Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : TOUT SUR L'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives©)
  • TOUT SUR L'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives©)
  • : Blog scientifique sur l'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives©), méthode originale d'analyse de discours partant des métaphores quotidiennes et de la psychanalyse. Applications dans de nombreux domaines des Sciences Humaines et Sociales : linguistique, littérature (Camus), poésie (Baudelaire), traduction, rhétorique, argumentation, psychologie sociale. Textes, articles, exercices, discussions,dictionnaires.Google+
  • Contact

Mots-clé

Mots-clé : analyscience, linguistique, analyse de discours, sémantique, microsémantique, microsémantique du fantasme, logique de la déraison, lexicologie, subjilecte, métaphore, paradiastole, oxymore, isotopie subjective, axiologie, homonyme, homonymie, pseudosynonyme, pseudosynonymie, psychanalyse, Lacan, Réel Symbolique Imaginaire, psychologie, psychologie sociale, psychose, paranoïa, paranoïaque, schizophrénie, schizophréne, rhétorique, argumentation, épistémologie, logique, logique libre, poésie, littérature, surréalisme, Hocquenghem, Charles Baudelaire, traduction, malentendu, dialogue de sourds, expressions figées, Jean-Jacques Pinto, Jean-Claude Milner, L’Œuvre claire, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, hystérie, hystérique, obsession, obsessionnel, phobie, phobique, angoisse, inconscient, formations de l'inconscient, rêve, rébus, lapsus, oubli, acte manqué, mot d'esprit, interprétation, antiphilosophie, anti-philosophie, Cyrano, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, subjiciel, points de vue, la subjectivité comme artifice, subjectivité, subjectivité artificielle, machina subjectiva, argot, Luce Irigaray, Hélène Cixous, Gilles Deleuze, Félix Guattari, Jean-François Lyotard, homéopsychie, malaise dans la civilisation, propagande, propagande et psychanalyse, psychanalyse et propagande, neurosciences, neurosciences et psychanalyse, psychanalyse et neurosciences, approche logiciste, Jean-Claude Gardin, Jean Molino, cognisème, subjisème, prothèse psychique, identification cognitive, identification subjective, galiléisme, galiléisme étendu, science galiléenne, structuralisme, structure, langage, définition apophatique de la psychanalyse, définition récursive de la psychanalyse

 


Recherche

17 juillet 2014 4 17 /07 /juillet /2014 07:30

 

" Elle s'est souvent demandé pourquoi ses parents l'avaient mise au monde, alors qu'ils avaient "déjà un garçon et une fille qui était la perfection dans chaque sexe". Finalement, elle pense avoir trouvé la réponse. "La seule réponse que j'ai trouvé, c'est qu'ils m'ont mise au monde pour les faire rire. Ils s'y sont tenus. Quoi que je fasse, que je dise, ils trouvent cela follement rigolo, même quand il m'arrive des choses graves. Cela me déconcerte beaucoup. Je suis une catastrophe très drôle." ... "

Interview diffusée par France Info :

http://www.franceinfo.fr/emission/tout-et-son-contraire/2014-ete/amelie-nothomb-je-suis-une-catastrophe-tres-drole-07-15-2014-05-45

 


Un extrait de mon article "Linguistique et psychanalyse : pour une approche logiciste" (http://www.revue-texto.net/Parutions/Marges/00_ml082004.pdf, pages 88-113) expliquant les énoncés : "ils m'ont mis au monde pour les faire rire" et "Je suis une catastrophe très drôle." :

"L’A.L.S., reprend les thèses connues : « l’inconscient c’est le discours de l’Autre » et : « le désir de l’homme c’est le désir de l’Autre, car c’est en tant qu’Autre qu’il désire », en les reformulant ainsi :

C’est le discours parental qui détermine, non de façon linéaire mais avec des transformations elles-mêmes « programmées », le discours fantasmatique de l’enfant, différemment selon qu’il est idéalisé ou rejeté (pour commencer par les cas extrêmes). L’enfant, identifié au texte du désir parental, qualifiera et traitera désormais tout objet (y compris lui-même et son parent) comme on l’a qualifié et souhaité le traiter. C’est la satisfaction du parent, et non la sienne, qu’il exprime et recherche à son insu. Les adjectifs extraits des appréciations du parent, et les verbes décrivant le sort qu’il souhaite à l’enfant, fourniront les atomes valorisés dans les énoncés fantasmatiques, et constitutifs des séries.

Ces adjectifs décrivent l’objet tel qu’il est jugé par le parent (beau, laid, conforme, inattendu, etc.), et tel qu’il devrait être pour rendre possible l’action que le parent veut exercer sur lui ou le comportement qu’il en attend : léger… pour mieux s’en débarrasser s’il est « un fardeau », prudent s’il s’agit de le protéger.

Les verbes, eux, décrivent l’attitude du parent devant l’enfant idéalisé :
aimer, adorer, prendre au sérieux, respecter, regarder, voir, contempler, posséder, maîtriser, garder, protéger, enfermer, retenir, contenir, isoler, incorporer (métaphorisé enqmanger), nourrir, remplir, etc., ou devant l’enfant non désiré : verbes exprimant la déception, la surprise, l’ étonnement, la peur, l’ horreur; haïr, détester, maudire, ne pas prendre au sérieux, tourner en dérision, ainsi que les moyens de se débarrasser d’un tel enfant, de le faire changer, ou de l’ ignorer, tous ces mots étant valorisés secondairement chez l’adulte que cet enfant deviendra.

Les verbes exprimant le souhait du parent se retrouveront dans le discours de l’enfant à la voix active, passive, ou pronominale. C’est là tout simplement la thèse freudo-lacanienne de la réversibilité du sujet et de l’objet dans le fantasme."

 

Confirmation du "diagnostic" permis par l'A.L.S. sur la page ci-dessous :

 

Un passage d'un livre d'Amélie Nothomb


L'idée que l'enfant peut devenir pour le parent matière à RIRE, soit "amusant" soit "ridicule, dérisoire", apparaît dans son lien avec la "catastrophe" dans le texte suivant, d'un poète "maudit" bien connu :

Charles BAUDELAIRE (1821-1867)

                                   Bénédiction

                Lorsque, par un décret des puissances suprêmes,

                Le Poète apparaît en ce monde ennuyé,
 
                Sa mère épouvantée et pleine de blasphèmes
                Crispe ses poings vers Dieu, qui la prend en pitié :

                - " Ah ! que n'ai-je mis bas tout un noeud de vipères,
                Plutôt que de nourrir cette DÉRISION !
                Maudite soit la nuit aux plaisirs éphémères
                Où mon ventre a conçu mon expiation ! ...

 

 


 
Merci de bien vouloir laisser un commentaire ci-dessous
 

 


Français
L'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives) est une méthode d’analyse des mots (lexèmes) d’un texte parlé ou écrit, inspirée par la psychanalyse, qui permet, sans recourir au non-verbal (intonations, gestes, mimiques), d’avoir une idée de la personnalité de l’auteur et de ceux qu’il peut espérer persuader ou séduire. C'est une microsémantique du fantasme.

English
A.L.S (Analysis of Subjective Logics) is an analytical method concerned with the words (lexical items) of a spoken or written text. Drawing on psychoanalysis, it allows one, without resorting to the non-verbal (intonations, gestures, mimics, etc.), to get an idea of the personality of the author as well as of those one expects to persuade or to entice.

Deutsch
Die A.L.S (Analyse der Subjektiven Logiken) ist eine Untersuchungsmethode der Wörter (lexikalische Einheiten) eines gesprochenen oder geschriebenen Textes, mit einer Inspiration der Psychoanalyse, der erlaubt, ohne sich an das Nichtverbale (Intonationen, Bewegungen, Mimiken, u.s.w.) zu wenden, eine Idee der Personalität des Autors und derjenigen zu bekommen, die er zu überreden oder zu bezaubern hofft.

Português

A A.L.S. (Análise das Lógicas Subjetivas) é um método de análise das palavras (unidades lexicais) de um texto falado ou escrito, inspirado pela psicanálise, que permite, sem recorrer ao não-verbal (intonações, gestos, mímicas, etc.), ter uma idéia da personalidade do autor e daqueles que ele pode esperar persuadir ou seduzir.

Español
El A.L.S. (Análisis de las Lógicas Subjectivas) es un método de análisis de las palabras (lexemas) de un texto hablado o escrito, inspirado por la psicoanálisis, que permite, sin recurrir al no verbal (intonaciones, gestos, mímicas), tener una idea de la personalidad del autor y de aquellos a los que puede esperar persuadir o seducir.

Italiano
L'A.L.S. (Analisi delle Logiche Soggettive, è un metodo di analisi delle parole ("lexèmes") di un testo parlato o scritto, ispirata per la psicanalisi, che permette, senza ricorrere al no-verbale (intonazioni, gesti, mimici), di avere un'idea della personalità dell'autore e di quelli che può sperare di persuadere o sedurre.

 


Résumé : Blog de diffusion de textes et de discussions autour de l'Analyse des Logiques Subjectives, méthode linguistique originale d'analyse de discours partant des métaphores courantes et de la psychanalyse.

Abstract : Blog about "Analysis of Subjective Logics ", an original linguistic approach in discourse analysis.


Mots-clé : analyscience, linguistique, analyse de discours, sémantique, microsémantique, microsémantique du fantasme, logique de la déraison, lexicologie, subjilecte, métaphore, paradiastole, oxymore, isotopie subjective, axiologie, homonyme, homonymie, pseudosynonyme, pseudosynonymie, psychanalyse, Lacan, Réel Symbolique Imaginaire, psychologie, psychologie sociale, psychose, paranoïa, schizophrénie, rhétorique, argumentation, épistémologie, logique, logique libre, poésie, littérature, surréalisme, Hocquenghem, Charles Baudelaire, traduction, malentendu, dialogue de sourds, expressions figées, Jean-Jacques Pinto, Jean-Claude Milner, L’Œuvre claire, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, hystérie, obsession, phobie, angoisse, inconscient, formations de l'inconscient, rêve, rébus, lapsus, oubli, acte manqué, mot d'esprit, interprétation, antiphilosophie, anti-philosophie, Cyrano, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, subjiciel, points de vue, la subjectivité comme artifice, subjectivité, subjectivité artificielle, machina subjectiva, argot, Luce Irigaray, Hélène Cixous, Gilles Deleuze, Félix Guattari, Jean-François Lyotard, homéopsychie, propagande, propagande et psychanalyse, psychanalyse et propagande, neurosciences, neurosciences et psychanalyse, psychanalyse et neurosciences, approche logiciste, Jean-Claude Gardin, Jean Molino, cognisème, subjisème, prothèse psychique, identification cognitive, identification subjective, galiléisme, galiléisme étendu, science galiléenne, malaise dans la civilisation, structuralisme, structure, langage, définition apophatique de la psychanalyse, définition récursive de la psychanalyse


Keywords : analyscience, linguistics, "discourse analysis", metaphor, semantics,microsemantics, microsemantics of phantasy, logics of irrationality, lexicology, subjilecte, metaphor, paradiastole, subjective isotopy, axiology, homonym, homonymy, pseudo synonym, psychoanalysis, Lacan, Real Symbolic Imaginary, psychology, social psychology, psychosis, paranoia, schizophrenia, rhetorics, argumentation, epistemology, logics, free logics, poetry, litterature, surrealism, antiphilosophy, Baudelaire, translation, misunderstanding, frozen expressions, Jean-Jacques Pinto, Jean-Claude Milner, L’Œuvre claire, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, hysteria, fixed idea, phobia, anxiety, unconscious, dream, rebus, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, subjiciel, machina subjectiva, Luce Irigaray, Hélène Cixous, Gilles Deleuze, Félix Guattari, Jean-François Lyotard, propaganda, propaganda and psychoanalysis, psychoanalysis and propaganda, neurosciences, neurosciences and psychoanalysispsychoanalysis and neurosciences, logicist approach, Jean-Claude Gardin, cogniseme, subjiseme, galileism, extended galileism, extended galileanism, galilean science, cognitive identificationsubjective identification


Schlüsselwörter : Analyscience, Linguistik, Redeanalyse, Metapher, Psychoanalyse, Lacan, Psychologie, soziale Psychologie, Psychose, Paranoia, Schizophrenie, Rhetorik, Argumentation, Epistemologie, Poesie, Literatur, Baudelaire, Übersetzung, Mißverständnis, starre Ausdrücke, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, Hysterie, Zwangsvorstellung, Phobie, Angst, Unbewusstes, Traum, Rebus, subjiciel, machina subjectiva

Palavras-chaves : analyscience, linguística, análise de discursos, metáfora, psicanálise, Lacan, psicologia, psicologia social, psicose, paranóia, esquizofrenia, retórica, argumentação, epistemologia, poesia, literatura, Baudelaire, tradução, equívoco, expressões bloqueadas, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, histeria, idéia fixada, fobia, inquietude, o inconsciente, sonho, rébus, subjiciel, machina subjectiva

Palabras-clave : analyscience, lingüistica, análisis de discurso, metáfora, psicoanálisis, Lacan, psicología, psicología social, psicosis, paranoïa, esquizofrenia, retórica, argumentación, epistemología, poesía, literatura, Baudelaire, traducción, malentendido, expresiones cuajadas, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, histerismo, obsesión, fobia, angustia, inconsciente, sueño, jeroglífico, subjiciel, machina subjectiva

Parola-chiave : analyscience, linguistica, analisi di discorso, metafora, psicanalisi, Lacan, psicologia, psicologia sociale, psicosi, paranoia, schizofrenia, retorica, argomentazione, epistemologia, poesia, letteratura, Baudelaire, traduzione, malinteso, espressioni idiomatiche, Jean-Claude Milner. , Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, isterismo, ossessione, fobia, angoscia, inconscio, sogno, rebus, subjiciel, machina subjectiva

Repost 0
23 octobre 2008 4 23 /10 /octobre /2008 10:30

Comment analysez-vous, au moyen de l'A.L.S., ces autres passages des "Mots pour le dire"?

Passage n°1
Je n'en pouvais plus. En sortant de ces séances, j'allais me soûler la gueule, me soûler à mort. [...]. Je me soûlais : je me détruisais, je me perdais, je me méprisais, je me haïssais.

Passage n°2
[ chez son analyste ] J'allais dans l'impasse, je m'allongeais, et maintenant je ne disais plus rien. [...] C'était le silence. Un silence lourd, morne. Il m'est même arrivé de m'endormir, là, sur le divan [...]. Le vague, le vague. Le même paysage que celui de mon adolescence : un désert gris, brumeux, sous un ciel beige, lisse. [...] Le divan. Les yeux ouverts sur la toile de jute qui tapissait les murs, cette platitude grise et beige à la fois unie et floue. Les yeux ouverts sur mon désert angoissant à la fois brumeux et lisse. Dans un lieu lisse et plat, sans végétation, sans relief, un jour maussade de mon enfance, j'avais rencontré mon père.

Passage n°3
Je chérissais ce livre [au] titre désuet. Dans le Grevisse (Le bon usage) il y a beaucoup de portes ouvertes sur la liberté et la fantaisie, beaucoup de clins d'œil, de signes de connivence vers ceux qui ne s'enferment pas dans l'orthodoxie d'une langue morte et d'une grammaire strictement corsetée.

Passage n°4
Comme prévu ma violence me jouait des tours et me faisait vivre de véritables séances de rodéo. Elle se cabrait entre mes bras et mes cuisses, elle m'entraînait dans des cavalcades furibondes. [...] C'est qu'elle était dangereuse la garce, elle était capable de me conduire au meurtre, à la destruction, que ça saigne, que ça éclate, que ça crève.

Début de réponse :


Passage n°1
Je n'en pouvais plus. En sortant de ces séances, j'allais me soûler la gueule, me soûler à mort. [...]. Je me soûlais : je me détruisais, je me perdais, je me méprisais, je me haïssais.

1) "Soûler" et "mort" fonctionnent comme deux inconnues dont il s'agit de déterminer la série et la valeur. La série, car "soûler" aurait pu être explicité en termes B (être gris, noir, rond, bourré, beurré, plein etc.) de même que "mort" (voir ce billet). Ici détruire, perdre, mépriser, haïr sont de la série A, donc soûler apparaî rétrospectivement rattachable à la série A (pour mort ce n'et que probable). La valeur de ces verbes, et donc de soûler, est péjorative. Tous ces mots étant "A -", ce passage est donc énoncé du point de vue "introverti" (I).

2) L'hypothèse fondamentale de l'A.L.S. est la suivante :
      "L'enfant, une fois identifié au texte du désir parental, qualifiera et traitera désormais tout objet (y compris lui-même et son parent) comme le parent l'a qualifié et a souhaité le traiter. C'est la satisfaction du parent, et non la sienne, qu'il exprime et recherche sans le savoir, en un « Que ta volonté soit faite ! ». [...] Les verbes exprimant le souhait du parent pourront se retrouver dans le discours de l'enfant à la voix active, passive, ou pronominale, comme l'avait observé Freud à propos du fantasme. "

Dans l'extrait ci-dessus, les verbes pronominaux permettent de remonter par la transformation inverse à la réaction devant l'enfant à venir :mépriser, haïr  et à son désir de le détruire ou de le perdre. Cf le billet Marie Cardinal et sa mère.


Passage n°2
[ chez son analyste ] J'allais dans l'impasse, je m'allongeais, et maintenant je ne disais plus rien. [...] C'était le silence. Un silence lourd, morne. Il m'est même arrivé de m'endormir, là, sur le divan [...]. Le vague, le vague. Le même paysage que celui de mon adolescence : un désert gris, brumeux, sous un ciel beige, lisse. [...] Le divan. Les yeux ouverts sur la toile de jute qui tapissait les murs, cette platitude grise et beige à la fois unie et floue. Les yeux ouverts sur mon désert angoissant à la fois brumeux et lisse. Dans un lieu lisse et plat, sans végétation, sans relief, un jour maussade de mon enfance, j'avais rencontré mon père.

Valeur : le contexte indique qu'elle est péjorative dans tout ce passage.

Série : à part les deux mots synonymes "vague" et "flou" de la série A (en italique) tout le reste est de la série B (en gras). Globalement le "point de vue" dans ce passage est "extraverti" (E), mais, comme pour l'analyse de Baudelaire, les exceptions doivent être confontrées à d'autres passages du livre, pour leur trouver grâce aux contextes une piste explicative.

Quand à angoissant, il semble qu'il faille ici non pas le traiter comme un adjectif abstrait de la série A, — opposé comme son synonyme "inquiétant" à "rassurant" (série B) —, mais simplement comme l'expression plus précise de la valeur péjorative associée à "désert" et plus généralement à tous les mots de la serie B présents dans ce passage.

Passage n°3
Je chérissais ce livre [au] titre désuet. Dans le Grevisse (Le bon usage) il y a beaucoup de portes ouvertes sur la liberté et la fantaisie, beaucoup de clins d'œil, de signes de connivence vers ceux qui ne s'enferment pas dans l'orthodoxie d'une langue morte et d'une grammaire strictement corsetée.

Valeur : le contexte indique qu'elle est positive dans tout ce passage ("chérir").

Série : à part le mot "connivence" qui peut être rattaché aux deux séries (dans ce contexte il est "A" et valorisé), tout le reste est de la série A (en italique) valorisée ou B dévalorisée. Globalement le "point de vue" dans ce passage est "extraverti" (E). "Désuet" est "B", mais on ne peut dire si l'auteur le voit comme une qualité ou un défaut.

Passage n°4
Comme prévu ma violence me jouait des tours et me faisait vivre de véritables séances de rodéo. Elle se cabrait entre mes bras et mes cuisses, elle m'entraînait dans des cavalcades furibondes. [...] C'est qu'elle était dangereuse la garce, elle était capable de me conduire au meurtre, à la destruction, que ça saigne, que ça éclate, que ça crève.

Valeur : le contexte indique qu'elle est négative dans tout ce passage.

Série : tous les mots "non neutres" sont de la série A (en italique) dévalorisée sauf "prévu" (B ; valorisé ?). Globalement le "point de vue" dans ce passage est "introverti" (I). La violence est ici personnifiée ("la garce"). La dernière phrase pourrait tout à fait figurer dans la bouche de la mère de Marie Cardinal, la garce étant sa fille qu'elle cherche à détruire, cf le billet Marie Cardinal et sa mère, lequel cas serait un exemple (parmi bien d'autres) à l'appui de la thèse : "c'est le parent qui parle [qui dit tel moment de son désir] par la bouche de l'enfant, comme le ventriloque parle par la bouche de sa marionnette".



Merci de bien vouloir laisser un commentaire ci-dessous




Français

L'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives) est une méthode d’analyse des mots (lexèmes) d’un texte parlé ou écrit, inspirée par la psychanalyse, qui permet, sans recourir au non-verbal (intonations, gestes, mimiques), d’avoir une idée de la personnalité de l’auteur et de ceux qu’il peut espérer persuader ou séduire.

English
A.L.S (Analysis of Subjective Logics) is an analytical method concerned with the words (lexical items) of a spoken or written text. Drawing on psychoanalysis, it allows one, without resorting to the non-verbal (intonations, gestures, mimics, etc.), to get an idea of the personality of the author as well as of those one expects to persuade or to entice.

Deutsch
Die A.L.S (Analyse der Subjektiven Logiken) ist eine Untersuchungsmethode der Wörter (lexikalische Einheiten) eines gesprochenen oder geschriebenen Textes, mit einer Inspiration der Psychoanalyse, der erlaubt, ohne sich an das Nichtverbale (Intonationen, Bewegungen, Mimiken, u.s.w.) zu wenden, eine Idee der Personalität des Autors und derjenigen zu bekommen, die er zu überreden oder zu bezaubern hofft.

Português
A A.L.S. (Análise das Lógicas Subjetivas) é um método de análise das palavras (unidades lexicais) de um texto falado ou escrito, inspirado pela psicanálise, que permite, sem recorrer ao não-verbal (intonações, gestos, mímicas, etc.), ter uma idéia da personalidade do autor e daqueles que ele pode esperar persuadir ou seduzir.

Español
El A.L.S. (Análisis de las Lógicas Subjectivas) es un método de análisis de las palabras (lexemas) de un texto hablado o escrito, inspirado por la psicoanálisis, que permite, sin recurrir al no verbal (intonaciones, gestos, mímicas), tener una idea de la personalidad del autor y de aquellos a los que puede esperar persuadir o seducir.

Italiano
L'A.L.S. (Analisi delle Logiche Soggettive, è un metodo di analisi delle parole ("lexèmes") di un testo parlato o scritto, ispirata per la psicanalisi, che permette, senza ricorrere al no-verbale (intonazioni, gesti, mimici), di avere un'idea della personalità dell'autore e di quelli che può sperare di persuadere o sedurre.



Résumé : Blog de diffusion de textes et de discussions autour de l'Analyse des Logiques Subjectives, méthode linguistique originale d'analyse de discours partant des métaphores courantes et de la psychanalyse.

Abstract : Blog about "Analysis of Subjective Logics ", an original linguistic approach in discourse analysis.


Mots-clé : linguistique, analyse de discours, métaphore, psychanalyse, Lacan, psychologie, psychologie sociale, psychose, paranoïa, schizophrénie, rhétorique, argumentation, épistémologie, poésie, littérature, Baudelaire, traduction, malentendu, expressions figées, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, hystérie, obsession, phobie, angoisse, inconscient, rêve, rébus, subjiciel

Keywords : linguistics, "discourse analysis", metaphor, psychoanalysis, Lacan, psychology, social psychology, psychosis, paranoia, schizophrenia, rhetorics, argumentation, epistemology, poetry, litterature, Baudelaire, translation, misunderstanding, frozen expressions, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche,
hysteria, fixed idea, phobia, anxiety, the unconscious, dream, rebus, subjiciel

Schlüsselwörter : Linguistik, Redeanalyse, Metapher, Psychoanalyse, Lacan, Psychologie, soziale Psychologie, Psychose, Paranoia, Schizophrenie, Rhetorik, Argumentation, Epistemologie, Poesie, Literatur, Baudelaire, Übersetzung, Mißverständnis, starre Ausdrücke, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Hysterie, Zwangsvorstellung, Phobie, Angst, Unbewusstes, Traum, Rebus, subjiciel

Palavras-chaves : linguística, análise de discursos, metáfora, psicanálise, Lacan, psicologia, psicologia social, psicose, paranóia, esquizofrenia, retórica, argumentação, epistemologia, poesia, literatura, Baudelaire, tradução, equívoco, expressões bloqueadas, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, histeria, idéia fixada, fobia, inquietude, o inconsciente, sonho, rébus, subjiciel

Palabras-clave : lingüistica, análisis de discurso, metáfora, psicoanálisis, Lacan, psicología, psicología social, psicosis, paranoïa, esquizofrenia, retórica, argumentación, epistemología, poesía, literatura, Baudelaire, traducción, malentendido, expresiones cuajadas, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, histerismo, obsesión, fobia, angustia, inconsciente, sueño, jeroglífico, subjiciel

Parola-chiave : linguistica, analisi di discorso, metafora, psicanalisi, Lacan, psicologia, psicologia sociale, psicosi, paranoia, schizofrenia, retorica, argomentazione, epistemologia, poesia, letteratura, Baudelaire, traduzione, malinteso, espressioni idiomatiche, Jean-Claude Milner. , Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche,  isterismo, ossessione, fobia, angoscia, inconscio, sogno, rebus, subjiciel
Repost 0
12 juillet 2008 6 12 /07 /juillet /2008 22:05

Après lecture de l' extrait qui suit, examinez-le sous l'angle de l'A.L.S. (mots en gras ou italique, soulignés ou non), et essayez de parvenir à un diagnostic du point de vue dominant dans ce texte.




Interview intitulée : " Exclusif Mick Jagger Rencontre avec le diable "
(propos recueillis par Paola Genone)

". Depuis votre nouvelle tournée mondiale, commencée en 2005, on vous a vu arpenter les scènes avec toujours le même emportement, celui d'un adolescent incandescent. Le 18 février 2006, vous avez fait danser un million et demi de Brésiliens, sur la plage de Copacabana, aux rythmes hypnotiques de Sympathy for the Devil. Où puisez-vous cette énergie ?

- Ce n'est pas de mon énergie qu'il s'agit, mais de celle des Rolling Stones!
Pour trouver cette décharge électrique, il faut vous mettre au diapason du public, percevoir ses battements de cœur et laisser galoper votre imagination.
Le concert de Rio, c'était du délire! Dès le premier morceau, on a tous pris feu.
Charlie Watts roulait les coups sur sa batterie comme un percussionniste africain et Keith jouait à un tel volume qu'il a failli me percer un tympan.
Quant à moi, j'avais l'impression d'avoir avalé un cocktail aphrodisiaque.
Mon corps était parcouru de vagues d'adrénaline: je courais d'un bout à l'autre de la scène, je transpirais, je vibrais et je voyais le public comme à travers un kaléidoscope.
Par moments, je devais me concentrer pour ne pas me laisser trop emporter par mon instinct.
Des centaines d'idées folles me traversaient l'esprit.


. Lesquelles?

- Me lancer dans la foule, imaginer un tremplin d'où j'aurais pu plonger dans la mer et en rejaillir comme une sirène, hurler au public: «The Girl From Ipanema, c'est moi!»
Et je vous assure que nous n'avions pris aucune drogue.
A la fin du concert, Charlie Watts m'a dit: «J'ai eu l'impression que nous étions en train d'avaler l'âme des gens et qu'ils avalaient la nôtre.»
Normalement, c'est à nous d'exciter le public, mais là, c'était l'inverse.
Il nous poussait à aller de plus en plus loin et je ne savais plus qui menait le spectacle."


Solution et commentaires la semaine prochaine. Bonne chance !



Texte marqué (italique : série A, gras: série B, souligné : mot valorisé) :

"Exclusif Mick Jagger Rencontre avec le diable"


. Depuis votre nouvelle tournée mondiale, commencée en 2005, on vous a vu arpenter les scènes avec toujours le même emportement, celui d'un adolescent incandescent. Le 18 février 2006, vous avez fait danser un million et demi de Brésiliens, sur la plage de Copacabana, aux rythmes hypnotiques de Sympathy for the Devil. Où puisez-vous cette énergie ?

- Ce n'est pas de mon énergie qu'il s'agit, mais de celle des Rolling Stones!
Pour trouver cette décharge électrique, il faut vous mettre au diapason du public, percevoir ses battements de cœur et laisser  galoper  votre imagination.
Le concert de Rio, c'était du délire! Dès le premier morceau, on a tous pris feu.
Charlie Watts roulait les coups sur sa batterie comme un percussionniste africain et Keith jouait à un tel volume qu'il a failli me percer un tympan.
Quant à moi, j'avais l'impression d'avoir avalé un cocktail aphrodisiaque.
Mon corps était parcouru de vagues d'adrénaline: je courais d'un bout à l'autre de la scène, je transpirais, je vibrais et je voyais le public comme à travers un kaléidoscope.
Par moments, je devais me concentrer pour ne pas me laisser trop emporter par mon instinct.
Des centaines d'idées folles me traversaient l'esprit.


. Lesquelles?

- Me lancer dans la foule, imaginer un tremplin d'où j'aurais pu plonger dans la mer et en rejaillir comme une sirène, hurler au public: «The Girl From Ipanema, c'est moi!»
Et je vous assure que nous n'avions pris aucune drogue.
A la fin du concert, Charlie Watts m'a dit: «J'ai eu l'impression que nous étions en train d'avaler l'âme des gens et qu'ils avalaient la nôtre.»
Normalement, c'est à nous d'exciter le public, mais là, c'était l'inverse.
Il nous poussait à aller de plus en plus loin et je ne savais plus qui menait le spectacle."



Début du commentaire détaillé

      L'intervieweuse elle-même repère Mick Jagger comme "extraverti", ainsi que l'attestent le mot "diable" (repris de Sympathy for the Devil) dans le titre de l'interview, puis les mots suivants (série A) dans ses questions : arpenter, emportement, adolescent, incandescent, danser, rythmes hypnotiques, énergie, mots que nous n'avons pas soulignés car rien ne nous autorise à dire a priori que l'intervieweuse les valorise.

      Chez Mick Jagger presque tous les mots A sont valorisés :
énergie, décharge électrique, battements de cœur,galoper, imagination, délire, prendre feu, un tel volume, cocktail aphrodisiaque. parcouru, vagues d'adrénaline, courir, transpirer, vibrer, kaléidoscope. centaines, folles, traverser, lancer, imaginer, tremplin, plonger, rejaillir, sirène (être égendaire, hybride), hurler, «The Girl From Ipanema, c'est moi!» (androgynie, voir ce billet), âme ,exciter, pousser, de plus en plus loin, je ne savais plus.

      Il s'agit donc, comme on s'en doutait, du parler extraverti, mais l'A.L.S. en tant que méthode d'analyse de discours se rallie à l'aphorisme "cela va sans dire, mais cela va mieux en le disant" (et en le prouvant mot à mot).


      Exception pour la phrase : "Par moments, je devais me concentrer pour ne pas me laisser trop emporter par mon instinct", peut-être explicable par le contrat commercial et le professionnalisme requis dans toute prestation rémunérée ? ...

[ À suivre ... ]



Merci de bien vouloir laisser un commentaire ci-dessous



Français
L'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives) est une méthode d’analyse des mots (lexèmes) d’un texte parlé ou écrit, inspirée par la psychanalyse, qui permet, sans recourir au non-verbal (intonations, gestes, mimiques), d’avoir une idée de la personnalité de l’auteur et de ceux qu’il peut espérer persuader ou séduire.

English
The A.L.S (Analysis of Subjective Logics) is an analytical method concerned with the words (lexical items) of a spoken or written text. Drawing on psychoanalysis, it allows one, without resorting to the non-verbal (intonations, gestures, mimics, etc.), to get an idea of the personality of the author as well as of those one expects to persuade or to entice.

Deutsch
Die A.L.S (Analyse der Subjektiven Logiken) ist eine Untersuchungsmethode der Wörter (lexikalische Einheiten) eines gesprochenen oder geschriebenen Textes, mit einer Inspiration der Psychoanalyse, der erlaubt, ohne sich an das Nichtverbale (Intonationen, Bewegungen, Mimiken, u.s.w.) zu wenden, eine Idee der Personalität des Autors und derjenigen zu bekommen, die er zu überreden oder zu bezaubern hofft.

Português
A A.L.S. (Análise das Lógicas Subjetivas) é um método de análise das palavras (unidades lexicais) de um texto falado ou escrito, inspirado pela psicanálise, que permite, sem recorrer ao não-verbal (intonações, gestos, mímicas, etc.), ter uma idéia da personalidade do autor e daqueles que ele pode esperar persuadir ou seduzir.

Español
El A.L.S. (Análisis de las Lógicas Subjectivas) es un método de análisis de las palabras (lexemas) de un texto hablado o escrito, inspirado por la psicoanálisis, que permite, sin recurrir al no verbal (intonaciones, gestos, mímicas), tener una idea de la personalidad del autor y de aquellos a los que puede esperar persuadir o seducir.

Italiano
L'A.L.S. (Analisi delle Logiche Soggettive, è un metodo di analisi delle parole ("lexèmes") di un testo parlato o scritto, ispirata per la psicanalisi, che permette, senza ricorrere al no-verbale (intonazioni, gesti, mimici), di avere un'idea della personalità dell'autore e di quelli che può sperare di persuadere o sedurre.



Résumé : Blog de diffusion de textes et de discussions autour de l'Analyse des Logiques Subjectives, méthode linguistique originale d'analyse de discours partant des métaphores courantes et de la psychanalyse.

Abstract : Blog about "Analysis of Subjective Logics ", an original linguistic approach in discourse analysis.

Mots-clé : analyscience, linguistique, analyse de discours, métaphore, psychanalyse, Lacan, psychologie, psychologie sociale, psychose, paranoïa, schizophrénie, rhétorique, argumentation, épistémologie, poésie, littérature, Baudelaire, traduction, malentendu, expressions figées, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, hystérie, obsession, phobie, angoisse, inconscient, rêve, rébus, subjiciel, machina subjectiva

Keywords : analyscience, linguistics, "discourse analysis", metaphor, psychoanalysis, Lacan, psychology, social psychology, psychosis, paranoia, schizophrenia, rhetorics, argumentation, epistemology, poetry, litterature, Baudelaire, translation, misunderstanding, frozen expressions, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, hysteria, fixed idea, phobia, anxiety, the unconscious, dream, rebus, subjiciel, machina subjectiva

Schlüsselwörter : Analyscience, Linguistik, Redeanalyse, Metapher, Psychoanalyse, Lacan, Psychologie, soziale Psychologie, Psychose, Paranoia, Schizophrenie, Rhetorik, Argumentation, Epistemologie, Poesie, Literatur, Baudelaire, Übersetzung, Mißverständnis, starre Ausdrücke, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, Hysterie, Zwangsvorstellung, Phobie, Angst, Unbewusstes, Traum, Rebus, subjiciel, machina subjectiva

Palavras-chaves : analyscience, linguística, análise de discursos, metáfora, psicanálise, Lacan, psicologia, psicologia social, psicose, paranóia, esquizofrenia, retórica, argumentação, epistemologia, poesia, literatura, Baudelaire, tradução, equívoco, expressões bloqueadas, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, histeria, idéia fixada, fobia, inquietude, o inconsciente, sonho, rébus, subjiciel, machina subjectiva

Palabras-clave : analyscience, lingüistica, análisis de discurso, metáfora, psicoanálisis, Lacan, psicología, psicología social, psicosis, paranoïa, esquizofrenia, retórica, argumentación, epistemología, poesía, literatura, Baudelaire, traducción, malentendido, expresiones cuajadas, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, histerismo, obsesión, fobia, angustia, inconsciente, sueño, jeroglífico, subjiciel, machina subjectiva

Parola-chiave : analyscience, linguistica, analisi di discorso, metafora, psicanalisi, Lacan, psicologia, psicologia sociale, psicosi, paranoia, schizofrenia, retorica, argomentazione, epistemologia, poesia, letteratura, Baudelaire, traduzione, malinteso, espressioni idiomatiche, Jean-Claude Milner. , Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, isterismo, ossessione, fobia, angoscia, inconscio, sogno, rebus, subjiciel, machina subjectiva



Repost 0
12 juillet 2008 6 12 /07 /juillet /2008 15:13

      Après lecture du texte d'Henry Miller dans son état original, examinez-le sous l'angle de l'A.L.S. (mots en gras ou italique, soulignés ou non), et essayez de parvenir à un diagnostic du point de vue dominant dans ce texte.


       Solution et commentaire détaillé la semaine prochaine. Bonne chance !

1) Texte dans son état d'origine, phrase à phrase :

"Si les hommes prenaient le temps de songer à cette immense activité dont grouillent la terre et les cieux, accorderaient-ils une pensée à la mort?
A quoi bon se contraindre, se réserver dès l'instant que l'on est sûr que, dans la vie comme dans la mort, cette furieuse activité se poursuit sans relâche, sans remords?
Si la mort n'est rien, pourquoi donc avoir peur du sexe?
Les dieux ne sont ils pas descendus ici-bas pour forniquer avec les mortels, les bêtes, les arbres, la terre même?
Pourquoi faire tant les dégoûtés?
Pourquoi ne pas aimer - boire à toutes les sources du plaisir?
Faire, en tous sens à la fois, don de nous-mêmes?
Qu'avons-nous à craindre? De nous perdre?
Mais tant que ce ne sera pas fait, nous n'aurons pas d'espoir de jamais nous trouver.
Nous sommes le monde ; et pour le pénétrer entièrement, il faut commencer par renoncer à lui.
Peu importe la route; ce qui compte, c'est ce que l'on donne de soi, ce qu'on lâche et non ce qu'on retient."

2) Texte annoté en utilisant l'A.L.S. :

mots en italique: série A; mots en gras : série B ;
mots soulignés: valeur + ; mots non soulignés : valeur -

Donc 4 combinaisons se résolvant en 2 points de vue :

  • A+ = B- -> point de vue E (extraverti)
  • A- = B+ -> point de vue I (introverti)

(Les mots en gras italique feront l'objet d'un explication ultérieure)

"Si les hommes prenaient le temps de songer à cette immense  activité dont grouillent la terre et les cieux, accorderaient-ils une pensée à la mort ?
A quoi bon se contraindre, se réserver dès l'instant que l'on est sûrque, dans la vie comme dans la mort, cette furieuse  activitése poursuit sans relâche, sans remords?
Si la mort n'est rien, pourquoi donc avoir peur du sexe?
Les dieux ne sont ils pas descendus ici-bas pour forniquer avec les mortels, les bêtes, les arbres, la terre même ?
Pourquoi faire tant les dégoûtés?
Pourquoi ne pas aimer- boire à toutes  les sources du plaisir?
Faire, en tous sens à la fois, don de nous-mêmes ?
Qu'avons-nous à craindre? De nous perdre?
Mais tant que ce ne sera pas fait, nous n'aurons pas d'espoir de jamais nous trouver.
Nous sommes le monde; et pour le pénétrer entièrement, il faut commencer par renoncer à lui.
Peu importe la route ; ce qui compte, c'est ce que l'on donne de soi, ce qu'on lâcheet non ce qu'on retient."

------------------------------------------------------------------

Avant de vous proposer une solution et un commentaire détaillé, voici un complément de texte annoté tiré du même livre de Henry Miller, qui vous donnera des indices supplémentaires :

"De nos jours l'individu est pour ainsi dire race éteinte.
Ce que nous avons c'est le drame du robot - l'homme de l'âge de la machine, qui fonctionne comme son rouage.
La mitrailleuse, la mitraillette dont se sert le gangster lancé dans sa puissante voiture, sont symptomatiques du grand vide émotif où se commet le meurtre, sous toutes ses formes.
Le distributeur automatique de mort ne se soucie pas de discrimination, de sélection : il fauche tout ce qui se présente.
L'homme et l'arme ne font qu'un : leur synchronisme mécanique est parfait."
 
[Le 1er passage de Miller est à comparer d'une part avec le texte "Le système et les personnes" et d'autre part avec le passage suivant de Georges Bataille : « la sexualité et la mort ne sont que les moment aigus d'une fête que la nature célèbre avec la multitude inépuisable des êtres, l'une et l'autre ayant le sens du gaspillage  illimité auquel la nature procède à l'encontre du désir de durer qui est le propre de chaque être ». ]

A la semaine prochaine. Bonne recherche !

D'autres analyses d'extraits de poésie et littérature :

 

Un extrait d'un texte de Michel Leiris sur Georges Bataille


Application de l'A.L.S. au corpus des Fleurs du Mal de Ch. Baudelaire

Mallarmé mal aimé ?


La personnalité de Cyrano vue par l'A.L.S.


Un passage de "Cyrano de Bergerac", d'Edmond Rostand

 

La tirade des "Non merci !" de Cyrano de Bergerac

Une citation d'Antonin Artaud

Un texte d'Hélène Cixous


Un texte de Luce Irigaray

Un "Manifeste" de Witold Gombrowicz

Un texte d'Henry de Montherlant

Baudelaire : Notes nouvelles sur Edgar Poe

Quelle est la "personnalité" de Du Bellay ?

De Du Bellay à Piaf : regretter ou non ?

L'avant-lire et les préfaces de "Le libertinage", d'Aragon

Une courte critique littéraire à analyser

 

Un passage d'Amélie Nothomb


Une chanson de Georges Brassens, "Le pornographe"


Application de l'A.L.S. à la traduction

 

  


Merci de bien vouloir laisser un commentaire ci-dessous


 


Français

L'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives) est une méthode d’analyse des mots (lexèmes) d’un texte parlé ou écrit, inspirée par la psychanalyse, qui permet, sans recourir au non-verbal (intonations, gestes, mimiques), d’avoir une idée de la personnalité de l’auteur et de ceux qu’il peut espérer persuader ou séduire. C'est une microsémantique du fantasme.

English
A.L.S (Analysis of Subjective Logics) is an analytical method concerned with the words (lexical items) of a spoken or written text. Drawing on psychoanalysis, it allows one, without resorting to the non-verbal (intonations, gestures, mimics, etc.), to get an idea of the personality of the author as well as of those one expects to persuade or to entice.

Deutsch
Die A.L.S (Analyse der Subjektiven Logiken) ist eine Untersuchungsmethode der Wörter (lexikalische Einheiten) eines gesprochenen oder geschriebenen Textes, mit einer Inspiration der Psychoanalyse, der erlaubt, ohne sich an das Nichtverbale (Intonationen, Bewegungen, Mimiken, u.s.w.) zu wenden, eine Idee der Personalität des Autors und derjenigen zu bekommen, die er zu überreden oder zu bezaubern hofft.

Português
A A.L.S. (Análise das Lógicas Subjetivas) é um método de análise das palavras (unidades lexicais) de um texto falado ou escrito, inspirado pela psicanálise, que permite, sem recorrer ao não-verbal (intonações, gestos, mímicas, etc.), ter uma idéia da personalidade do autor e daqueles que ele pode esperar persuadir ou seduzir.

Español
El A.L.S. (Análisis de las Lógicas Subjectivas) es un método de análisis de las palabras (lexemas) de un texto hablado o escrito, inspirado por la psicoanálisis, que permite, sin recurrir al no verbal (intonaciones, gestos, mímicas), tener una idea de la personalidad del autor y de aquellos a los que puede esperar persuadir o seducir.

Italiano
L'A.L.S. (Analisi delle Logiche Soggettive, è un metodo di analisi delle parole ("lexèmes") di un testo parlato o scritto, ispirata per la psicanalisi, che permette, senza ricorrere al no-verbale (intonazioni, gesti, mimici), di avere un'idea della personalità dell'autore e di quelli che può sperare di persuadere o sedurre.



Résumé : Blog de diffusion de textes et de discussions autour de l'Analyse des Logiques Subjectives, méthode linguistique originale d'analyse de discours partant des métaphores courantes et de la psychanalyse.

Abstract : Blog about "Analysis of Subjective Logics ", an original linguistic approach in discourse analysis.


Mots-clé : analyscience, linguistique, analyse de discours, microsémantique du fantasme, métaphore, psychanalyse, Lacan, psychologie, psychologie sociale, psychose, paranoïa, schizophrénie, rhétorique, argumentation, épistémologie, poésie, littérature, Baudelaire, traduction, malentendu, expressions figées, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, hystérie, obsession, phobie, angoisse, inconscient, fantasme, rêve, rébus, subjiciel, machina subjectiva, cognisème, subjisème

Keywords : analyscience, linguistics, "discourse analysis", metaphor, psychoanalysis, Lacan, psychology, social psychology, psychosis, paranoia, schizophrenia, rhetorics, argumentation, epistemology, poetry, litterature, Baudelaire, translation, misunderstanding, frozen expressions, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, hysteria, fixed idea, phobia, anxiety, the unconscious, dream, rebus, subjiciel, machina subjectiva

Schlüsselwörter : Analyscience, Linguistik, Redeanalyse, Metapher, Psychoanalyse, Lacan, Psychologie, soziale Psychologie, Psychose, Paranoia, Schizophrenie, Rhetorik, Argumentation, Epistemologie, Poesie, Literatur, Baudelaire, Übersetzung, Mißverständnis, starre Ausdrücke, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, Hysterie, Zwangsvorstellung, Phobie, Angst, Unbewusstes, Traum, Rebus, subjiciel, machina subjectiva

Palavras-chaves : analyscience, linguística, análise de discursos, metáfora, psicanálise, Lacan, psicologia, psicologia social, psicose, paranóia, esquizofrenia, retórica, argumentação, epistemologia, poesia, literatura, Baudelaire, tradução, equívoco, expressões bloqueadas, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, histeria, idéia fixada, fobia, inquietude, o inconsciente, sonho, rébus, subjiciel, machina subjectiva

Palabras-clave : analyscience, lingüistica, análisis de discurso, metáfora, psicoanálisis, Lacan, psicología, psicología social, psicosis, paranoïa, esquizofrenia, retórica, argumentación, epistemología, poesía, literatura, Baudelaire, traducción, malentendido, expresiones cuajadas, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, histerismo, obsesión, fobia, angustia, inconsciente, sueño, jeroglífico, subjiciel, machina subjectiva

Parola-chiave : analyscience, linguistica, analisi di discorso, metafora, psicanalisi, Lacan, psicologia, psicologia sociale, psicosi, paranoia, schizofrenia, retorica, argomentazione, epistemologia, poesia, letteratura, Baudelaire, traduzione, malinteso, espressioni idiomatiche, Jean-Claude Milner. , Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, isterismo, ossessione, fobia, angoscia, inconscio, sogno, rebus, subjiciel, machina subjectiva

 

Repost 0