Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : TOUT SUR L'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives©)
  • TOUT SUR L'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives©)
  • : Blog scientifique sur l'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives©), méthode originale d'analyse de discours partant des métaphores quotidiennes et de la psychanalyse. Applications dans de nombreux domaines des Sciences Humaines et Sociales : linguistique, littérature (Camus), poésie (Baudelaire), traduction, rhétorique, argumentation, psychologie sociale. Textes, articles, exercices, discussions,dictionnaires.Google+
  • Contact

Mots-clé

Mots-clé : analyscience, linguistique, analyse de discours, sémantique, microsémantique, microsémantique du fantasme, logique de la déraison, lexicologie, subjilecte, métaphore, paradiastole, oxymore, isotopie subjective, axiologie, homonyme, homonymie, pseudosynonyme, pseudosynonymie, psychanalyse, Lacan, Réel Symbolique Imaginaire, psychologie, psychologie sociale, psychose, paranoïa, paranoïaque, schizophrénie, schizophréne, rhétorique, argumentation, épistémologie, logique, logique libre, poésie, littérature, surréalisme, Hocquenghem, Charles Baudelaire, traduction, malentendu, dialogue de sourds, expressions figées, Jean-Jacques Pinto, Jean-Claude Milner, L’Œuvre claire, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, hystérie, hystérique, obsession, obsessionnel, phobie, phobique, angoisse, inconscient, formations de l'inconscient, rêve, rébus, lapsus, oubli, acte manqué, mot d'esprit, interprétation, antiphilosophie, anti-philosophie, Cyrano, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, subjiciel, points de vue, la subjectivité comme artifice, subjectivité, subjectivité artificielle, machina subjectiva, argot, Luce Irigaray, Hélène Cixous, Gilles Deleuze, Félix Guattari, Jean-François Lyotard, homéopsychie, malaise dans la civilisation, propagande, propagande et psychanalyse, psychanalyse et propagande, neurosciences, neurosciences et psychanalyse, psychanalyse et neurosciences, approche logiciste, Jean-Claude Gardin, Jean Molino, cognisème, subjisème, prothèse psychique, identification cognitive, identification subjective, galiléisme, galiléisme étendu, science galiléenne, structuralisme, structure, langage, définition apophatique de la psychanalyse, définition récursive de la psychanalyse

 


Recherche

8 septembre 2009 2 08 /09 /septembre /2009 14:49


     Le personnage de Grégoire Dupin décrit par Thierry Bataille dans Comment le pape a ruiné ma vie (Calmann-Lévy) évoque-t-il un des profils proposés par l'A.L.S.? Lequel ? Essayez de le caractériser par une analyse des mots du texte en séries, valeurs, points de vue.

     Il y a quelques petits pièges (des exceptions) ... et d'autre part la fin du passage devrait évoquer quelque chose de précis à ceux qui ont lu les tableaux de l'article complet sur l'A.L.S, notamment celui-ci, reproduit sur ce blog (cliquez ici).

 


Lundi : À 7h27, mon radioréveil s'allume à volume sonore moyen et je prête attention à la situation météorologique de l'lle-de-France avant d'écouter les principaux titres de l'actualité d'une oreille vigilante.

Dans la cuisine, j'appuie sur le bouton de la cafetière électrique que j'ai remplie la veille au soir de café décaféiné moulu. Je me sens bien. Je n'ai mal nulle part. Le temps maussade que j'entraperçois à travers les rideaux de tulle m'importe peu.

Après une douche, je me vêts, costume sombre, chemise blanche, cravate unie, et je me rends jusqu'au ministère, où mon bureau se trouve au troisième étage. Je salue de la tête, par ordre d'apparition, policiers, huissiers, employés, et ma secrétaire particulière, Mme Lambert, qui me donne les rendez-vous de la journée. Ceux-ci se succèdent avec une régularité de bon aloi — chaque rendez-vous fixé à une demi-heure, règle qui convient parfaitement au fonctionnement du service public.

À 13 heures, je me lave les mains dans la petite salle d'eau qui jouxte mon bureau. Le miroir me renvoie mon reflet, que j'examine furtivement. Je suis grand et mince, brun, une petite ride sépare mon front en deux, de la racine des cheveux, que j'ai en abondance quoique coupés assez court, jusqu'à la racine du nez.

Ce mot, racine, me plaît. J'ai le sentiment, à cet instant précis, d'être ancré dans une réalité consistante. Je suis fonctionnaire – et j'aime aussi cette idée d'avoir une fonction. HAUT fonctionnaire. J'ai fait des études dans une GRANDE école.

Je déjeune avec un conseiller du Premier ministre que j'ai rencontré à plusieurs reprises. Il m'exprime sa satisfaction du chemin parcouru tandis que je coupe en fines lamelles ma bavette filandreuse. Nous buvons de l'eau minérale. Nous disons préférer les légumes, malgré le bœuf dans nos assiettes. Nous parlons de salmonelle, de dioxine, de listériose, d'encéphalopathie spongi-forme, de réglementations communautaires indis-pensables. Avant les cafés, décaféiné pour moi, il me félicite pour ma prochaine promotion. Ai-je davantage d'informations à ce sujet? Pas pour le moment. « Mais je vous en ferai part en temps et heure. » Il sourit à ma formule un peu désuète et se demande sans doute quel degré d'ironie je mets dans mes propos.

J'ai à moitié mal au cœur. Ce n'est pas seulement à cause du vin, que je suis pourtant peu habitué à boire en si grande quantité. Ma tempérance s'est exercée dans toutes les directions, jusque-là. Mes cinq sens ont été peu sollicités. Et toujours sans excès.

Ouïe : j'aime la musique classique, et plutôt Mozart que Berlioz. U2 aussi, mais surtout quand Bono chante One, Staring at the Sun ou In a Little Mile.. Ainsi que quelques autres slows beaucoup plus anciens: Whiter Shade of Pale (Procol Harum), Sympathy (Rare Bird), Lady d'Arbanville (Cat Stevens, rebaptisé depuis Yusuf Islam et ayant soutenu en son temps la fatwa contre Salman Rushdie) ou A Song for Europe (Roxy Music).

Goût : je préfère la viande blanche et les fromages aseptisés à pâte molle.

Odorat : je suis prompt à m'enrhumer pour empêcher les odeurs trop fortes de m'assaillir.

Toucher : je ne pratique même l'onanisme qu'avec parcimonie, me méfiant de tous les ismes, ainsi que le disait Vladimir Jankélévitch.

Vue : je mets des lunettes de soleil aux premiers beaux jours, sans coquetterie, mais par crainte d'attraper une conjonctivite.

Voilà l'homme que Palma Risi a devant elle. Et cependant, elle me demande de l'accompagner chez des amis pour dîner.

      Voici à présent le texte annoté quant aux séries et aux valeurs.

      Le texte est marqué selon les conventions d'usage (italique = série A, gras = série B,   italigras : parler E→I, grasitalique : mot du parler hésitant ou mot mixte avec traits A et traits B, souligné =  mot valorisé par l'auteur, non souligné = mot dévalorisé par l'auteur). 


Lundi : À 7h27, mon radioréveil s'allume à volume sonore moyen et je prête attention à la situation météorologique de l'lle-de-France avant d'écouter les principaux titres de l'actualité d'une oreille vigilante.

Dans la cuisine, j'appuie sur le bouton de la cafetière électrique que j'ai remplie la veille au soir de café décaféiné moulu. Je me sens bien. Je n'ai mal nulle part. Le temps maussade que j'entraperçois à travers les rideaux de tulle m'importe peu.

Après une douche, je me vêts, costume sombre, chemise blanche, cravate unie, et je me rends jusqu'au ministère, où mon bureau se trouve au troisième étage. Je salue de la tête, par ordre d'apparition, policiers, huissiers, employés, et ma secrétaire particulière, Mme Lambert, qui me donne les rendez-vous de la journée. Ceux-ci se succèdent avec une régularité de bon aloi — chaque rendez-vous fixé à une demi-heure, règle qui convient parfaitement au fonctionnement du service public.

À 13 heures, je me lave les mains dans la petite salle d'eau qui jouxte mon bureau. Le miroir me renvoie mon reflet, que j'examine furtivement. Je suis grand et mince, brun, une petite ride sépare mon front en deux, de la racine des cheveux, que j'ai en abondance quoique coupés assez court, jusqu'à la racine du nez.

Ce mot, racine, me plaît. J'ai le sentiment, à cet instant précis, d'être ancré dans une réalité consistante. Je suis fonctionnaire – et j'aime aussi cette idée d'avoir une fonction. HAUT fonctionnaire. J'ai fait des études dans une GRANDE école.

Je déjeune avec un conseiller du Premier ministre que j'ai rencontré à plusieurs reprises. Il m'exprime sa satisfaction du chemin parcouru tandis que je coupe en fines lamelles ma bavette filandreuse. Nous buvons de l'eau minérale. Nous disons préférer les légumes, malgré le bœuf dans nos assiettes. Nous parlons de salmonelle, de dioxine, de listériose, d'encéphalopathie spongiforme, de réglementations communautaires indispensables. Avant les cafés, décaféiné pour moi, il me félicite pour ma prochaine promotion. Ai-je davantage d'informations à ce sujet? Pas pour le moment. « Mais je vous en ferai part en temps et heure. » Il sourit à ma formule un peu désuète et se demande sans doute quel degré d'ironie je mets dans mes propos.

J'ai à moitié mal au cœur. Ce n'est pas seulement à cause du vin, que je suis pourtant peu habitué à boire en si grande quantité. Ma tempérance s'est exercée dans toutes les directions, jusque-là. Mes cinq sens ont été peu sollicités. Et toujours sans excès.

Ouïe
: j'aime la musique classique, et plutôt Mozart que Berlioz. U2 aussi, mais surtout quand Bono chante One, Staring at the Sun ou In a Little Mile.. Ainsi que quelques autres slows beaucoup plus anciens : Whiter Shade of Pale (Procol Harum), Sympathy (Rare Bird), Lady d'Arbanville (Cat Stevens, rebaptisé depuis Yusuf Islam et ayant soutenu en son temps la fatwa contre Salman Rushdie) ou A Song for Europe (Roxy Music).

Goût : je préfère la viande blanche et les fromages aseptisés à pâte molle.

Odorat : je suis prompt à m'enrhumer pour empêcher les odeurs trop fortes de m'assaillir.

Toucher : je ne pratique même l'onanisme qu'avec parcimonie, me méfiant de tous les ismes, ainsi que le disait Vladimir Jankélévitch.

Vue : je mets des lunettes de soleil aux premiers beaux jours, sans coquetterie, mais par crainte d'attraper une conjonctivite.

Voilà l'homme que Palma Risi a devant elle. Et cependant, elle me demande de l'accompagner chez des amis pour dîner.

Début du corrigé :

On constate l'abondance de mots de la série B valorisés, ce qui signe le point de vue introverti , et comme le montre la suite du livre, le portrait du personnage décrit un état permanent. Il s'agit donc ici du parler conservateur ("personnalité obsessionnelle" des psychiatres, que l'on retrouve chez Camus dans le personnage de Joseph Grand) :

volume sonore moyen
prêter attention
oreille vigilante
cafetière remplie la veille au soir (il est prévoyant)
café décaféiné (voir infra)
le temps maussade m'importe peu (il est insensible à l'extérieur, alors qu'un "extraverti" s'en plaindrait)
costume sombre
chemise blanche
cravate unie
par ordre d'apparition
régularité de bon aloi
rendez-vous fixé à une demi-heure
règle qui convient parfaitement au fonctionnement du service public.
petite salle d'eau (comme il s'agit d'une fiction, on peut supposer que l'auteur ajoute cet adjectif non par souci d'une description exacte, mais pour renforcer le côté petit, étriqué, voire mesquin du personnage). 
le miroir me renvoie mon reflet, que j'examine (voir dans le billet "Communication linguistique et spéculairel'identification obsessionnelle, notamment le § "L'obsessionnel se plaît aux réflexions spéculaires")
cheveux coupés assez court
le mot, racine, me plaît
être ancré dans une réalité consistante
fonctionnaire
j'aime
cette idée d'avoir une fonction


Quelques exceptions

douche, se laver les mains : les locuteurs deu parler conservateur sont plutôt hydrophobes, sauf T.O.C.s surajoutés ! Le grand public, et peut-être ici l'auteur, confond souvent les obsessionnels, sales sauf exception, avec les phobiques des mibrobes, point que nous développerons bientôt sur ce blog ... Douche et lavage sont au contraire le fait des locuteurs "extravertis".
furtivement : dans le billet cité plus haut on voit que pour l'obsessionnel l'image est à contempler
grand et mince(et non petit et maigre comme le prédirait l'A.L.S. ; intention précise ou oubli de l'auteur ?)
HAUT fonctionnaire, GRANDE école : ne collent pas avec le profil professionnel peu ambitieux de l'obsessionnel, mieux décrit par Camus avec Joseph Grand)

Fin du passage 

     Très significative, elle doit évoquer aux lecteurs des tableaux de l'article complet sur l'A.L.S, celui qui porte sur les atomes de sens A et B concrets. Il est en effet mentionné : "Le classement en « domaines » correspondant aux cinq sens n'a qu'une valeur de repérage pratique. L'adjectif (ou sa périphrase) en gras italique qualifie la majoration  ou la minoration de chaque sensation" :

- majoration (série A) valorisée dans le point de vue extraverti et le parler Changement/destruction (goût pour les sensations fortes, donc le "sensationnel")

- minoration (série B) valorisée dans le point de vue introverti et le parler conservateur (évitement des sensations fortes, des chocs sensoriels et émotionnels).

     Or justement Grégoire Dupin (son nom lui-même sonne vieillot, désuet) nous dit : 

"Ma tempérance s'est exercée dans toutes les directions, jusque-là. Mes cinq sens ont été peu sollicités. Et toujours
sans excès."

     Et, comme dans notre tableau, il énumère sens après sens cette tempérance synonyme de modération voire de minoration, avec des mots de la série B valorisés, donc encore et toujours du point de vue introverti :

Ouïe :
classique,
plutôt Mozart que Berlioz (Mozart est plus ancien)
quelques autres slows ("slow" = "lent" en anglais)
beaucoup plus anciens

Goût :
viande (trait "protéique" et "nourrissant")
blanche
fromages
(trait "protéique" et "nourrissant" ; beaucoup d'extravertis ne peuvent absorber ni lait ni fromage)
aseptisés
à pâte molle : exception sans explication plausible (normalement les introvertis aiment la croûte dure des fromages, que les extravertis écartent soigneusement). Tout ceci sera abordé dans un billet spécial, puisque l'article sur l'A.L.S. affiche en exergue "Des goûts et des couleurs on peut enfin discuter ...")

Odorat :
m'enrhumer (donc se boucher le nez, penser aux trois singes qui se bouchent les yeux et les oreilles pour que rien n'entre, et la gueule pour que rien ne sorte)
empêcher les odeurs trop fortes (A-) de m'assaillir (A-).

Toucher :
je pratique l'onanisme : auto-érotisme, dispensant du recours à l'autre
avec parcimonie : où l'avarice et le refus de s'épancher vont-ils se nicher !!!
me méfiant de tous les ismes : confiance en soi, méfiance envers les idéologies extérieures 

Vue :
lunettes de soleil : atténuent la luminosité
premiers beaux jours : qui font à l'inverse se ruer dehors les extravertis, vers le soleil ami
sans coquetterie : pas de fime, de recherche du look chez l'introverti
par crainte d'une conjonctivite : inflammation de la conjonctive ; le soleil est un ennemi


D'autres analyses d'extraits de poésie et littérature :

Application de l'A.L.S. au corpus des Fleurs du Mal de Ch. Baudelaire

Mallarmé mal aimé ?

La personnalité de Cyrano vue par l'A.L.S.

Un passage de "Cyrano de Bergerac", d'Edmond Rostand

La tirade des "Non merci !" de Cyrano de Bergerac


Un personnage d'Albert Camus à "diagnostiquer"

Une citation d'Antonin Artaud

Un texte d'Hélène Cixous


Un texte de Luce Irigaray

Un "Manifeste" de Witold Gombrowicz

Un texte d'Henry de Montherlant

Baudelaire : Notes nouvelles sur Edgar Poe

Quelle est la "personnalité" de Du Bellay ?

De Du Bellay à Piaf : regretter ou non ?

L'avant-lire et les préfaces de "Le libertinage", d'Aragon

Une courte critique littéraire à analyser

Une chanson de Georges Brassens, "Le pornographe"


Passage extrait du livre de H. Miller "Le monde du sexe"

Application de l'A.L.S. à la traduction




[ À suivre ]




Merci de bien vouloir laisser un commentaire ci-dessous




Français

L'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives) est une méthode d’analyse des mots (lexèmes) d’un texte parlé ou écrit, inspirée par la psychanalyse, qui permet, sans recourir au non-verbal (intonations, gestes, mimiques), d’avoir une idée de la personnalité de l’auteur et de ceux qu’il peut espérer persuader ou séduire.

English
A.L.S (Analysis of Subjective Logics) is an analytical method concerned with the words (lexical items) of a spoken or written text. Drawing on psychoanalysis, it allows one, without resorting to the non-verbal (intonations, gestures, mimics, etc.), to get an idea of the personality of the author as well as of those one expects to persuade or to entice.

Deutsch
Die A.L.S (Analyse der Subjektiven Logiken) ist eine Untersuchungsmethode der Wörter (lexikalische Einheiten) eines gesprochenen oder geschriebenen Textes, mit einer Inspiration der Psychoanalyse, der erlaubt, ohne sich an das Nichtverbale (Intonationen, Bewegungen, Mimiken, u.s.w.) zu wenden, eine Idee der Personalität des Autors und derjenigen zu bekommen, die er zu überreden oder zu bezaubern hofft.

Português
A A.L.S. (Análise das Lógicas Subjetivas) é um método de análise das palavras (unidades lexicais) de um texto falado ou escrito, inspirado pela psicanálise, que permite, sem recorrer ao não-verbal (intonações, gestos, mímicas, etc.), ter uma idéia da personalidade do autor e daqueles que ele pode esperar persuadir ou seduzir.

Español
El A.L.S. (Análisis de las Lógicas Subjectivas) es un método de análisis de las palabras (lexemas) de un texto hablado o escrito, inspirado por la psicoanálisis, que permite, sin recurrir al no verbal (intonaciones, gestos, mímicas), tener una idea de la personalidad del autor y de aquellos a los que puede esperar persuadir o seducir.

Italiano
L'A.L.S. (Analisi delle Logiche Soggettive, è un metodo di analisi delle parole ("lexèmes") di un testo parlato o scritto, ispirata per la psicanalisi, che permette, senza ricorrere al no-verbale (intonazioni, gesti, mimici), di avere un'idea della personalità dell'autore e di quelli che può sperare di persuadere o sedurre.




Résumé
: Blog de diffusion de textes et de discussions autour de l'Analyse des Logiques Subjectives, méthode linguistique originale d'analyse de discours partant des métaphores courantes et de la psychanalyse.

Abstract : Blog about "Analysis of Subjective Logics ", an original linguistic approach in discourse analysis.


Mots-clé : analyscience, linguistique, analyse de discours, métaphore, psychanalyse, Lacan, psychologie, psychologie sociale, psychose, paranoïa, schizophrénie, rhétorique, argumentation, épistémologie, poésie, littérature, Baudelaire, traduction, malentendu, expressions figées, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, hystérie, obsession, phobie, angoisse, inconscient, rêve, rébus, subjiciel, machina subjectiva

Keywords : analyscience, linguistics, "discourse analysis", metaphor, psychoanalysis, Lacan, psychology, social psychology, psychosis, paranoia, schizophrenia, rhetorics, argumentation, epistemology, poetry, litterature, Baudelaire, translation, misunderstanding, frozen expressions, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, hysteria, fixed idea, phobia, anxiety, the unconscious, dream, rebus, subjiciel, machina subjectiva

Schlüsselwörter : Analyscience, Linguistik, Redeanalyse, Metapher, Psychoanalyse, Lacan, Psychologie, soziale Psychologie, Psychose, Paranoia, Schizophrenie, Rhetorik, Argumentation, Epistemologie, Poesie, Literatur, Baudelaire, Übersetzung, Mißverständnis, starre Ausdrücke, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, Hysterie, Zwangsvorstellung, Phobie, Angst, Unbewusstes, Traum, Rebus, subjiciel, machina subjectiva

Palavras-chaves : analyscience, linguística, análise de discursos, metáfora, psicanálise, Lacan, psicologia, psicologia social, psicose, paranóia, esquizofrenia, retórica, argumentação, epistemologia, poesia, literatura, Baudelaire, tradução, equívoco, expressões bloqueadas, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, histeria, idéia fixada, fobia, inquietude, o inconsciente, sonho, rébus, subjiciel, machina subjectiva

Palabras-clave : analyscience, lingüistica, análisis de discurso, metáfora, psicoanálisis, Lacan, psicología, psicología social, psicosis, paranoïa, esquizofrenia, retórica, argumentación, epistemología, poesía, literatura, Baudelaire, traducción, malentendido, expresiones cuajadas, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, histerismo, obsesión, fobia, angustia, inconsciente, sueño, jeroglífico, subjiciel, machina subjectiva

Parola-chiave : analyscience, linguistica, analisi di discorso, metafora, psicanalisi, Lacan, psicologia, psicologia sociale, psicosi, paranoia, schizofrenia, retorica, argomentazione, epistemologia, poesia, letteratura, Baudelaire, traduzione, malinteso, espressioni idiomatiche, Jean-Claude Milner. , Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, isterismo, ossessione, fobia, angoscia, inconscio, sogno, rebus, subjiciel, machina subjectiva

Partager cet article

Repost 0
Published by Analogisub - dans Exercices
commenter cet article

commentaires