Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : TOUT SUR L'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives©)
  • TOUT SUR L'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives©)
  • : Blog scientifique sur l'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives©), méthode originale d'analyse de discours partant des métaphores quotidiennes et de la psychanalyse. Applications dans de nombreux domaines des Sciences Humaines et Sociales : linguistique, littérature (Camus), poésie (Baudelaire), traduction, rhétorique, argumentation, psychologie sociale. Textes, articles, exercices, discussions,dictionnaires.Google+
  • Contact

Mots-clé

Mots-clé : analyscience, linguistique, analyse de discours, sémantique, microsémantique, microsémantique du fantasme, logique de la déraison, lexicologie, subjilecte, métaphore, paradiastole, oxymore, isotopie subjective, axiologie, homonyme, homonymie, pseudosynonyme, pseudosynonymie, psychanalyse, Lacan, Réel Symbolique Imaginaire, psychologie, psychologie sociale, psychose, paranoïa, paranoïaque, schizophrénie, schizophréne, rhétorique, argumentation, épistémologie, logique, logique libre, poésie, littérature, surréalisme, Hocquenghem, Charles Baudelaire, traduction, malentendu, dialogue de sourds, expressions figées, Jean-Jacques Pinto, Jean-Claude Milner, L’Œuvre claire, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, hystérie, hystérique, obsession, obsessionnel, phobie, phobique, angoisse, inconscient, formations de l'inconscient, rêve, rébus, lapsus, oubli, acte manqué, mot d'esprit, interprétation, antiphilosophie, anti-philosophie, Cyrano, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, subjiciel, points de vue, la subjectivité comme artifice, subjectivité, subjectivité artificielle, machina subjectiva, argot, Luce Irigaray, Hélène Cixous, Gilles Deleuze, Félix Guattari, Jean-François Lyotard, homéopsychie, malaise dans la civilisation, propagande, propagande et psychanalyse, psychanalyse et propagande, neurosciences, neurosciences et psychanalyse, psychanalyse et neurosciences, approche logiciste, Jean-Claude Gardin, Jean Molino, cognisème, subjisème, prothèse psychique, identification cognitive, identification subjective, galiléisme, galiléisme étendu, science galiléenne, structuralisme, structure, langage, définition apophatique de la psychanalyse, définition récursive de la psychanalyse

 


Recherche

22 août 2009 6 22 /08 /août /2009 21:00


     La communauté "AUTOUR D'ALBERT CAMUS" me fait l'honneur d'accepter mon blog en son sein. Je redirige vers cette communauté ce billet sur Camus écrit il y a quelque temps :

     Le personnage de Joseph Grand décrit par Camus dans La peste évoque-t-il un des profils proposés par l'
A.L.S.? Lequel ? Essayez de le caractériser par une analyse des mots du texte en séries, valeurs, points de vue. Il y a quelques petits pièges ...

     Voici le début du corrigé :  le texte est marqué (italique = série A, gras = série B, souligné = ici non pas mot valorisé par le locuteur, mais mot considéré par Camus comme s'appliquant au personnage) :

      « ... le docteur s'aperçut qu'il pensait à Grand: [...] "C'est le genre d'homme qui est épargné dans ces cas-là". Il se souvenait d'avoir lu que la peste épargnait les constitutions faibles et détruisait surtout les complexions vigoureuses. Et continuant d'y penser, le docteur trouvait à l'employé un air de petit mystère.
      A première vue, en effet, Joseph Grand n'était rien de plus que le petit employé de mairie dont il avait l'allure. Long et maigre, il flottait au milieu de ses vêtements qu'il choisissait toujours trop grands, dans l'illusion qu'ils lui feraient plus d'usage. S'il gardait encore la plupart de ses dents sur les gencives inférieures, il avait perdu en revanche celles de la mâchoire supérieure. Son sourire, qui relevait surtout la lèvre du haut, lui donnait ainsi une bouche d'ombre. Si l'on ajoute à ce portrait une démarche de séminariste, l'art de raser les murs et de se glisser dans les portes, un parfum de cave et de fumée, toutes les mines de l'insignifiance, on reconnaîtra que l'on ne pouvait pas l'imaginer ailleurs que devant un bureau, appliqué à réviser les tarifs des bains-douches de la ville ou à réunir pour un jeune rédacteur les éléments d'un rapport concernant la nouvelle taxe sur l'enlèvement des ordures ménagères. Même pour un esprit non prévenu, il semblait avoir été mis au monde pour exercer les fonctions discrètes mais indispensables d'auxiliaire municipal temporaire à soixante-deux francs trente par jour.
      [ ... ]
      Le salaire de Grand, malgré quelques augmentations générales, était encore dérisoire.
      [ ... ]
      C'est ici que se place l'originalité de Grand, ou du moins l'un de ses signes. Il eût pu en effet faire valoir, sinon des droits dont il n'était pas sûr, du moins les assurances qu'on lui avait données. Mais, d'abord, le chef de bureau qui l'avait engagé était mort depuis longtemps et l'employé, au demeurant, ne souvenait pas des termes exacts de la promesse qui lui avait été faite. Enfin, et surtout, Josef Grand ne trouvait pas ses mots.
      C'est cette particularité qui peignait le mieux notre concitoyen, comme Rieux put le remarquer. C'est elle en effet qui l'empêchait toujours d'écrire la lettre de réclamation qu'il méditait, ou de faire la démarche que les circonstances exigeaient. A l'en croire, il se sentait particulièrement empêché d'employer le mot "droit" sur lequel il n'était pas ferme, ni celui de "promesse" qui aurait impliqué qu'il réclamait son et aurait par conséquent revêtu un caractère de hardiesse, peu compatible avec la modestie des fonctions qu'il occupait. D'un autre côté, il se refusait à utiliser les termes de "bienveillance", "solliciter", "gratitude", dont il estimait qu'ils ne se conciliaient pas avec sa dignité personnelle. C'est ainsi que, faute de trouver le mot juste, notre concitoyen continua d'exercer ses obscures fonctions  jusqu'à un âge assez avancé.
      Au reste, et toujours selon ce qu'il disait au docteur Rieux, il s'aperçut à l'usage que sa  vie matérielle était assurée, de toute façon, puisqu'il lui suffisait, après tout, d'adapter ses besoins à ses ressources. Il reconnut ainsi la justesse d'un des mots favori du maire,  gros industriel de notre ville, lequel affirmait avec force, que finallement ... on n'avait jamais vu personne mourir de faim. Dans tous les cas, la vie quasi ascétique que menait Joseph Grand l'avait finalement, en effet, délivré de tout souci de cet ordre. Il continuait de chercher ses mots.
      Dans un certain sens, on peut bien dire que sa vie était exemplaire. Il était de ces hommes, rares dans notre ville comme ailleurs, qui ont toujours le courage de leurs bons sentiments. Le peu qu'il confiait de lui témoignait en effet de bontés et attachements qu'on n'ose pas avouer de nos jours. Il ne rougissait pas de convenir qu'il aimait ses neveux et sa sœur, seul parent qu'il eût gardé et qu'il allait, tous les deux ans, visiter en France. Il reconnaissait que le souvenir de ses parents, morts alors qu'il était encore jeune, lui donnait du chagrin. Il ne refusait pas d'admettre qu'il aimait par-dessus tout une certaine cloche de son quartier qui résonnait doucement vers cinq heures du soir. Mais pour évoquer des émotions si simples cependant, le moindre mot lui coûtait mille peines. Finalement, cette difficulté avait fait son plus grand souci.
"Ah docteur, disait-il, je voudrais bien apprendre à m'exprimer." Il en parlait à Rieux chaque fois qu'il le rencontrait. »


Réponse : Camus a réussi dans ce passage, à travers le personnage fictif de Joseph Grand, à donner une description presque exemplaire du locuteur Introverti. Nous en fournirons très bientôt l'analyse mot-à-mot.

 

 

...................................

 


      Exercice différent, toujours sur La peste de Camus. Voici quelques passages où il s'agit cette fois de diagnostiquer le point de vue (au sens de l'A.L.S) non plus d'un personnage, mais du narrateur Camus lui-même en analysant la sémantique de ses métaphores.

       Voici le début du corrigé :  le texte est marqué (italique = série A, gras = série B, souligné =  mot valorisé par le locuteur, Camus ; par conséquent les mots non soulignés sont pour Camus péjoratifs) :

       « Le juge roulait un peu ses yeux ronds et essayait d'aplatir une de ses touffes. Rieux le regardait. Il n'était pas possible que dans ces yeux durs et plats une douceur s'installât soudain. Mais ils étaient devenus plus brumeux, ils avaient perdu leur pureté de métal. »

       « En réalité, dans le voile opaque qui, depuis des mois, entourait la ville, une déchirure venait de se faire et, tous les lundis, chacun pouvait constater par les nouvelles de la radio, que la déchirure s'agrandissait et qu'enfin il allait être permis de respirer. »

 
      « Chez les autres au contraire ... après ce long temps de claustration et d'abattement, le vent d'espoir qui se levait avait allumé une fièvre et une impatience qui leur enlevaient toute maîtrise d'eux-mêmes. »

 
      « Pour le moment, la ville entière s'ébranlait, quittait ses lieux clos, sombres et immobiles, où elle avait jeté ses racines de pierre et se mettait enfin en marche avec son chargement de survivants. »

Réponse : Albert Camus parle, dans ces quatre passages,  du "point de vue" Extraverti, ce qui bien sûr ne préjuge pas (il faudrait travailler sur les interviews et professions de foi de Camus) du fait qu'il soit ou non lui-même un locuteur du parler Extraverti ... Nous donnerons très bientôt l'analyse mot-à-mot de ces extraits.

 

Et nous tenterons de montrer, dans un nouvel article à paraître bientôt, que Camus parle le plus souvent le "parler hésitant" ("I ou E") à rattacher à la structure (ou "personnalité") phobique. À l'appui de cette thèse, citons les propos de Benjamin Stora dans un article du quotidien La Provence daté du 7 septembre 2013 :

 

" Question :

Pourquoi autant de personnes s'identifient-elles à Camus ?

 

  Réponse : 

Parce qu'il est dans l'ambiguïté, l'hybridité. C'est un personnage de l'entre-deux qui est au cœur de la Méditerranée. "

 

Petite confirmation du "parler hésitant" chez Camus, cet extrait de ses carnets :

"Personne plus que moi n'a désiré l'harmonie, l'abandon, l'équilibre définitif, mais il m'a toujours fallu y tendre à travers les chemins les plus raides, le désordre, les luttes."
Albert Camus [Carnets]


                      "harmonie" : série B, valorisé ("désiré ") -> point de vue I
                      "abandon" : série A, valorisé ("désiré ") -> point de vue E
                      "équilibre" : en principe série B, valorisé mais ici pourrait faire simplement allusion à l'équilibre entre point de vue E et point de vue I
                      "chemins les plus raides": série B, dévalorisé -> point de vue E
                      "désordre" : série A, dévalorisé -> point de vue I
                      "luttes" : série A, valorisé ? dévalorisé ? -> point de vue ?

 

 

* * * * *

 

D'autres analyses d'extraits de poésie et littérature :

Application de l'A.L.S. au corpus des Fleurs du Mal de Ch. Baudelaire

Mallarmé mal aimé ?

 

La personnalité de Cyrano vue par l'A.L.S.

 

Un passage de "Cyrano de Bergerac", d'Edmond Rostand

 

La tirade des "Non merci !" de Cyrano de Bergerac

Une citation d'Antonin Artaud

Un texte d'Hélène Cixous

Un texte de Luce Irigaray

Un "Manifeste" de Witold Gombrowicz

Un texte d'Henry de Montherlant

Baudelaire : Notes nouvelles sur Edgar Poe

Quelle est la "personnalité" de Du Bellay ?

De Du Bellay à Piaf : regretter ou non ?

L'avant-lire et les préfaces de "Le libertinage", d'Aragon

Une courte critique littéraire à analyser

Une chanson de Georges Brassens, "Le pornographe"

Passage extrait du livre de H. Miller "Le monde du sexe"

Application de l'A.L.S. à la traduction

 

 

 

 [ à suivre ]

 

 


      ****** N'oubliez pas de visiter le reste de ce site ! ******

 

 

 

 

 


 

 

Merci de bien vouloir laisser un commentaire ci-dessous



Français
L'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives) est une méthode d’analyse des mots (lexèmes) d’un texte parlé ou écrit, inspirée par la psychanalyse, qui permet, sans recourir au non-verbal (intonations, gestes, mimiques), d’avoir une idée de la personnalité de l’auteur et de ceux qu’il peut espérer persuader ou séduire.

English
A.L.S (
Analysis of Subjective Logics) is an analytical method concerned with the words (lexical items) of a spoken or written text. Drawing on psychoanalysis, it allows one, without resorting to the non-verbal (intonations, gestures, mimics, etc.), to get an idea of the personality of the author as well as of those one expects to persuade or to entice.

Deutsch
Die A.L.S (Analyse der Subjektiven Logiken) ist eine Untersuchungsmethode der Wörter (lexikalische Einheiten) eines gesprochenen oder geschriebenen Textes, mit einer Inspiration der Psychoanalyse, der erlaubt, ohne sich an das Nichtverbale (Intonationen, Bewegungen, Mimiken, u.s.w.) zu wenden, eine Idee der Personalität des Autors und derjenigen zu bekommen, die er zu überreden oder zu bezaubern hofft.

Português
A A.L.S. (
Análise das Lógicas Subjetivas) é um método de análise das palavras (unidades lexicais) de um texto falado ou escrito, inspirado pela psicanálise, que permite, sem recorrer ao não-verbal (intonações, gestos, mímicas, etc.), ter uma idéia da personalidade do autor e daqueles que ele pode esperar persuadir ou seduzir.

Español
El A.L.S. (Análisis de las Lógicas Subjectivas) es un método de análisis de las palabras (lexemas) de un texto hablado o escrito, inspirado por la psicoanálisis, que permite, sin recurrir al no verbal (intonaciones, gestos, mímicas), tener una idea de la personalidad del autor y de aquellos a los que puede esperar persuadir o seducir.

Italiano
L'A.L.S. (Analisi delle Logiche Soggettive, è un metodo di analisi delle parole ("lexèmes") di un testo parlato o scritto, ispirata per la psicanalisi, che permette, senza ricorrere al no-verbale (intonazioni, gesti, mimici), di avere un'idea della personalità dell'autore e di quelli che può sperare di persuadere o sedurre.

 

 


 

 

 
Résumé : Blog de diffusion de textes et de discussions autour de l'Analyse des Logiques Subjectives, méthode linguistique originale d'analyse de discours partant des métaphores courantes et de la psychanalyse.

Abstract : Blog about "Analysis of Subjective Logics ", an original linguistic approach in discourse analysis.



Mots-clé : analyscience, linguistique, analyse de discours, métaphore, psychanalyse, Lacan, psychologie, psychologie sociale, psychose, paranoïa, schizophrénie, rhétorique, argumentation, épistémologie, poésie, littérature, Baudelaire, traduction, malentendu, expressions figées, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, hystérie, obsession, phobie, angoisse, inconscient, rêve, rébus, subjiciel, machina subjectiva

Keywords : analyscience, linguistics, "discourse analysis", metaphor, psychoanalysis, Lacan, psychology, social psychology, psychosis, paranoia, schizophrenia, rhetorics, argumentation, epistemology, poetry, litterature, Baudelaire, translation, misunderstanding, frozen expressions, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, hysteria, fixed idea, phobia, anxiety, the unconscious, dream, rebus, subjiciel, machina subjectiva

Schlüsselwörter : Analyscience, Linguistik, Redeanalyse, Metapher, Psychoanalyse, Lacan, Psychologie, soziale Psychologie, Psychose, Paranoia, Schizophrenie, Rhetorik, Argumentation, Epistemologie, Poesie, Literatur, Baudelaire, Übersetzung, Mißverständnis, starre Ausdrücke, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, Hysterie, Zwangsvorstellung, Phobie, Angst, Unbewusstes, Traum, Rebus, subjiciel, machina subjectiva

Palavras-chaves : analyscience, linguística, análise de discursos, metáfora, psicanálise, Lacan, psicologia, psicologia social, psicose, paranóia, esquizofrenia, retórica, argumentação, epistemologia, poesia, literatura, Baudelaire, tradução, equívoco, expressões bloqueadas, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, histeria, idéia fixada, fobia, inquietude, o inconsciente, sonho, rébus, subjiciel, machina subjectiva

Palabras-clave : analyscience, lingüistica, análisis de discurso, metáfora, psicoanálisis, Lacan, psicología, psicología social, psicosis, paranoïa, esquizofrenia, retórica, argumentación, epistemología, poesía, literatura, Baudelaire, traducción, malentendido, expresiones cuajadas, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, histerismo, obsesión, fobia, angustia, inconsciente, sueño, jeroglífico, subjiciel, machina subjectiva

Parola-chiave : analyscience, linguistica, analisi di discorso, metafora, psicanalisi, Lacan, psicologia, psicologia sociale, psicosi, paranoia, schizofrenia, retorica, argomentazione, epistemologia, poesia, letteratura, Baudelaire, traduzione, malinteso, espressioni idiomatiche, Jean-Claude Milner. , Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, isterismo, ossessione, fobia, angoscia, inconscio, sogno, rebus, subjiciel, machina subjectiva

 

http://analogisub.over-blog.com/ Blog scientifique sur l'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives), méthode originale d'analyse de discours partant des métaphores quotidiennes et de la psychanalyse. Applications dans de nombreux domaines des Sciences Humaines et Sociales : linguistique, littérature, poésie, traduction, rhétorique, argumentation, psychologie sociale. Textes, articles, exercices, discussions, dictionnaires. Litterature Tout sur l'Analyse des Logiques Subjectives
Femme

 

Partager cet article

Repost 0
Published by analogisub - dans Exercices
commenter cet article

commentaires

Analogisub 23/08/2009 09:52



Merci à DENIS ET FABIENNE, qui ont accueilli mon blog dans leur communauté "Autour d'Albert Camus, avec le message de bienvenue suivant :


La communauté "autour d'Albert Camus" s'agrandit

Nous avons eu le plaisir d'être sollicités par : TOUT SUR L'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives)http://analogisub.over-blog.com/ pour rejoindre notre communauté "autour d'Albert Camus"

                                    AUTOUR D'ALBERT CAMUS
Nous ne savons pas résister au plaisir d'ouvrir cette communauté à tous les aminautes (le mot est de notre amie écureuil bleu  et j'adore ce mot plutôt qu'internautes) qui se passionnent pour Albert Camus. Pour tout connaitre de l'analyse des logiques subjectives, il faut aller visiter le blog. Albert Camus fait partie des auteurs analysés par cette "méthode" et nous attendons avec impatience un article sur Camus pour en savoir plus sur l'oeuvre de l'écrivain par ce regard original.  " Bienvenue " à notre nouvel ami camusien. Et à tous bonnes lectures car on ne se lasse jamais de Camus."

denis 23/08/2009 09:22

merci pour votre participation très instructive à la connaissance de l'oeuvre de Camusl'analyse de texte permet de mieux comprendre la manière de penser et d'écrire dun écrivainbon dimanchedenis

denis 22/08/2009 22:17

je vais imprimer ce texte et le lire tranquillement pour mieux m'investir dans votre "méthode"nous avons mis un article pour saluer votre arrivée sur notre communautéh'hésitez pas à publier vos articles en vous rattachant à note communautébon dimancheDenis