Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : TOUT SUR L'A.L.S.© (Analyse des Logiques Subjectives©)
  • TOUT SUR L'A.L.S.© (Analyse des Logiques Subjectives©)
  • : Blog scientifique sur l'A.L.S.© (Analyse des Logiques Subjectives©), méthode originale d'analyse de discours partant des métaphores quotidiennes et de la psychanalyse. Applications dans de nombreux domaines des Sciences Humaines et Sociales : linguistique, littérature (Camus), poésie (Baudelaire), traduction, rhétorique, argumentation, psychologie sociale. Textes, articles, exercices, discussions,dictionnaires.Google+
  • Contact

Mots-clé

Mots-clé : analyscience, linguistique, analyse de discours, sémantique, microsémantique, microsémantique du fantasme, logique de la déraison, lexicologie, subjilecte, métaphore, paradiastole, oxymore, isotopie subjective, axiologie, homonyme, homonymie, pseudosynonyme, pseudosynonymie, psychanalyse, Lacan, Réel Symbolique Imaginaire, psychologie, psychologie sociale, psychose, paranoïa, paranoïaque, schizophrénie, schizophréne, rhétorique, argumentation, épistémologie, logique, logique libre, poésie, littérature, surréalisme, Hocquenghem, Charles Baudelaire, traduction, malentendu, dialogue de sourds, expressions figées, Jean-Jacques Pinto, Jean-Claude Milner, L’Œuvre claire, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, hystérie, hystérique, obsession, obsessionnel, phobie, phobique, angoisse, inconscient, formations de l'inconscient, rêve, rébus, lapsus, oubli, acte manqué, mot d'esprit, interprétation, antiphilosophie, anti-philosophie, Cyrano, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, subjiciel, points de vue, la subjectivité comme artifice, subjectivité, subjectivité artificielle, machina subjectiva, argot, Luce Irigaray, Hélène Cixous, Gilles Deleuze, Félix Guattari, Jean-François Lyotard, homéopsychie, malaise dans la civilisation, propagande, propagande et psychanalyse, psychanalyse et propagande, neurosciences, neurosciences et psychanalyse, psychanalyse et neurosciences, approche logiciste, Jean-Claude Gardin, Jean Molino, cognisème, subjisème, prothèse psychique, identification cognitive, identification subjective, galiléisme, galiléisme étendu, science galiléenne, structuralisme, structure, langage, définition apophatique de la psychanalyse, définition récursive de la psychanalyse

 


Recherche

10 février 2010 3 10 /02 /février /2010 16:29



Autre texte “au deuxième degré” où Schleiermacher entrevoit, dès 1813, dans Des différentes méthodes du traduire, le phénomène de traduction intralinguale  ou reformulation, qui est au cœur même de l'Analyse des Logiques Subjectives.

« N'avons-nous pas souvent besoin de traduire le discours d'une autre personne, tout à fait semblable à nous, mais dont la sensibilité et le tempérament sont différents ? Lorsque nous sentons que les mêmes mots dans notre bouche auraient un sens tout à fait autre ou, du moins, un contenu tantôt plus faible, tantôt plus vigoureux que dans la sienne, et que, si nous voulions exprimer exactement la même chose que lui, nous nous servirions, à notre manière, de mots et de tournures tout à fait différents, il semble, quand nous voulons définir plus précisément cette impression et en faisons un objet de pensée, que nous traduisons. » [souligné par nous] (traduction Antoine Berman).

A comparer avec les passages suivants de l'article Linguistique et psychanalyse : pour une approche logiciste, où je définis l'A.L.S. :

"Il existe dans une langue comme le français des sous-langues subjectives (les « parlers ») qui, bien que différentes, se comprennent tant bien que mal en se retraduisant l’une dans l’autre." [ ... ]

"Le « même» mot ou la « même» expression peut être valorisé (+) pour le point de vue « extraverti » et dévalorisé(-) pour le point de vue « introverti »." [ ... ]


Inversement, "Pour décrire le même type de plaisir, les locuteurs recourent à des mots de séries opposées."
 

 

  


Merci de bien vouloir laisser un commentaire ci-dessous
 

 


Français
L'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives) est une méthode d’analyse des mots (lexèmes) d’un texte parlé ou écrit, inspirée par la psychanalyse, qui permet, sans recourir au non-verbal (intonations, gestes, mimiques), d’avoir une idée de la personnalité de l’auteur et de ceux qu’il peut espérer persuader ou séduire. C'est une microsémantique du fantasme.

English
A.L.S (Analysis of Subjective Logics) is an analytical method concerned with the words (lexical items) of a spoken or written text. Drawing on psychoanalysis, it allows one, without resorting to the non-verbal (intonations, gestures, mimics, etc.), to get an idea of the personality of the author as well as of those one expects to persuade or to entice.

Deutsch
Die A.L.S (Analyse der Subjektiven Logiken) ist eine Untersuchungsmethode der Wörter (lexikalische Einheiten) eines gesprochenen oder geschriebenen Textes, mit einer Inspiration der Psychoanalyse, der erlaubt, ohne sich an das Nichtverbale (Intonationen, Bewegungen, Mimiken, u.s.w.) zu wenden, eine Idee der Personalität des Autors und derjenigen zu bekommen, die er zu überreden oder zu bezaubern hofft.

Português
A A.L.S. (Análise das Lógicas Subjetivas) é um método de análise das palavras (unidades lexicais) de um texto falado ou escrito, inspirado pela psicanálise, que permite, sem recorrer ao não-verbal (intonações, gestos, mímicas, etc.), ter uma idéia da personalidade do autor e daqueles que ele pode esperar persuadir ou seduzir.

Español
El A.L.S. (Análisis de las Lógicas Subjectivas) es un método de análisis de las palabras (lexemas) de un texto hablado o escrito, inspirado por la psicoanálisis, que permite, sin recurrir al no verbal (intonaciones, gestos, mímicas), tener una idea de la personalidad del autor y de aquellos a los que puede esperar persuadir o seducir.

Italiano
L'A.L.S. (Analisi delle Logiche Soggettive, è un metodo di analisi delle parole ("lexèmes") di un testo parlato o scritto, ispirata per la psicanalisi, che permette, senza ricorrere al no-verbale (intonazioni, gesti, mimici), di avere un'idea della personalità dell'autore e di quelli che può sperare di persuadere o sedurre.
 


Résumé : Blog de diffusion de textes et de discussions autour de l'Analyse des Logiques Subjectives, méthode linguistique originale d'analyse de discours partant des métaphores courantes et de la psychanalyse.

Abstract : Blog about "Analysis of Subjective Logics ", an original linguistic approach in discourse analysis.


Mots-clé : analyscience, linguistique, analyse de discours, microsémantique du fantasme, métaphore, psychanalyse, Lacan, psychologie, psychologie sociale, psychose, paranoïa, schizophrénie, rhétorique, argumentation, épistémologie, poésie, littérature, Baudelaire, traduction, malentendu, expressions figées, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, hystérie, obsession, phobie, angoisse, inconscient, fantasme, rêve, rébus, subjiciel, machina subjectiva, cognisème, subjisème

Keywords : analyscience, linguistics, "discourse analysis", metaphor, psychoanalysis, Lacan, psychology, social psychology, psychosis, paranoia, schizophrenia, rhetorics, argumentation, epistemology, poetry, litterature, Baudelaire, translation, misunderstanding, frozen expressions, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, hysteria, fixed idea, phobia, anxiety, the unconscious, dream, rebus, subjiciel, machina subjectiva

Schlüsselwörter : Analyscience, Linguistik, Redeanalyse, Metapher, Psychoanalyse, Lacan, Psychologie, soziale Psychologie, Psychose, Paranoia, Schizophrenie, Rhetorik, Argumentation, Epistemologie, Poesie, Literatur, Baudelaire, Übersetzung, Mißverständnis, starre Ausdrücke, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, Hysterie, Zwangsvorstellung, Phobie, Angst, Unbewusstes, Traum, Rebus, subjiciel, machina subjectiva

Palavras-chaves : analyscience, linguística, análise de discursos, metáfora, psicanálise, Lacan, psicologia, psicologia social, psicose, paranóia, esquizofrenia, retórica, argumentação, epistemologia, poesia, literatura, Baudelaire, tradução, equívoco, expressões bloqueadas, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, histeria, idéia fixada, fobia, inquietude, o inconsciente, sonho, rébus, subjiciel, machina subjectiva

Palabras-clave : analyscience, lingüistica, análisis de discurso, metáfora, psicoanálisis, Lacan, psicología, psicología social, psicosis, paranoïa, esquizofrenia, retórica, argumentación, epistemología, poesía, literatura, Baudelaire, traducción, malentendido, expresiones cuajadas, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, histerismo, obsesión, fobia, angustia, inconsciente, sueño, jeroglífico, subjiciel, machina subjectiva

Parola-chiave : analyscience, linguistica, analisi di discorso, metafora, psicanalisi, Lacan, psicologia, psicologia sociale, psicosi, paranoia, schizofrenia, retorica, argomentazione, epistemologia, poesia, letteratura, Baudelaire, traduzione, malinteso, espressioni idiomatiche, Jean-Claude Milner. , Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, isterismo, ossessione, fobia, angoscia, inconscio, sogno, rebus, subjiciel, machina subjectiva

 

Repost 0
10 février 2010 3 10 /02 /février /2010 16:09

Ce texte "au deuxième degré" montre les représentations opposées qu'ont l'ingénieur et le public de la notion de système. Les conséquences de ce malentendu sont multiples, par exemple sur l'introduction des Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication dans les entreprises en contact avec le public.

Pour diagnostiquer les raisons de ce malentendu, examinons au moyen de l'A.L.S. comment l'ingénieur et le public valorisent ou dévalorisent le vocabulaire qu'ils utilisent pour décrire le système, et son "contraire", la liberté.

LE SYSTEME ET LES PERSONNES, Essai d'analyse d'un malentendu (R. Carpentier, A.F.C.E.T. 1979)
 

"On demande un ingénieur en systèmes". Cette offre d'emploi, dans les petites annonces, a probablement surpris plus d'un lecteur. "Un ingénieur en systèmes", qu'est-ce que ça peut bien être? Et d'ailleurs, que veut dire ici systèmes ?

Interrogés au hasard des rencontres les gens répondent avec une régularité intéressante : "Un système, c'est une sorte de mécanique ; par exemple : le système de fermeture d'une porte. C'est aussi quelque chose de mathématique : le système métrique. Le système, c'est quelque chose qui nous échappe, qui est mystérieux. En tout cas, c'est quelque chose de rigide, inhumain (inhumain revient dans les commentaires avec une répétition insistante). De toute façon, système c'est plutôt péjoratif.

Confronté à de telles paroles, le spécialiste de la systémique est, au mieux, atterré; au mieux, car le plus souvent l'information est si forte qu'elle est simplement ignorée. Pour le spécialiste en effet le système est le progrès le plus marquant de la pensée en action depuis cinquante ans. Grâce au système nous appréhendons la réalité dans toute sa vérité complexe. Nous sommes grâce à lui plus véridiques, donc plus efficaces. À la surprise de l'homme de la rue, le "systémeur" développe les avantages des systèmes dits ouverts. C'est-à-dire ceux qui intègrent en permanence de nouvelles données. Ces avantages sont particulièrement marqués, nous dit-il, dans la connaissance des organismes vivants. Il permet, nous dit Von Bertalanffy, de "prendre l'homme non pas comme un automate réactif ou un robot, mais comme un système à personnalité active". Le système offre le moyen de comprendre l'existence d'un être vivant d'une manière beaucoup plus vraie que ne le faisaient les concepts mécaniques ou physico-chimiques de la tradition.

L'anti-système
Devant ce malentendu, comment tenter de faire communiquer deux conceptions aussi radicalement différentes : le système inhumain et mystérieux des braves gens et le système merveilleusement humain et clarificateur des systémeurs ? Tentons de comprendre chacun de l'intérieur; et d'abord la méfiance du public en face des systèmes.

Comment, dans la vie de tous les jours, rencontrons-nous les systèmes ; ou plutôt comment rencontrons-nous le mot système ? Système mécanique, avons-nous dit; système de mesures, système monétaire, politique, économique; esprit de système. Qu'est-ce que ces exemples ont en commun, qui nous fait donner un sens à système? Il s'agit là pour nous de choses ou d'ensembles de choses, il s'agit aussi de forces ou d'ensembles de forces, de machines, ou même de machineries, voire de machinations qui ont toutes en commun qu'au minimum nous dépendons d'elles (alors même qu'elles seraient faites pour nous servir : l'administration, le gouvernement). Nous dépendons d'elles et, même parfois, nous sommes sous leur domination. À la limite, elles nous écrasent. C'est du moins ce que nous percevons ; ou craignons.

Ce sont aussi des choses qui nous semblent étrangères, rigides, inquiétantes. Dans le langage courant, on dira qu'elles sont artificielles ; au sens (ou plutôt au contresens) que ce langage donne à artificiel, c'est-à-dire fausses. Un chien, une rivière, le boulanger, un amant, ça vit, c'est de notre univers. La perception des impôts, l'ordinateur du service du personnel, le financement des déséquilibres agricoles dans la C.E.E, c'est raide, mort, mécanique, métallique. Quand on dit de quelqu'un qu'il est un technocrate à l'esprit de système, on entend par là qu'il a perdu l'humanité en lui, qu'il n'a plus de chaleur des sentiments, d'ouverture de la compréhension. On dit aujourd'hui qu'il est devenu un robot. Ce qu'on exprime ainsi profondément, c'est qu'on ne peut plus être en communication avec lui, pas plus qu'on ne peut l'être avec une machine. Et l'exemple est là pour nous rappeler que la communication recherchée est une communication de personne à personne. Ainsi, par sa rigidité, par sa force coercitive, par son inhumanité, par son imperméabilité, le système tend à nous contraindre, à nous obliger à faire ce que nous ne voudrions pas faire. Bref le système par son pouvoir porte atteinte à notre liberté. Et d'ailleurs il porte atteinte à notre liberté d'une manière plus intime que par son pouvoir. Plus encore que l'ennemi, il en est l'étranger. Autant elle est ouverte sur le varié, sur l'inconnu, l'imprévisible, autant elle est du domaine du souple, de l'élastique, du tiède, du tendre, autant il est anguleux, géométrique, dur. Contre la vie, contre nous, contre notre cœur, contre l’ouverture de l'esprit, voilà bien des défauts pour le système, et justifiée l’hostilité à son égard.

Ainsi pensons-nous quand nous sommes le public. Ce n'est pas une pensée sans raison ; c'est encore moins une pensée stupide. C'est, en tout cas, une pensée motivée ; nous avons vu les nombreux motifs de son existence. Le spécialiste doit donc mesurer l'obstacle avec clairvoyance. Dans la pratique, il le néglige le plus souvent, d'où les malentendus entre systémique, systématique, esprit de système et système d'oppression ; entre mille exemples.

 

 

 

 

_____________________________________________________

COMMENTAIRE

Le plus commode est de se munir de deux feuilles, l'une pour l'ingénieur, l'autre pour le public. Chacune comportera deux colonnes où l'on inscrira les termes (ou expressions) valorisés et dévalorisés (à valeur positiveet négative) rencontrés dans leurs prises de positions.
J'ai souligné dans le texte les termes qui sont l'objet d'une appréciation laudative.

En comparant la feuille "ingénieur" et la feuille "public" on peut d'ores et déjà constater qu'ils donnent la même valeurà un certain nombre de mots identiques ou proches ("ouvert", "vivant", "vrai", "humain"); mais comme l'un les attribue au système, l'autre à l'"anti-système" (la liberté), ils ont des avis opposés sur le même objet (le système), d'où le malentendu.

  • Analogie : "D'un même objet, l'un dit qu'il est blanc, l'autre noir, mais ils sont d'accord pour préférer blanc à noir"

Dans d'autres textes on verra au contraire les adversaires attribuer les mêmes caractéristiques à un objet donné, mais être en désaccord sur leur valeur, par exemple dire que le système est fermé, mais l'un jugeant cela bon et l'autre mauvais.

  • Analogie : "D'un même objet, ils sont d'accord pour dire qu'il est blanc, mais l'un préfère le blanc, l'autre le noir".


Consultons à présent le tableau des atomes A et B (Article de la Revue Marges Linguistiques). Nous voyons que les mots ou expressions que nous avons placés dans nos colonnes se rattachent pour la plupart à la série A (mots en italique dans le texte) ou à la série B (mots en gras dans le texte). [Les mots en italique gras se rattachent au "parler du progrès" défini dans l'article. Ce point délicat sera abordé à propos d'autres exemples].

En combinant pour chaque mot sa série et sa valeur on obtient le "point de vue" extraverti ou introverti de l'ingénieur ou du public, pour ce seul mot bien entendu.

Enfin en parcourant les "points de vue" pour l'ensemble des mots de l'ingénieur puis du public, on obtient leur point de vue global. Avec des différences non négligeables, ce point de vue est pour tous deux extraverti, confirmant qu'il s'agit bien ici du premier type de malentendu.

Application:

Un système informatique nouveau peut pour sa promotion chercher à faire coïncider son image avec l'attente du public.

On a vu ainsi en 1984 le constructeur Apple lancer son MacIntosh avec un spot télévisé intitulé "1984 ne sera pas 1984" [d'Orwell !], où l'image "extravertie" du Mac (interface graphique conviviale, fenêtres, souris, etc.) est incarnée par une belle et athlétique jeune femme qui vient en courant briser l'image "introvertie" d'IBM incarnée par Big Brother dont l'écran bleu (Big Blue) surveille un peuple réduit en esclavage dans la pénombre ...


 


Merci de bien vouloir laisser un commentaire ci-dessous



English
This text “with the second degree” shows the opposite representations which the engineer and the public of the concept of system have. The consequences of this misunderstanding are multiple, for example on the introduction of New technologies of Information and the Communication into the companies in liaison with the public.
To diagnose the reasons of this misunderstanding, let us examine how the engineer and the public develop or devalue the vocabulary which they use to describe the system, and its “opposite”, freedom.

Deutsch
Dieser Text „im zweiten Grad“ zeigt die Gegenvertretungen, dass den Ingenieur und die öffentlichkeit des Systemkonzeptes haben. Die Folgen dieses Missverständnisses sind mehrfach zum Beispiel auf der Einführung der neuen Informations- und Kommunikationstechnologien in den Unternehmen in Kontakt mit der öffentlichkeit.
Um die Gründe dieses Missverständnisses zu diagnostizieren untersuchen, wie der Ingenieur und die öffentlichkeit den Wortschatz valorisieren oder entwerten, den sie benutzen, um das System zu beschreiben, und sein „Gegenteil“, die Freiheit.

Português
Este texto “ao segundo grau” mostra as representações opostas que têm o engenheiro e o público da noção de sistema. As consequências deste equívoco são múltiplas, por exemplo sobre a introdução das Novas Tecnologias da Informação e a Comunicação nas empresas em contacto com o público.
Para diagnosticar as razões deste equívoco, examinam como o engenheiro e o público valorizam ou desvalorizam o vocabulário que utilizam para descrever o sistema, e o seu “contrário”, a liberdade.

Español
Este texto “al segundo grado” muestra las representaciones opuestas que tienen el ingeniero y el público del concepto de sistema. Las consecuencias de este malentendido son múltiples, por ejemplo sobre la introducción de las Nuevas Tecnologías de la Información y la Comunicación en las empresas en contacto con el público.
Para diagnosticar las razones de este malentendido, examinan cómo el ingeniero y el público valorizan o devalúan el vocabulario que utilizan para describir el sistema, y su “contrario”, la libertad.

Italiano
Questo testo “al secondo grado" mostra le rappresentazioni opposte che hanno l'ingegnere ed il pubblico della nozione di sistema. Le conseguenze di questo malinteso sono multiple, ad esempio sull'introduzione delle nuove tecnologie dell'informazione e della comunicazione nelle imprese in contatto con il pubblico.
Per diagnosticare le ragioni di questo malinteso, esaminiamo come l'ingegnere ed il pubblico valorizzano o svalutano il vocabolario che utilizzano per descrivere il sistema, ed il suo “opposto„, la libertà.

 

 

  


Merci de bien vouloir laisser un commentaire ci-dessous
 

 


Français
L'A.L.S. (
Analyse des Logiques Subjectives) est une méthode d’analyse des mots (lexèmes) d’un texte parlé ou écrit, inspirée par la psychanalyse, qui permet, sans recourir au non-verbal (intonations, gestes, mimiques), d’avoir une idée de la personnalité de l’auteur et de ceux qu’il peut espérer persuader ou séduire. C'est une microsémantique du fantasme.

English
A.L.S (
Analysis of Subjective Logics) is an analytical method concerned with the words (lexical items) of a spoken or written text. Drawing on psychoanalysis, it allows one, without resorting to the non-verbal (intonations, gestures, mimics, etc.), to get an idea of the personality of the author as well as of those one expects to persuade or to entice.

Deutsch
Die A.L.S (Analyse der Subjektiven Logiken) ist eine Untersuchungsmethode der Wörter (lexikalische Einheiten) eines gesprochenen oder geschriebenen Textes, mit einer Inspiration der Psychoanalyse, der erlaubt, ohne sich an das Nichtverbale (Intonationen, Bewegungen, Mimiken, u.s.w.) zu wenden, eine Idee der Personalität des Autors und derjenigen zu bekommen, die er zu überreden oder zu bezaubern hofft.

Português
A A.L.S. (
Análise das Lógicas Subjetivas) é um método de análise das palavras (unidades lexicais) de um texto falado ou escrito, inspirado pela psicanálise, que permite, sem recorrer ao não-verbal (intonações, gestos, mímicas, etc.), ter uma idéia da personalidade do autor e daqueles que ele pode esperar persuadir ou seduzir.

Español
El A.L.S. (Análisis de las Lógicas Subjectivas) es un método de análisis de las palabras (lexemas) de un texto hablado o escrito, inspirado por la psicoanálisis, que permite, sin recurrir al no verbal (intonaciones, gestos, mímicas), tener una idea de la personalidad del autor y de aquellos a los que puede esperar persuadir o seducir.

Italiano
L'A.L.S. (Analisi delle Logiche Soggettive, è un metodo di analisi delle parole ("lexèmes") di un testo parlato o scritto, ispirata per la psicanalisi, che permette, senza ricorrere al no-verbale (intonazioni, gesti, mimici), di avere un'idea della personalità dell'autore e di quelli che può sperare di persuadere o sedurre.

 


Résumé : Blog de diffusion de textes et de discussions autour de l'Analyse des Logiques Subjectives, méthode linguistique originale d'analyse de discours partant des métaphores courantes et de la psychanalyse.

Abstract : Blog about "Analysis of Subjective Logics ", an original linguistic approach in discourse analysis.


Mots-clé : analyscience, linguistique, analyse de discours, microsémantique du fantasme, métaphore, psychanalyse, Lacan, psychologie, psychologie sociale, psychose, paranoïa, schizophrénie, rhétorique, argumentation, épistémologie, poésie, littérature, Baudelaire, traduction, malentendu, expressions figées, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, hystérie, obsession, phobie, angoisse, inconscient, fantasme, rêve, rébus, subjiciel, machina subjectiva, cognisème, subjisème

Keywords : analyscience, linguistics, "discourse analysis", metaphor, psychoanalysis, Lacan, psychology, social psychology, psychosis, paranoia, schizophrenia, rhetorics, argumentation, epistemology, poetry, litterature, Baudelaire, translation, misunderstanding, frozen expressions, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, hysteria, fixed idea, phobia, anxiety, the unconscious, dream, rebus, subjiciel, machina subjectiva

Schlüsselwörter : Analyscience, Linguistik, Redeanalyse, Metapher, Psychoanalyse, Lacan, Psychologie, soziale Psychologie, Psychose, Paranoia, Schizophrenie, Rhetorik, Argumentation, Epistemologie, Poesie, Literatur, Baudelaire, Übersetzung, Mißverständnis, starre Ausdrücke, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, Hysterie, Zwangsvorstellung, Phobie, Angst, Unbewusstes, Traum, Rebus, subjiciel, machina subjectiva

Palavras-chaves : analyscience, linguística, análise de discursos, metáfora, psicanálise, Lacan, psicologia, psicologia social, psicose, paranóia, esquizofrenia, retórica, argumentação, epistemologia, poesia, literatura, Baudelaire, tradução, equívoco, expressões bloqueadas, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, histeria, idéia fixada, fobia, inquietude, o inconsciente, sonho, rébus, subjiciel, machina subjectiva

Palabras-clave : analyscience, lingüistica, análisis de discurso, metáfora, psicoanálisis, Lacan, psicología, psicología social, psicosis, paranoïa, esquizofrenia, retórica, argumentación, epistemología, poesía, literatura, Baudelaire, traducción, malentendido, expresiones cuajadas, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, histerismo, obsesión, fobia, angustia, inconsciente, sueño, jeroglífico, subjiciel, machina subjectiva

Parola-chiave : analyscience, linguistica, analisi di discorso, metafora, psicanalisi, Lacan, psicologia, psicologia sociale, psicosi, paranoia, schizofrenia, retorica, argomentazione, epistemologia, poesia, letteratura, Baudelaire, traduzione, malinteso, espressioni idiomatiche, Jean-Claude Milner. , Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, isterismo, ossessione, fobia, angoscia, inconscio, sogno, rebus, subjiciel, machina subjectiva

 

Repost 0
19 janvier 2009 1 19 /01 /janvier /2009 10:03

 
     "On peut, dit notre article dans Marges Linguistiques,  considérer une biographie comme un texte qui argumente en faveur d'une des identifications décrites plus haut. Ces « mythes » ne seraient alors que les lectes subjectifs, les parlers résultant des identifications. Chaque parler veut prétendre à l'universel dans sa vision du monde : l'homme est, selon les versions, fondamentalement bon (parler I → I), fondamentalement mauvais (parler E → E), toujours perfectible (parler E → I), ou mi-ange mi-bête (parler I ou E)."

      En voici l'illustration chez Charles Baudelaire, lorsque, dans ses notes sur les "Nouvelles histoires extraordinaires" d'Edgar Poe, il reprend à son compte les thèses de celui-ci : [C'est nous qui soulignons]



      « Mais voici plus important que tout : nous noterons que cet auteur, produit d'un siècle infatué de lui-même, enfant d'une nation plus infatuée d'elle-même qu'aucune autre, a vu clairement, a imperturbablement affirmé la méchanceté naturelle de l'Homme. Il y a dans l'homme, dit-il, une force mystérieuse dont la philosophie moderne ne veut pas tenir compte ; et cependant, sans cette force innommée, sans ce penchant primordial, une foule d'actions humaines resteront inexpliquées, inexplicables. Ces actions n'ont d'attrait que parce que elles sont mauvaises, dangereuses ; elles possèdent l'attirance du gouffre. Cette force primitive, irrésistible, est la Perversité naturelle, qui fait que l'homme est sans cesse et à la fois homicide et suicide, assassin et bourreau car, ajoute-t-il, avec une subtilité remarquablement satanique, l'impossibilité de trouver un motif raisonnable suffisant pour certaines actions mauvaises et périlleuses pourrait nous conduire à les considérer comme le résultat des suggestions du Diable, si l'expérience et l'histoire ne nous enseignaient pas que Dieu en tire souvent l'établissement de l'ordre et le châtiment des coquins ; — après s'être servi des mêmes coquins comme de complices ! tel est le mot qui se glisse, je l'avoue, dans mon esprit comme un sous-entendu aussi perfide qu'inévitable. Mais je ne veux, pour le présent, tenir compte que de la grande vérité oubliée, — la perversité primordiale de l'homme, — et ce n'est pas sans une certaine satisfaction que je vois quelques épaves de l'antique sagesse nous revenir d'un pays d'où on ne les attendait pas. Il est agréable que quelques explosions de vieille vérité sautent ainsi au visage de tous ces complimenteurs de l'humanité, de tous ces dorloteurs et endormeurs qui répètent sur toutes les variations possibles de ton : « Je suis né bon, et vous aussi, et nous tous, nous sommes nés bons ! » oubliant, non! feignant d'oublier, ces égalitaires à contresens, que nous sommes tous nés marqués pour le mal ! »


      Ce texte fera bentôt l'objet d'un commentaire détaillé, et l'on pourra avec intérêt comparer les thèses de Poe, reprises par Baudelaire, avec celles d'un autre grand écrivain de littérature fanbtastique, Robert-Louis Stevenson, exprimées par la bouche du célèbre Docteur Jekyll :


      Je me rapprochai granduellement de cete vérité dont la découverte partielle me destinait à sombrer de si terrible manière : que l'homme en vérité n'est pas un mais qu'il est deux, réellement. Je dis deux, car l'état de mes connaissances ne permet pas de fixer un autre chiffre. D'autres viendront après moi, d'autres me dépasseront dans cette même voie, et j'ose avancer cette hypothèse : un jour, l'on découvrira que l'homme n'est qu'une confédération de citoyens multiformes, hétérogènes et indépendants.


D'autres analyses d'extraits de poésie et littérature :

Application de l'A.L.S. au corpus des Fleurs du Mal de Ch. Baudelaire

Mallarmé mal aimé ?


La personnalité de Cyrano vue par l'A.L.S.


Un passage de "Cyrano de Bergerac", d'Edmond Rostand

 

La tirade des "Non merci !" de Cyrano de Bergerac

Une citation d'Antonin Artaud

Un texte d'Hélène Cixous


Un texte de Luce Irigaray

Un "Manifeste" de Witold Gombrowicz

Un texte d'Henry de Montherlant

Quelle est la "personnalité" de Du Bellay ?

De Du Bellay à Piaf : regretter ou non ?

L'avant-lire et les préfaces de "Le libertinage", d'Aragon

Une courte critique littéraire à analyser

Une chanson de Georges Brassens, "Le pornographe"


Passage extrait du livre de H. Miller "Le monde du sexe"

Application de l'A.L.S. à la traduction

 



[ A suivre ]




Merci de bien vouloir laisser un commentaire ci-dessous


 


Français

L'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives) est une méthode d’analyse des mots (lexèmes) d’un texte parlé ou écrit, inspirée par la psychanalyse, qui permet, sans recourir au non-verbal (intonations, gestes, mimiques), d’avoir une idée de la personnalité de l’auteur et de ceux qu’il peut espérer persuader ou séduire.

English
A.L.S (Analysis of Subjective Logics) is an analytical method concerned with the words (lexical items) of a spoken or written text. Drawing on psychoanalysis, it allows one, without resorting to the non-verbal (intonations, gestures, mimics, etc.), to get an idea of the personality of the author as well as of those one expects to persuade or to entice.

Deutsch
Die A.L.S (Analyse der Subjektiven Logiken) ist eine Untersuchungsmethode der Wörter (lexikalische Einheiten) eines gesprochenen oder geschriebenen Textes, mit einer Inspiration der Psychoanalyse, der erlaubt, ohne sich an das Nichtverbale (Intonationen, Bewegungen, Mimiken, u.s.w.) zu wenden, eine Idee der Personalität des Autors und derjenigen zu bekommen, die er zu überreden oder zu bezaubern hofft.

Português
A A.L.S. (Análise das Lógicas Subjetivas) é um método de análise das palavras (unidades lexicais) de um texto falado ou escrito, inspirado pela psicanálise, que permite, sem recorrer ao não-verbal (intonações, gestos, mímicas, etc.), ter uma idéia da personalidade do autor e daqueles que ele pode esperar persuadir ou seduzir.

Español
El A.L.S. (Análisis de las Lógicas Subjectivas) es un método de análisis de las palabras (lexemas) de un texto hablado o escrito, inspirado por la psicoanálisis, que permite, sin recurrir al no verbal (intonaciones, gestos, mímicas), tener una idea de la personalidad del autor y de aquellos a los que puede esperar persuadir o seducir.

Italiano
L'A.L.S. (Analisi delle Logiche Soggettive, è un metodo di analisi delle parole ("lexèmes") di un testo parlato o scritto, ispirata per la psicanalisi, che permette, senza ricorrere al no-verbale (intonazioni, gesti, mimici), di avere un'idea della personalità dell'autore e di quelli che può sperare di persuadere o sedurre.



Résumé : Blog de diffusion de textes et de discussions autour de l'Analyse des Logiques Subjectives, méthode linguistique originale d'analyse de discours partant des métaphores courantes et de la psychanalyse.

Abstract : Blog about "Analysis of Subjective Logics ", an original linguistic approach in discourse analysis.


Mots-clé : linguistique, analyse de discours, métaphore, psychanalyse, Lacan, psychologie, psychologie sociale, psychose, paranoïa, schizophrénie, rhétorique, argumentation, épistémologie, poésie, littérature, Baudelaire, traduction, malentendu, expressions figées, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, hystérie, obsession, phobie, angoisse, inconscient, rêve, rébus, subjiciel

Keywords : linguistics, "discourse analysis", metaphor, psychoanalysis, Lacan, psychology, social psychology, psychosis, paranoia, schizophrenia, rhetorics, argumentation, epistemology, poetry, litterature, Baudelaire, translation, misunderstanding, frozen expressions, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche,
hysteria, fixed idea, phobia, anxiety, the unconscious, dream, rebus, subjiciel

Schlüsselwörter : Linguistik, Redeanalyse, Metapher, Psychoanalyse, Lacan, Psychologie, soziale Psychologie, Psychose, Paranoia, Schizophrenie, Rhetorik, Argumentation, Epistemologie, Poesie, Literatur, Baudelaire, Übersetzung, Mißverständnis, starre Ausdrücke, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Hysterie, Zwangsvorstellung, Phobie, Angst, Unbewusstes, Traum, Rebus, subjiciel

Palavras-chaves : linguística, análise de discursos, metáfora, psicanálise, Lacan, psicologia, psicologia social, psicose, paranóia, esquizofrenia, retórica, argumentação, epistemologia, poesia, literatura, Baudelaire, tradução, equívoco, expressões bloqueadas, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, histeria, idéia fixada, fobia, inquietude, o inconsciente, sonho, rébus, subjiciel

Palabras-clave : lingüistica, análisis de discurso, metáfora, psicoanálisis, Lacan, psicología, psicología social, psicosis, paranoïa, esquizofrenia, retórica, argumentación, epistemología, poesía, literatura, Baudelaire, traducción, malentendido, expresiones cuajadas, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, histerismo, obsesión, fobia, angustia, inconsciente, sueño, jeroglífico, subjiciel

Parola-chiave : linguistica, analisi di discorso, metafora, psicanalisi, Lacan, psicologia, psicologia sociale, psicosi, paranoia, schizofrenia, retorica, argomentazione, epistemologia, poesia, letteratura, Baudelaire, traduzione, malinteso, espressioni idiomatiche, Jean-Claude Milner. , Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche,  isterismo, ossessione, fobia, angoscia, inconscio, sogno, rebus, subjiciel


Repost 0
20 juillet 2008 7 20 /07 /juillet /2008 15:33
     Dans l'article de référence sur l'A.L.S, Linguistique et psychanalyse : pour une approche logiciste, j'écris : "Il existe [...] une sorte de « validation indirecte » de l’A.L.S. : les approches empiriques dont les résultats convergent avec les nôtres. Parfois purement quantitatives, elles apportent par le poids de leurs statistiques ou le sérieux de leurs auteurs une confirmation plausible à notre analyse.

     Il y a quelques années (je n'ai hélas pas encore retrouvé la date exacte) paraissait  dans la revue
Science et Vie le bref article suivant (rubrique NEUROLOGIE). C'est moi qui souligne, en vue de la comparaison avec les thèses de l'A.L.S.


Mots pour rire, mots pour pleurer

      Toutes nos perceptions - mots, sons, images - sont connotées instantanément par notre cerveau. C'est la thèse que défendent John Bargh, un psychologue de l'université de New York, et ses collègues, en se fondant sur les résultats de tests auxquels ils ont soumis plus de mille personnes. Ainsi, un mot n'arrive pas à notre cerveau comme une simple définition du dictionnaire, mais prend inconsciemment une valeur plus ou moins positive ou négative. Le plus étonnant, c'est que ces jugements automatiques a priori se manifestent à propos de toute chose et même pour des mots dépourvus de signification (Juvalamu est très apprécié des oreilles anglaises...).
      La méthode de présentation des mots ou des images a permis de montrer que cette évaluation se fait à l'insu du sujet, en moins d'un quart de seconde.
      Pourquoi ne pas utiliser cette technique pour déterminer les idées préconçues que chacun de nous peut avoir ? A propos du racisme, par exemple... Un détecteur de convictions, en quelque sorte. Mais Bargh s'empresse d'ajouter que les résultats devront être corroborés par d'autres moyens, car la pensée consciente, la reflexion peuvent neutraliser de telles attitudes inconscientes. On a eu peur...




Toutes nos perceptions [...] sont connotées instantanément par notre cerveau.
- thèse de l'A.L.S.: "Toute perception, tout évènement, tout contenu peut être commenté au moins de deux manières, dans deux formes différentes, tel le fameux verre « à demi plein » ou « à demi vide », puisqu'il existe deux points de vue, plus leurs combinaisons."

Un mot n'arrive pas à notre cerveau comme une simple définition du dictionnaire, mais prend inconsciemment une valeur plus ou moins positive ou négative
- thèse de l'A.L.S.: "La valeur associée à chaque mot est la résonance favorable ou défavorable qu’a ce mot pour celui qui le dit. Elle peut être positive (« + »), négative (« - »), neutre (« 0 ») ou indécidable (« ? »). Elle peut changer chez un locuteur donné selon les moments ou selon les périodes de la vie.", thèse déjà validée indirectement par " La sémiométrie de Deutsch et Steiner, mise en oeuvre par la SOFRES. Ses bases ont des points communs avec les nôtres : « les mots ont une vie autonome, ils sont investis « affectivement » par les individus ». On y décrit les axes :
- pulsions, émotions / ordre, contrôle
- détachement / attachement
- conflit / harmonie, qui scindent en trois notre axe Extraverti / Introverti."

Déterminer les idées préconçues que chacun de nous peut avoir.
- thèse de l'A.L.S.: "En rhétorique et en argumentation : chacun est fait par son parent l'avocat d'un type d'identification, donc est voué à une sorte de plaidoyer lexical. Entendre « son » parler ou le parler adverse entraîne adhésion ou opposition, consensus ou conflit. Les séries sont donc desréserves d'éléments métaphoriques à valeur argumentative, où l’on puise pour argumenter sans recourir au raisonnement. Le malentendu étant la chose du monde la mieux partagée, l'A.L.S. a des retombées dans le domaine de la négociation. Elle permet d'expliciter et parfois de résoudre les malentendus générateurs soit de conflits, soit de faux consensus destinés à se briser.

Inconsciemment ...  jugements automatiques a priori ... l'évaluation se fait à l'insu du sujet... attitudes inconscientes.
- thèse de l'A.L.S.: "Notre hypothèse est que c’est le discours parental qui détermine après la naissance, non de façon linéaire mais avec des transformations elles-mêmes « programmées », le discours fantasmatique de l'enfant, de façon différente selon que celui-ci est idéalisé ou rejeté, pour ne parler d’abord que des cas extrêmes. L'enfant, une fois identifié au texte du désir parental,qualifiera et traitera désormais tout objet (y compris lui-même et son parent) comme le parent l'a qualifié et a souhaité le traiter. C'est la satisfaction du parent, et non la sienne, qu'il exprime et recherche sans le savoir, en un « Que ta volonté soit faite ! ». Les adjectifs extraits des appréciations du parent sur l’enfant, et les verbes décrivant le sort qu’il lui souhaite, fourniront les atomes de sens valorisés dans les énoncés fantasmatiques, et constitutifs des séries."


Merci de bien vouloir laisser un commentaire ci-dessous



Français
L'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives) est une méthode d’analyse des mots (lexèmes) d’un texte parlé ou écrit, inspirée par la psychanalyse, qui permet, sans recourir au non-verbal (intonations, gestes, mimiques), d’avoir une idée de la personnalité de l’auteur et de ceux qu’il peut espérer persuader ou séduire.

English
The A.L.S (Analysis of Subjective Logics) is an analytical method concerned with the words (lexical items) of a spoken or written text. Drawing on psychoanalysis, it allows one, without resorting to the non-verbal (intonations, gestures, mimics, etc.), to get an idea of the personality of the author as well as of those one expects to persuade or to entice.

Deutsch
Die A.L.S (Analyse der Subjektiven Logiken) ist eine Untersuchungsmethode der Wörter (lexikalische Einheiten) eines gesprochenen oder geschriebenen Textes, mit einer Inspiration der Psychoanalyse, der erlaubt, ohne sich an das Nichtverbale (Intonationen, Bewegungen, Mimiken, u.s.w.) zu wenden, eine Idee der Personalität des Autors und derjenigen zu bekommen, die er zu überreden oder zu bezaubern hofft.

Português
A A.L.S. (Análise das Lógicas Subjetivas) é um método de análise das palavras (unidades lexicais) de um texto falado ou escrito, inspirado pela psicanálise, que permite, sem recorrer ao não-verbal (intonações, gestos, mímicas, etc.), ter uma idéia da personalidade do autor e daqueles que ele pode esperar persuadir ou seduzir.

Español
El A.L.S. (Análisis de las Lógicas Subjectivas) es un método de análisis de las palabras (lexemas) de un texto hablado o escrito, inspirado por la psicoanálisis, que permite, sin recurrir al no verbal (intonaciones, gestos, mímicas), tener una idea de la personalidad del autor y de aquellos a los que puede esperar persuadir o seducir.

Italiano
L'A.L.S. (Analisi delle Logiche Soggettive, è un metodo di analisi delle parole ("lexèmes") di un testo parlato o scritto, ispirata per la psicanalisi, che permette, senza ricorrere al no-verbale (intonazioni, gesti, mimici), di avere un'idea della personalità dell'autore e di quelli che può sperare di persuadere o sedurre.



Résumé : Blog de diffusion de textes et de discussions autour de l'Analyse des Logiques Subjectives, méthode linguistique originale d'analyse de discours partant des métaphores courantes et de la psychanalyse.

Abstract : Blog about "Analysis of Subjective Logics ", an original linguistic approach in discourse analysis.

Mots-clé : linguistique, analyse de discours, métaphore, psychanalyse, Lacan, psychologie, psychologie sociale, psychose, paranoïa, schizophrénie, rhétorique, argumentation, épistémologie, poésie, littérature, Baudelaire, traduction, malentendu, expressions figées, Jean-Claude Milner.

Keywords : linguistics, "discourse analysis", metaphor, psychoanalysis, Lacan, psychology, social psychology, psychosis, paranoia, schizophrenia, rhetorics, argumentation, epistemology, poetry, litterature, Baudelaire, translation, misunderstanding, frozen expressions, Jean-Claude Milner.

Schlüsselwörter : Linguistik, Redeanalyse, Metapher, Psychoanalyse, Lacan, Psychologie, soziale Psychologie, Psychose, Paranoia, Schizophrenie, Rhetorik, Argumentation, Epistemologie, Poesie, Literatur, Baudelaire, Übersetzung, Mißverständnis, starre Ausdrücke, Jean- Claude Milner.

Palavras-chaves : linguística, análise de discursos, metáfora, psicanálise, Lacan, psicologia, psicologia social, psicose, paranóia, esquizofrenia, retórica, argumentação, epistemologia, poesia, literatura, Baudelaire, tradução, equívoco, expressões bloqueadas, Jean- Claude Milner.

Palabras-clave : lingüistica, análisis de discurso, metáfora, psicoanálisis, Lacan, psicología, psicología social, psicosis, paranoïa, esquizofrenia, retórica, argumentación, epistemología, poesía, literatura, Baudelaire, traducción, malentendido, expresiones cuajadas, Jean-Claude Milner.

Parola-chiave : linguistica, analisi di discorso, metafora, psicanalisi, Lacan, psicologia, psicologia sociale, psicosi, paranoia, schizofrenia, retorica, argomentazione, epistemologia, poesia, letteratura, Baudelaire, traduzione, malinteso, espressioni idiomatiche, Jean-Claude Milner.
Repost 0