'oubliez pas de visiter le reste de ce site ! ******



Merci de bien vouloir laisser un commentaire ci-dessous




Français

L'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives) est une méthode d’analyse des mots (lexèmes) d’un texte parlé ou écrit, inspirée par la psychanalyse, qui permet, sans recourir au non-verbal (intonations, gestes, mimiques), d’avoir une idée de la personnalité de l’auteur et de ceux qu’il peut espérer persuader ou séduire.

English
A.L.S (Analysis of Subjective Logics) is an analytical method concerned with the words (lexical items) of a spoken or written text. Drawing on psychoanalysis, it allows one, without resorting to the non-verbal (intonations, gestures, mimics, etc.), to get an idea of the personality of the author as well as of those one expects to persuade or to entice.

Deutsch
Die A.L.S (Analyse der Subjektiven Logiken) ist eine Untersuchungsmethode der Wörter (lexikalische Einheiten) eines gesprochenen oder geschriebenen Textes, mit einer Inspiration der Psychoanalyse, der erlaubt, ohne sich an das Nichtverbale (Intonationen, Bewegungen, Mimiken, u.s.w.) zu wenden, eine Idee der Personalität des Autors und derjenigen zu bekommen, die er zu überreden oder zu bezaubern hofft.

Português
A A.L.S. (Análise das Lógicas Subjetivas) é um método de análise das palavras (unidades lexicais) de um texto falado ou escrito, inspirado pela psicanálise, que permite, sem recorrer ao não-verbal (intonações, gestos, mímicas, etc.), ter uma idéia da personalidade do autor e daqueles que ele pode esperar persuadir ou seduzir.

Español
El A.L.S. (Análisis de las Lógicas Subjectivas) es un método de análisis de las palabras (lexemas) de un texto hablado o escrito, inspirado por la psicoanálisis, que permite, sin recurrir al no verbal (intonaciones, gestos, mímicas), tener una idea de la personalidad del autor y de aquellos a los que puede esperar persuadir o seducir.

Italiano
L'A.L.S. (Analisi delle Logiche Soggettive, è un metodo di analisi delle parole ("lexèmes") di un testo parlato o scritto, ispirata per la psicanalisi, che permette, senza ricorrere al no-verbale (intonazioni, gesti, mimici), di avere un'idea della personalità dell'autore e di quelli che può sperare di persuadere o sedurre.



Résumé : Blog de diffusion de textes et de discussions autour de l'Analyse des Logiques Subjectives, méthode linguistique originale d'analyse de discours partant des métaphores courantes et de la psychanalyse.

Abstract : Blog about "Analysis of Subjective Logics ", an original linguistic approach in discourse analysis.


Mots-clé : linguistique, analyse de discours, métaphore, psychanalyse, Lacan, psychologie, psychologie sociale, psychose, paranoïa, schizophrénie, rhétorique, argumentation, épistémologie, poésie, littérature, Baudelaire, traduction, malentendu, expressions figées, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, hystérie, obsession, phobie, angoisse, inconscient, rêve, rébus, subjiciel

Keywords : linguistics, "discourse analysis", metaphor, psychoanalysis, Lacan, psychology, social psychology, psychosis, paranoia, schizophrenia, rhetorics, argumentation, epistemology, poetry, litterature, Baudelaire, translation, misunderstanding, frozen expressions, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche,
hysteria, fixed idea, phobia, anxiety, the unconscious, dream, rebus, subjiciel

Schlüsselwörter : Linguistik, Redeanalyse, Metapher, Psychoanalyse, Lacan, Psychologie, soziale Psychologie, Psychose, Paranoia, Schizophrenie, Rhetorik, Argumentation, Epistemologie, Poesie, Literatur, Baudelaire, Übersetzung, Mißverständnis, starre Ausdrücke, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Hysterie, Zwangsvorstellung, Phobie, Angst, Unbewusstes, Traum, Rebus, subjiciel

Palavras-chaves : linguística, análise de discursos, metáfora, psicanálise, Lacan, psicologia, psicologia social, psicose, paranóia, esquizofrenia, retórica, argumentação, epistemologia, poesia, literatura, Baudelaire, tradução, equívoco, expressões bloqueadas, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, histeria, idéia fixada, fobia, inquietude, o inconsciente, sonho, rébus, subjiciel

Palabras-clave : lingüistica, análisis de discurso, metáfora, psicoanálisis, Lacan, psicología, psicología social, psicosis, paranoïa, esquizofrenia, retórica, argumentación, epistemología, poesía, literatura, Baudelaire, traducción, malentendido, expresiones cuajadas, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, histerismo, obsesión, fobia, angustia, inconsciente, sueño, jeroglífico, subjiciel

Parola-chiave : linguistica, analisi di discorso, metafora, psicanalisi, Lacan, psicologia, psicologia sociale, psicosi, paranoia, schizofrenia, retorica, argomentazione, epistemologia, poesia, letteratura, Baudelaire, traduzione, malinteso, espressioni idiomatiche, Jean-Claude Milner. , Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche,  isterismo, ossessione, fobia, angoscia, inconscio, sogno, rebus, subjiciel
Repost 0
22 octobre 2008 3 22 /10 /octobre /2008 22:47


Quelles conclusions peut-on dégager, en utilisant l'A.L.S, du passage suivant du livre de Marie Cardinal "Les mots pour le dire", pages 164 à 170, où elle rapporte les propos de sa mère ?

(Pour savoir ce qu'est l'A.L.S. ou Analyse des Logiques Subjectives, on pourra d'abord lire l'article intitulé  Linguistique et psychanalyse: pour une approche logiciste (pages 88 à 113), ou mieux, le résumé avec un plan  dans l'encyclopédie Wikipédia sous l'intitulé : Analyse des logiques subjectives).

[Marie Cardinal] Là, dans la rue, en quelques phrases, elle a crevé mes yeux, elle a percé mes tympans, elle a arraché mon scalp, elle a coupé mes mains, elle a cassé mes genoux, elle a torturé mon ventre, elle a mutilé mon sexe.
      Je sais aujourd'hui qu'elle était inconsciente du mal qu'elle me faisait et je ne la hais plus. Elle chassait sa folie sur moi, je lui servais d'holocauste.

[La mère] "Me trouver enceinte en plein divorce ! Te rends tu comptes de ce que celà représente ? ... Je voulais me séparer d'un homme dont j'attendais un enfant ! [...] Pour divorcer il faut ne plus vouloir d'un homme au point de ne plus supporter sa seule présence [...] Ah ! tu es trop jeune, tu ne comprends pas ce que je veux dire ! ... Mais il faut que je te parle, il faut que tu saches ce que l'on peut endurer pour une bêtise, pour quelques secondes
      Il existe de mauvaises femmes et de mauvais médecins qui peuvent supprimer un enfant dans le ventre d'une femme. C'est un péché monstrueux que l'Eglise punit par l'Enfer et la France par la prison. C'est une des plus mauvaises actions qu'un être humain puisse commettre.
      Pourtant il se peut que, naturellement, c'est-à-dire sans avoir à recourir à un de ces mauvais médecins ou une de ces mauvaises femmes, on perde un enfant que l'on attend. A ce moment ce n'est plus un péché, ce n'est rien, un accident, voilà tout.
      Mais cela n'arrive pas si facilement qu'on le croit ! Quand je pense aux précautions dont on entoure les femmes enceintes ! ... Qu'elles ne se fatiquent pas trop, qu'elles ne descendent pas les escaliers sans se tenir à la rampe, qu'elles restent allongées le plus possible ... Tu parles ! ... De la rigolade !
      Moi, ma fille, je suis allée chercher ma bicyclette qui rouillait dans la remise depuis je ne sais plus combien de temps et j'ai pédalé dans les champs, dans la terre labourée, partout. Rien. J'ai fait du cheval pendant des heures : les obstacles, le trot - et pas enlevé du tout, je te prie de me croire. Rien. Quand je laissais  ma bicyclette ou mon cheval, j'allais jouer au tennis en pleine chaleur. Rien. J'ai avalé de la quinine et de l'aspirine par tubes entiers. Rien.
      Ecoute-moi bien : quand un enfant est accroché, on ne peut rien faire pour le décrocher. Et un enfant ça s'attrape en quelques secondes. Tu comprends ? [...]
      Après plus de six mois de ce traitement j'ai été bien obligée d'admettre que j'étais enceinte et que j'allais avoir un autre enfant. D'ailleurs ça se voyait. Je me suis résignée." [...]

[Marie Cardinal] C'était mon enfant qui bougeait ! [...] Je savais où il était, comment il se plaçait [...] Ma mère aussi savait où j'étais et comment j'étais.  [...] Mais chacun de mes mouvements ne lui indiquait qu'une seule chose : elle n'était pas encore parvenue à me tuer. Ah ! ce foetus qui la dérangeait ! [...]
      Alors elle enfourchait son vélo rouillé et en avant dans les terrains vagues, dans les détritus ! J'espère que ça swingue là-dedans, ma fille, mon petit poisson,; tu vas voir comme je vais la briser ton arête ! Fous le camp, va voir dehors si j'y suis !
      Elle chevauchait son canasson et hop ! Tu les sens les coups de bélier dans ton corps hideux ? Ma mignonne ! ça en fait une belle tempête pour fracasser les petits sous-marins ! Non ? ça en fait de beaux remous pour asphyxier les petits scaphandriers ! Hein ? Va-t'en, ordure, mais va-t'en donc !
Tu bouges encore ? Tiens, voilà de quoi te calmer. Quinine, aspirine ! Caline, calin-calinette, dodo l'enfant do, laisse-toi bercer, bois, ma belle, bois le bel elixir empoisonné. Tu vas voir comme tu vas t'amuser dans le toboggan de mon cul quand tu seras bien pourrie par les drogues, crevée comme un rat d'égout. A mort ! A mort !
      Pour finir, impuissante, résignée, vaincue, elle m'a laissé glisser dans la vie comme on laisse glisser un étron. Et la petite fille-étron qui venait doucement, la figure en avant, vers la lumière qu'elle voyait là-bas, au bout de l'étroit conduit humide, au bout du tunnel, qu'allait-il lui arrtiver dans ce dehors qui l'avait tant malmenée ? Dites, ma mère, saviez-vous que vous la poussiez dans la folie ? Vous en doutiez-vous ?

----------------------


Début de l'analyse de ce texte dans quelques jours ...

Première étape : comparer le texte précédent au poème de Baudelaire intitulé (par antiphrase !)

 


Bénédiction

Lorsque, par un décret des puissances suprêmes,
Le Poëte apparaît en ce monde ennuyé,
Sa mère épouvantée et pleine de blasphèmes
Crispe ses poings vers Dieu, qui la prend en pitié:

- «Ah! que n'ai-je mis bas tout un nœud de vipères,
Plutôt que de nourrir cette dérision!
Maudite soit la nuit aux plaisirs éphémères
Où mon ventre a conçu mon expiation!

Puisque tu m'as choisie entre toutes les femmes
Pour être le dégoût de mon triste mari,
Et que je ne puis pas rejeter dans les flammes,
Comme un billet d'amour, ce monstre rabougri,

Je ferai rejaillir ta haine qui m'accable
Sur l'instrument maudit de tes méchancetés,
Et je tordrai si bien cet arbre misérable,
Qu'il ne pourra pousser ses boutons empestés

Elle ravale ainsi l'écume de sa haine,
Et, ne comprenant pas les desseins éternels,
Elle-même prépare au fond de la Géhenne
Les bûchers consacrés aux crimes maternels.

 

 

voir aussi : Un court extrait des "Mots pour le dire" de Marie Cardinal

 


ainsi que : Autres extraits des "Mots pour le dire" de Marie Cardinal



Merci de bien vouloir laisser un commentaire ci-dessous


 


Français

L'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives) est une méthode d’analyse des mots (lexèmes) d’un texte parlé ou écrit, inspirée par la psychanalyse, qui permet, sans recourir au non-verbal (intonations, gestes, mimiques), d’avoir une idée de la personnalité de l’auteur et de ceux qu’il peut espérer persuader ou séduire.

English
A.L.S (Analysis of Subjective Logics) is an analytical method concerned with the words (lexical items) of a spoken or written text. Drawing on psychoanalysis, it allows one, without resorting to the non-verbal (intonations, gestures, mimics, etc.), to get an idea of the personality of the author as well as of those one expects to persuade or to entice.

Deutsch
Die A.L.S (Analyse der Subjektiven Logiken) ist eine Untersuchungsmethode der Wörter (lexikalische Einheiten) eines gesprochenen oder geschriebenen Textes, mit einer Inspiration der Psychoanalyse, der erlaubt, ohne sich an das Nichtverbale (Intonationen, Bewegungen, Mimiken, u.s.w.) zu wenden, eine Idee der Personalität des Autors und derjenigen zu bekommen, die er zu überreden oder zu bezaubern hofft.

Português
A A.L.S. (Análise das Lógicas Subjetivas) é um método de análise das palavras (unidades lexicais) de um texto falado ou escrito, inspirado pela psicanálise, que permite, sem recorrer ao não-verbal (intonações, gestos, mímicas, etc.), ter uma idéia da personalidade do autor e daqueles que ele pode esperar persuadir ou seduzir.

Español
El A.L.S. (Análisis de las Lógicas Subjectivas) es un método de análisis de las palabras (lexemas) de un texto hablado o escrito, inspirado por la psicoanálisis, que permite, sin recurrir al no verbal (intonaciones, gestos, mímicas), tener una idea de la personalidad del autor y de aquellos a los que puede esperar persuadir o seducir.

Italiano
L'A.L.S. (Analisi delle Logiche Soggettive, è un metodo di analisi delle parole ("lexèmes") di un testo parlato o scritto, ispirata per la psicanalisi, che permette, senza ricorrere al no-verbale (intonazioni, gesti, mimici), di avere un'idea della personalità dell'autore e di quelli che può sperare di persuadere o sedurre.



Résumé : Blog de diffusion de textes et de discussions autour de l'Analyse des Logiques Subjectives, méthode linguistique originale d'analyse de discours partant des métaphores courantes et de la psychanalyse.

Abstract : Blog about "Analysis of Subjective Logics ", an original linguistic approach in discourse analysis.


Mots-clé : linguistique, analyse de discours, métaphore, psychanalyse, Lacan, psychologie, psychologie sociale, psychose, paranoïa, schizophrénie, rhétorique, argumentation, épistémologie, poésie, littérature, Baudelaire, traduction, malentendu, expressions figées, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, hystérie, obsession, phobie, angoisse, inconscient, rêve, rébus, subjiciel

Keywords : linguistics, "discourse analysis", metaphor, psychoanalysis, Lacan, psychology, social psychology, psychosis, paranoia, schizophrenia, rhetorics, argumentation, epistemology, poetry, litterature, Baudelaire, translation, misunderstanding, frozen expressions, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche,
hysteria, fixed idea, phobia, anxiety, the unconscious, dream, rebus, subjiciel

Schlüsselwörter : Linguistik, Redeanalyse, Metapher, Psychoanalyse, Lacan, Psychologie, soziale Psychologie, Psychose, Paranoia, Schizophrenie, Rhetorik, Argumentation, Epistemologie, Poesie, Literatur, Baudelaire, Übersetzung, Mißverständnis, starre Ausdrücke, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Hysterie, Zwangsvorstellung, Phobie, Angst, Unbewusstes, Traum, Rebus, subjiciel

Palavras-chaves : linguística, análise de discursos, metáfora, psicanálise, Lacan, psicologia, psicologia social, psicose, paranóia, esquizofrenia, retórica, argumentação, epistemologia, poesia, literatura, Baudelaire, tradução, equívoco, expressões bloqueadas, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, histeria, idéia fixada, fobia, inquietude, o inconsciente, sonho, rébus, subjiciel

Palabras-clave : lingüistica, análisis de discurso, metáfora, psicoanálisis, Lacan, psicología, psicología social, psicosis, paranoïa, esquizofrenia, retórica, argumentación, epistemología, poesía, literatura, Baudelaire, traducción, malentendido, expresiones cuajadas, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, histerismo, obsesión, fobia, angustia, inconsciente, sueño, jeroglífico, subjiciel

Parola-chiave : linguistica, analisi di discorso, metafora, psicanalisi, Lacan, psicologia, psicologia sociale, psicosi, paranoia, schizofrenia, retorica, argomentazione, epistemologia, poesia, letteratura, Baudelaire, traduzione, malinteso, espressioni idiomatiche, Jean-Claude Milner. , Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche,  isterismo, ossessione, fobia, angoscia, inconscio, sogno, rebus, subjiciel

Repost 0
19 octobre 2008 7 19 /10 /octobre /2008 08:01


 

« Le mot de mort est un foyer d'homonymies entre fini et infini »

Jean-Claude Milner : L’Œuvre claire (Paris : Seuil. 1995), livre résumé ici



Je me propose de rédiger bientôt sur ce thème un texte plus développé que l'extrait suivant de l'article Linguistique et psychanalyse : pour une approche logiciste (trop court, comme chaque fois qu'on ne dispose que d'un nombre de pages restreint) :

4.2.1. Toute perception, tout évènement, tout contenu peut être commenté au moins de deux manières, dans deux formes différentes, tel le fameux verre « à demi plein » ou « à demi vide », puisqu'il existe deux points de vue, plus leurs combinaisons.

 

Prenons l'exemple des contenus « VIE » et « MORT » :

 

a) Le locuteur « extraverti » décrit la vie dans la série A (valorisée) : chaleur, mouvement, souplesse, bruit, couleur, et ne voit de la mort que le cadavre (B -) : froid ( « refroidir quelqu'un »), immobile ( « y rester »), rigide ( « raide mort »), silencieux ( « silence de mort »), sans couleur ( « pâle comme un mort »), allongé ou couché ( « allonger, descendre quelqu'un »). Ainsi l'énoncé de G. Canguilhem (1966) : « La vie n'est donc pas pour le vivant une déduction monotone, un mouvement rectiligne, elle ignore la rigidité géométrique, elle est débat ou explication avec un milieu ou il y a des fuites, des trous, des dérobades et des résistances inattendues » dévalorise-t-il les mots monotone, rectiligne, rigide (série B) au profit d'autres : débat, fuite, trous, dérobade, inattendues (série A).

 

b) Le locuteur « introverti » ne voit de la mort que la perte de sa précieuse unité, la décomposition, l'absence (« il est parti, il nous a quittés »). Voir à ce sujet le cas de Jérôme cité par S. Leclaire (1971), notamment à propos du rêve de la momie. VIVRE c'est pour lui se maintenir en vie, rester en bonne santé, s'économiser, préserver son intégrité corporelle de toute altération qui la dégrade.

 

Il y a donc dans les deux cas, une sorte de prélèvement partial dans la description « cognitive », qui contient, elle, des termes des deux séries, notamment pour la mort, où le biologiste décrit successivement la cadavérisation puis la décomposition.

 

[ A suivre ]

[ Page en construction ]

Lire également pour le contexte :





Merci de bien vouloir laisser un commentaire ci-dessous




Français

L'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives) est une méthode d’analyse des mots (lexèmes) d’un texte parlé ou écrit, inspirée par la psychanalyse, qui permet, sans recourir au non-verbal (intonations, gestes, mimiques), d’avoir une idée de la personnalité de l’auteur et de ceux qu’il peut espérer persuader ou séduire.

English
A.L.S (Analysis of Subjective Logics) is an analytical method concerned with the words (lexical items) of a spoken or written text. Drawing on psychoanalysis, it allows one, without resorting to the non-verbal (intonations, gestures, mimics, etc.), to get an idea of the personality of the author as well as of those one expects to persuade or to entice.

Deutsch
Die A.L.S (Analyse der Subjektiven Logiken) ist eine Untersuchungsmethode der Wörter (lexikalische Einheiten) eines gesprochenen oder geschriebenen Textes, mit einer Inspiration der Psychoanalyse, der erlaubt, ohne sich an das Nichtverbale (Intonationen, Bewegungen, Mimiken, u.s.w.) zu wenden, eine Idee der Personalität des Autors und derjenigen zu bekommen, die er zu überreden oder zu bezaubern hofft.

Português
A A.L.S. (Análise das Lógicas Subjetivas) é um método de análise das palavras (unidades lexicais) de um texto falado ou escrito, inspirado pela psicanálise, que permite, sem recorrer ao não-verbal (intonações, gestos, mímicas, etc.), ter uma idéia da personalidade do autor e daqueles que ele pode esperar persuadir ou seduzir.

Español
El A.L.S. (Análisis de las Lógicas Subjectivas) es un método de análisis de las palabras (lexemas) de un texto hablado o escrito, inspirado por la psicoanálisis, que permite, sin recurrir al no verbal (intonaciones, gestos, mímicas), tener una idea de la personalidad del autor y de aquellos a los que puede esperar persuadir o seducir.

Italiano
L'A.L.S. (Analisi delle Logiche Soggettive, è un metodo di analisi delle parole ("lexèmes") di un testo parlato o scritto, ispirata per la psicanalisi, che permette, senza ricorrere al no-verbale (intonazioni, gesti, mimici), di avere un'idea della personalità dell'autore e di quelli che può sperare di persuadere o sedurre.



Résumé : Blog de diffusion de textes et de discussions autour de l'Analyse des Logiques Subjectives, méthode linguistique originale d'analyse de discours partant des métaphores courantes et de la psychanalyse.

Abstract : Blog about "Analysis of Subjective Logics ", an original linguistic approach in discourse analysis.


Mots-clé :
analyscience, linguistique, analyse de discours, métaphore, psychanalyse, Lacan, psychologie, psychologie sociale, psychose, paranoïa, schizophrénie, rhétorique, argumentation, épistémologie, poésie, littérature, Baudelaire, traduction, malentendu, expressions figées, Jean-Claude Milner, L’Œuvre claire, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Luce Irigaray, Hélène Cixous, Deleuze, Guattari, hystérie, obsession, phobie, angoisse, inconscient, rêve, rébus, subjiciel

Keywords :
analyscience, linguistics, "discourse analysis", metaphor, psychoanalysis, Lacan, psychology, social psychology, psychosis, paranoia, schizophrenia, rhetorics, argumentation, epistemology, poetry, litterature, Baudelaire, translation, misunderstanding, frozen expressions, Jean-Claude Milner, L’Œuvre claire, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Luce Irigaray, Hélène Cixous, Deleuze, Guattari, hysteria, fixed idea, phobia, anxiety, the unconscious, dream, rebus, subjiciel

Schlüsselwörter :
analyscience, Linguistik, Redeanalyse, Metapher, Psychoanalyse, Lacan, Psychologie, soziale Psychologie, Psychose, Paranoia, Schizophrenie, Rhetorik, Argumentation, Epistemologie, Poesie, Literatur, Baudelaire, Übersetzung, Mißverständnis, starre Ausdrücke, Jean- Claude Milner, L’Œuvre claire, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Luce Irigaray, Hélène Cixous, Deleuze, Guattari, Hysterie, Zwangsvorstellung, Phobie, Angst, Unbewusstes, Traum, Rebus, Subjiciel

Palavras-chaves :
analyscience, linguística, análise de discursos, metáfora, psicanálise, Lacan, psicologia, psicologia social, psicose, paranóia, esquizofrenia, retórica, argumentação, epistemologia, poesia, literatura, Baudelaire, tradução, equívoco, expressões bloqueadas, Jean- Claude Milner, L’Œuvre claire, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Luce Irigaray, Hélène Cixous, Deleuze, Guattari, histeria, idéia fixada, fobia, inquietude, inconsciente, sonho, rébus, subjiciel

Palabras-clave :
analyscience, lingüistica, análisis de discurso, metáfora, psicoanálisis, Lacan, psicología, psicología social, psicosis, paranoïa, esquizofrenia, retórica, argumentación, epistemología, poesía, literatura, Baudelaire, traducción, malentendido, expresiones cuajadas, Jean-Claude Milner, L’Œuvre claire, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Luce Irigaray, Hélène Cixous, Deleuze, Guattari, histerismo, obsesión, fobia, angustia, inconsciente, sueño, jeroglífico, subjiciel

Parola-chiave :
analyscience, linguistica, analisi di discorso, metafora, psicanalisi, Lacan, psicologia, psicologia sociale, psicosi, paranoia, schizofrenia, retorica, argomentazione, epistemologia, poesia, letteratura, Baudelaire, traduzione, malinteso, espressioni idiomatiche, Jean-Claude Milner, L’Œuvre claire, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Luce Irigaray, Hélène Cixous, Deleuze, Guattari, isterismo, ossessione, fobia, angoscia, inconscio, sogno, rebus, subjiciel

 

Repost 0
12 juillet 2008 6 12 /07 /juillet /2008 21:22



      (rédigé le 15 janvier 2005, remis à jour le 11 mars 2005, puis le 2 novembre 2008).
 

      Dans l'article de la revue Marges Linguistiques, j'ai du écourter certains passages, par contrainte éditoriale sur le nombre de pages. Je publie ici des compléments extraits du chapitre méthodologique complet Esquisse d'une psychanalyse scientifique tiré du livre La parole est aux discours (co-écrit avec Eliane Pons, voir Bibliographie), et augmentés d'exemples.


• Le parler E → I (« du progrès »), parler de la rédemption, du rachat, de la réparation, avec sa biographie en deux étapes (jeunesse "folle" et âge mûr "rangé"), semble résulter d'un jugement en deux temps du parent, qui rejette au début un enfant non conforme à son attente, puis « se fait une raison », s'en accommode, et remédie au « défaut » naturel par l'éducation, la « formation », la « construction de la personnalité de l'enfant ».

• La langue E → I" est celle qui dans la jeunesse valorise le point de vue "extraverti", puis à l'âge mûr le point de vue "introverti".

• On trouve dans ce parler, au moment de la transition entre les points de vue E et I, des verbes de changement d'état : (se) calmer, (s')assagir, (s')endurcir, (se) ranger, (s')établir, décrivant le passage d'un adjectif A (fou, nomade) à un adjectif B (sage, sédentaire).
 

  • L'existence de ces mots spécifiques ne semble pas, toutefois, justifier la création d'une "série AB". [Ces mots seront désormais notés en italigras (début en italique, fin en gras)]


• Quand un verbe de changement d'état (Ex: "ranger") se rencontre à l'actif dans le parler "E → I", son participe passé ("rangé") figure en général comme adjectif dans la série B.
 

  • Ce parler connaît plusieurs variantes, plusieurs « itinéraires » qui se combinent souvent, et qui dépendent de la manière dont sont métaphorisés l'état initial « mauvais » et l'état final « idéal » :


* itinéraire « guérison» : c'est la métaphore médicale si couramment appliquée à la vie psychique

mal = maladie, bien = santé : il faut guérir les autres et se guérir en même temps.

* itinéraire « travail, construction, édification » :

mal = matériaux épars, bien = produit fini, « œuvre » : c'est la morale de l'effort rédempteur.

      Il y a combinaison de ces deux métaphores dans le fantasme du « travail thérapeutique » au cours d'une psychanalyse (voir le § Applications, A, 3, a).

* itinéraire « enrichissement, capitalisation, accumulation ».

mal = pauvreté, dénuement, bien = richesse : la valeur du locuteur est celle de sa fortune (cf l'expression « je vaux tant »).

* itinéraire « gain de sagesse, d'érudition » :

mal = absence de savoir, bien = « tête bien pleine» : c'est, par exemple, le cursus universitaire accumulateur de connaissances, incompatible avec la croyance à la « science infuse » propre au parler « conservateur » (cf le § Applications, A, 1, deuxième).


* itinéraire « passage de l'impiété à la foi » (Marie-Madeleine, pécheresse repentie) :

mal = péché, bien = sainteté : l'extraverti blasphémateur et iconoclaste se découvre une vie intérieure. Dans beaucoup de traditions religieuses l'abstinence sexuelle est présentée comme un moyen d'élever son âme vers Dieu (ascèse).
 

Exemple attesté: une de mes amies me raconte l'histoire suivante : son amie , une femme de trente ans, "débauchée", ayant "tout essayé" en matière de sexualité se tourne vers la méditation et fait des "retraites" dans des ashrams (monastères). Lors d'un voyage avec mon amie en ex-Yougoslavie, elle a une aventure avec un homme nettement plus jeune qu'elle. A son retour elle s'en culpabilise, fait une petite dépression, s'accusant d'avoir commis un "péché", et redouble de piété rédemptrice.

Deux autres exemples trouvés il y a quelques années dans un programme de télévision imprimé (sur TF1):

22h25 Mea culpa
Magazine proposé et animé par Patrick Meney.
Du trottoir à la ferme. 1972. Des prostituées défilent dans la rue, elles veulent être considérées par la société et payer moins d'impôts. Ulla est le leader incontrôlé du mouvement. Vingt ans après,la "belle de nuit" s'est rangée. Pour sa réinsertion, elle a choisi un petit village de 600 habitants, Saint Hostien en Haute-Loire. Mais les choses s'avèrent difficiles, s'intégrer se révèle impossible, même si, pour se racheter, Ulla a choisi de s'occuper d'enfants délinquants. L'émission propose un face à face entre les habitants de Saint Hostien et la jeune femme.


22h25 Prostitution
Série documentaire (n°3 et fin). Prpoposée et réalisée par Mireille Dumas.
La maman du trottoir. Monique, 48 ans, s'est prostituée durant treize ans, vivant des moments horribles. Aujourd'hui, elle a cessé afin de récupérer ses enfants avec lesquels elle vit depuis quatre ans dans une communauté religieuse où elle a fait voeu de chasteté...
(penser pour ce parcours à l'expression attestée : "péché de jeunesse")


* itinéraire « accession à la dignité de parent » :

faire un enfant idéal, enfanter « le Messie » rend le parent idéal en retour (telle Marie devenue sainte).

* itinéraire « voyage qui rapporte », différent du « voyage-perdition », du voyage sans retour (propre au parler E → E), et couronné par la réconciliation familiale après le rejet initial ("retour du fils prodigue") :

« Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage...
...Et puis est retourné plein d'usage et raison
Vivre entre ses parents le reste de son âge ».
(voir sur ce blog l'analyse de ce poème de Du Bellay)
Exemple attesté : le fils du préfet de POLICE d'une grande ville d'Amérique latine participe par défi avec sa bande à plusieurs hold-up à main armée où il y a des morts DANS LA POLICE. Ils sont pris et condamnés. Sommé de choisir entre la prison et l'exil, il vient en Europe, qu'il visite. Il commence à écrire des nouvelles (point de vue E). Il tombe par hasard sur un livre de Victor Bérard qui voit dans l'Odyssée, outre le mythe, un guide de navigation antique avec les dangers à éviter. Pris de passion pour cette histoire, il refait le voyage d'Ulysse tout autour de la Méditerranée. Ses textes s'épaississent, deviennent de plus en plus consistants, ce sont des romans (point de vue I). Son temps d'exil terminé il rentre dans son pays natal, et même dans sa ville natale, trouve un emploi dans une bibliothèque, publie ses romans, devient célèbre, commence à s'enrichir, accède à la notoriété (voir itinéraire suivant) et se réconcilie avec son père que l'autorise à revenir habiter sa ville natale !


* itinéraire « conquête de la notoriété » :

mal = anonymat, bien = reconnaissance sociale : il faut « se faire un nom », « devenir quelqu'un », entreprendre une carrière politique ou autre pour « se couvrir de gloire ».

Rajout du 2 novembre 2008 :

* itinéraire « rencontre du grand amour », très voisin de l'itinéraire « accession à la dignité de parent » :

rencontrer le partenaire idéal (« le Messie » pour Louis Aragon et d'autres), former un couple idéal destiné à durer toujours, rend le sujet idéal en retour (rédemption par l'amour).

 


Merci de bien vouloir laisser un commentaire ci-dessous




Français
L'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives) est une méthode d’analyse des mots (lexèmes) d’un texte parlé ou écrit, inspirée par la psychanalyse, qui permet, sans recourir au non-verbal (intonations, gestes, mimiques), d’avoir une idée de la personnalité de l’auteur et de ceux qu’il peut espérer persuader ou séduire.

English
The A.L.S (Analysis of Subjective Logics) is an analytical method concerned with the words (lexical items) of a spoken or written text. Drawing on psychoanalysis, it allows one, without resorting to the non-verbal (intonations, gestures, mimics, etc.), to get an idea of the personality of the author as well as of those one expects to persuade or to entice.

Deutsch
Die A.L.S (Analyse der Subjektiven Logiken) ist eine Untersuchungsmethode der Wörter (lexikalische Einheiten) eines gesprochenen oder geschriebenen Textes, mit einer Inspiration der Psychoanalyse, der erlaubt, ohne sich an das Nichtverbale (Intonationen, Bewegungen, Mimiken, u.s.w.) zu wenden, eine Idee der Personalität des Autors und derjenigen zu bekommen, die er zu überreden oder zu bezaubern hofft.

Português
A A.L.S. (Análise das Lógicas Subjetivas) é um método de análise das palavras (unidades lexicais) de um texto falado ou escrito, inspirado pela psicanálise, que permite, sem recorrer ao não-verbal (intonações, gestos, mímicas, etc.), ter uma idéia da personalidade do autor e daqueles que ele pode esperar persuadir ou seduzir.

Español
El A.L.S. (Análisis de las Lógicas Subjectivas) es un método de análisis de las palabras (lexemas) de un texto hablado o escrito, inspirado por la psicoanálisis, que permite, sin recurrir al no verbal (intonaciones, gestos, mímicas), tener una idea de la personalidad del autor y de aquellos a los que puede esperar persuadir o seducir.

Italiano
L'A.L.S. (Analisi delle Logiche Soggettive, è un metodo di analisi delle parole ("lexèmes") di un testo parlato o scritto, ispirata per la psicanalisi, che permette, senza ricorrere al no-verbale (intonazioni, gesti, mimici), di avere un'idea della personalità dell'autore e di quelli che può sperare di persuadere o sedurre.
 



Résumé : Blog de diffusion de textes et de discussions autour de l'Analyse des Logiques Subjectives, méthode linguistique originale d'analyse de discours partant des métaphores courantes et de la psychanalyse.

Abstract : Blog about "Analysis of Subjective Logics ", an original linguistic approach in discourse analysis.

Mots-clé : linguistique, analyse de discours, métaphore, psychanalyse, Lacan, psychologie, psychologie sociale, psychose, paranoïa, schizophrénie, rhétorique, argumentation, épistémologie, poésie, littérature, Baudelaire, traduction, malentendu, expressions figées, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, hystérie, obsession, phobie, angoisse, inconscient, rêve, rébus.

Keywords : linguistics, "discourse analysis", metaphor, psychoanalysis, Lacan, psychology, social psychology, psychosis, paranoia, schizophrenia, rhetorics, argumentation, epistemology, poetry, litterature, Baudelaire, translation, misunderstanding, frozen expressions, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche,
hysteria, fixed idea, phobia, anxiety, the unconscious, dream, rebus.

Schlüsselwörter : Linguistik, Redeanalyse, Metapher, Psychoanalyse, Lacan, Psychologie, soziale Psychologie, Psychose, Paranoia, Schizophrenie, Rhetorik, Argumentation, Epistemologie, Poesie, Literatur, Baudelaire, Übersetzung, Mißverständnis, starre Ausdrücke, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Hysterie, Zwangsvorstellung, Phobie, Angst, Unbewusstes, Traum, Rebus.

Palavras-chaves : linguística, análise de discursos, metáfora, psicanálise, Lacan, psicologia, psicologia social, psicose, paranóia, esquizofrenia, retórica, argumentação, epistemologia, poesia, literatura, Baudelaire, tradução, equívoco, expressões bloqueadas, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, histeria, idéia fixada, fobia, inquietude, o inconsciente, sonho, rébus.

Palabras-clave : lingüistica, análisis de discurso, metáfora, psicoanálisis, Lacan, psicología, psicología social, psicosis, paranoïa, esquizofrenia, retórica, argumentación, epistemología, poesía, literatura, Baudelaire, traducción, malentendido, expresiones cuajadas, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, histerismo, obsesión, fobia, angustia, inconsciente, sueño, jeroglífico.

Parola-chiave : linguistica, analisi di discorso, metafora, psicanalisi, Lacan, psicologia, psicologia sociale, psicosi, paranoia, schizofrenia, retorica, argomentazione, epistemologia, poesia, letteratura, Baudelaire, traduzione, malinteso, espressioni idiomatiche, Jean-Claude Milner. , Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche,  isterismo, ossessione, fobia, angoscia, inconscio, sogno, rebus.

Repost 0