Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : TOUT SUR L'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives©)
  • TOUT SUR L'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives©)
  • : Blog scientifique sur l'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives©), méthode originale d'analyse de discours partant des métaphores quotidiennes et de la psychanalyse. Applications dans de nombreux domaines des Sciences Humaines et Sociales : linguistique, littérature (Camus), poésie (Baudelaire), traduction, rhétorique, argumentation, psychologie sociale. Textes, articles, exercices, discussions,dictionnaires.Google+
  • Contact

Mots-clé

Mots-clé : analyscience, linguistique, analyse de discours, sémantique, microsémantique, microsémantique du fantasme, logique de la déraison, lexicologie, subjilecte, métaphore, paradiastole, oxymore, isotopie subjective, axiologie, homonyme, homonymie, pseudosynonyme, pseudosynonymie, psychanalyse, Lacan, Réel Symbolique Imaginaire, psychologie, psychologie sociale, psychose, paranoïa, paranoïaque, schizophrénie, schizophréne, rhétorique, argumentation, épistémologie, logique, logique libre, poésie, littérature, surréalisme, Hocquenghem, Charles Baudelaire, traduction, malentendu, dialogue de sourds, expressions figées, Jean-Jacques Pinto, Jean-Claude Milner, L’Œuvre claire, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, hystérie, hystérique, obsession, obsessionnel, phobie, phobique, angoisse, inconscient, formations de l'inconscient, rêve, rébus, lapsus, oubli, acte manqué, mot d'esprit, interprétation, antiphilosophie, anti-philosophie, Cyrano, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, subjiciel, points de vue, la subjectivité comme artifice, subjectivité, subjectivité artificielle, machina subjectiva, argot, Luce Irigaray, Hélène Cixous, Gilles Deleuze, Félix Guattari, Jean-François Lyotard, homéopsychie, malaise dans la civilisation, propagande, propagande et psychanalyse, psychanalyse et propagande, neurosciences, neurosciences et psychanalyse, psychanalyse et neurosciences, approche logiciste, Jean-Claude Gardin, Jean Molino, cognisème, subjisème, prothèse psychique, identification cognitive, identification subjective, galiléisme, galiléisme étendu, science galiléenne, structuralisme, structure, langage, définition apophatique de la psychanalyse, définition récursive de la psychanalyse

 


Recherche

22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 13:55

 

Deux articles du Nouvel Observateur se penchent sur cette question soulevée par l'emploi récent de cette épithète pendant la campagne des présidentielles :

 

L'Axe du Normal   (titre-jeu de mots sur "L'Axe du Mal" de G.W.Bush)

 

 La normalité selon Hollande (photo provenant du Net faute d'avoir trouvé l'article sur le site NouvelObs)

 

Un néologisme est apparu récemment : "normalitude", qui est peut-être un mot-valise résultant de la contraction de "normal" et "attitude" ...

 

*******

 

      Voici une première lecture en notation A.L.S. du 1er article (conventions d'usage : italique = série A, gras = série B,   italigras : parler E ->I, grasitalique : mot du parler hésitant ou mot mixte avec traits A et traits B, souligné =  mot valorisé par l'auteur, non souligné = mot dévalorisé par l'auteur) :


 

L'Axe du Normal

Par Fabrice Pliskin

En votant pour un homme «normal», la gauche intellectuelle française aurait-elle renié ses valeurs les plus immémoriales ? 

 
En votant pour un homme «normal» et qui prône la «normalité», la gauche intellectuelle française aurait-elle renié ses valeurs les plus immémoriales? Sans faire l’archéologie du mot, on n’oublie pas que le «normal» fut l’adversaire de tous les maîtres à subvertir, les maîtres à déconstruire, les maîtres à transgresser.

Depuis Victor Hugo, l’énorme contre la norme, à Derrida, l’explorateur des «Marges» et de la «différance», le normal ne recueillait que du goudron et des plumes. Revenu du diable vauvert, remis en goût par un quinquennat katangais et un nouveau renversement du kaléidoscope idéologique, le mot normal sonne, aujourd’hui, positivement et voluptueusement aux oreilles des hommes de bonne volonté. Fleurs du normal. On s’enivre de sa lyrique fadeur. Le normal est tout à coup indémodable. C’est la nouvelle petite robe noire. Désormais, on peut même employer le mot tout nu, sans culpabilité et sans guillemets. Sans ironie («l’homme dit normal») et sans soupçon («qu’est-ce qui se cache, se travestit et se refoule sous cette normalité?»). Le normal est en libre service. Le normal est «sympa». C'est presque une révolution. Liberté, égalité, normalité.

 

Normal, c’est-à-dire «Blanc»

Pourtant, si je me souviens bien, le normal, naguère, était un gros mot. Le normal n’était pas fréquentable. C’était l’ennemi du minoritaire, du différent, du multiple, du contradictoire, du suicidé de la société. Le normal avait le chic pour surveiller et punir qui n’était pas comme lui. L’homme normal était normal et, traditionnellement, il n’aimait pas les Arabes, les Noirs, les juifs, sans parler des homosexuels qu’il voulait normaliser. C’est normal.


Normal, c’est-à-dire «Blanc», disait Coluche. L’histoire du normal, c’était l’histoire d’un mec assez pénible, outrageusement occidental, aux hobbies génocidaires,  le genre à opprimer, à aliéner le monde entier. Le normal, c’était la Doxa honnie par Roland Barthes. La Doxa, c’est-à-dire, «le Consensus-Petit Bourgeois, la Voix du Naturel, la Violence du Préjugé». La Doxa, cette «masse gélatineuse» que Barthes ne comparait pas à un Flanby mais à Méduse qui «pétrifie ceux qui la regardent».


Dans la dialectique du Même et de l’Autre, le normal était toujours du côté du Même, du côté du manche, du côté du Moi. L’altérité n’était pas son truc. Droit dans ses bottes, l’homme normal n’était guère travaillé par l’inquiétude de l’infini qui se nie lui-même. Lui, c’était plutôt le grand méchant Tout, l’identité à soi, l’unité, et les vaches seront bien gardées. Pas mutant pour deux sous, le normal. Ni singulier, ni pluriel, il cultivait, si j’ose dire, la banalité du normal.


En 2002, l’homme de gauche ne voulait pas encore présider «normalement»; il voulait «présider autrement», selon le slogan de Jospin. Et, dans cet adverbe résonnait comme un écho burlesque de toute la rhétorique philosophique de l’après-guerre, taxidermisée par la langue de bois et le discours publicitaire. En 2012, autrui, c’est fini. Tout lasse. Place au Normal.



 

Zoo humain

 

Il ne m’en voudra pas, le normal, de rappeler qu’il était aussi considéré par la gauche comme méchamment phallocentrique, à la façon de Dirty Harry avec son 357 Magnum. La construction sociale et performative du genre? Vous plaisantez, j’espère? Ca, c’était pour les fiottes rococo dans notre genre. Le normal, c’était menottes pour tous, pour employer le vocabulaire mélodramatique de nos ancêtres les modernes.


Il vous mutilait et se mutilait lui-même. Il aimait à porter une blouse blanche et dans les cliniques, il séparait le normal et le pathologique, selon le titre de la thèse de Georges Canguilhem, l’ouvrage qui inspira à Michel Foucault son livre sur le concept de folie où le normal fomente, au XVII siècle, le grand renfermement des fous. Mauvais souvenir. Le normal, un maçon maléfique, un bâtisseur de murailles, de clôtures et de grilles, presque un directeur de zoo humain. C’est en enfermant son voisin qu’il se convainquait de son bon sens, pour faire mentir Dostoïevski. C’était l’homme aux «gestes obscurs, nécessairement oubliés dès qu’accomplis, par lesquels une culture rejette quelque chose qui sera pour elle l’Extérieur» (Foucault).

Hollande vs Héliogabale

Nouvelle ère : aujourd’hui, le normal a un visage humain et des vertus d’huiles essentielles. Loin d’enfariner les autres, il se laisse enfariner lui-même. Une marque de bonne éducation. Pourquoi a-t-il conquis et séduit la gauche intellectuelle, infusée à l’infernale anormalité de Rimbaud, Artaud ou Sade, éperdument amoureuse de tout ce qui est marginal, vagabond, sans patrie, dérangeant, insoumis, indécidable, inassignable, irréductiblePourquoi a-t-il conquis et séduit la gauche intellectuelle, infusée à l’infernale anormalité de Rimbaud, Artaud ou Sade, éperdument amoureuse de tout ce qui est marginal, vagabond, sans patrie, dérangeant, insoumis, indécidable, inassignable, irréductible ? Au deuxième tour des présidentielles, pourquoi cette gauche a-t-elle voté Hollande et non Héliogabale? Les gens normaux le savent bien.


Parce que la Démence, la Déraison et l’Ubris ne sont plus le propre du Fou, mais celui de la Bourse. Parce que Rimbaud n’est plus dans Rimbaud: c’est le capital, désormais, qui est rimbaldien. Le capital, bateau ivre. Ô, alchimie du marché. Ô, liberté libre de spéculer. L’économie mondiale s’est faite voyante par un long, immense et raisonné dérèglement de tous les sens et de toutes les pulsions. «Je est un Autre», nous murmure Madoff à New York, en Touraine ou dans le Var. On n’est pas sérieux quand on a dix-sept milliards de dollars. Ecoutez le trader en enfer: «A moi. L’histoire d’une des mes folies…».


Fabrice Pliskin

(à suivre)
(page en construction)

 

 



Merci de bien vouloir laisser un commentaire ci-dessous


 


Français

L'A.L.S. (Analyse des Logiques Subjectives) est une méthode d’analyse des mots (lexèmes) d’un texte parlé ou écrit, inspirée par la psychanalyse, qui permet, sans recourir au non-verbal (intonations, gestes, mimiques), d’avoir une idée de la personnalité de l’auteur et de ceux qu’il peut espérer persuader ou séduire. C'est une microsémantique du fantasme.

English
A.L.S (Analysis of Subjective Logics) is an analytical method concerned with the words (lexical items) of a spoken or written text. Drawing on psychoanalysis, it allows one, without resorting to the non-verbal (intonations, gestures, mimics, etc.), to get an idea of the personality of the author as well as of those one expects to persuade or to entice.

Deutsch
Die A.L.S (Analyse der Subjektiven Logiken) ist eine Untersuchungsmethode der Wörter (lexikalische Einheiten) eines gesprochenen oder geschriebenen Textes, mit einer Inspiration der Psychoanalyse, der erlaubt, ohne sich an das Nichtverbale (Intonationen, Bewegungen, Mimiken, u.s.w.) zu wenden, eine Idee der Personalität des Autors und derjenigen zu bekommen, die er zu überreden oder zu bezaubern hofft.

Português
A A.L.S. (Análise das Lógicas Subjetivas) é um método de análise das palavras (unidades lexicais) de um texto falado ou escrito, inspirado pela psicanálise, que permite, sem recorrer ao não-verbal (intonações, gestos, mímicas, etc.), ter uma idéia da personalidade do autor e daqueles que ele pode esperar persuadir ou seduzir.

Español
El A.L.S. (Análisis de las Lógicas Subjectivas) es un método de análisis de las palabras (lexemas) de un texto hablado o escrito, inspirado por la psicoanálisis, que permite, sin recurrir al no verbal (intonaciones, gestos, mímicas), tener una idea de la personalidad del autor y de aquellos a los que puede esperar persuadir o seducir.

Italiano
L'A.L.S. (Analisi delle Logiche Soggettive, è un metodo di analisi delle parole ("lexèmes") di un testo parlato o scritto, ispirata per la psicanalisi, che permette, senza ricorrere al no-verbale (intonazioni, gesti, mimici), di avere un'idea della personalità dell'autore e di quelli che può sperare di persuadere o sedurre.



Résumé : Blog de diffusion de textes et de discussions autour de l'Analyse des Logiques Subjectives, méthode linguistique originale d'analyse de discours partant des métaphores courantes et de la psychanalyse.

Abstract : Blog about "Analysis of Subjective Logics ", an original linguistic approach in discourse analysis.


Mots-clé : analyscience, linguistique, analyse de discours, sémantique, microsémantique, microsémantique du fantasme, logique de la déraison, lexicologie, subjilecte, métaphore, paradiastole, isotopie subjective, homonyme, homonymie, pseudosynonyme, pseudosynonymie, psychanalyse, Lacan, Réel Symbolique Imaginaire, psychologie, psychologie sociale, psychose, paranoïa, schizophrénie, rhétorique, argumentation, épistémologie, logique, logique libre, poésie, littérature, surréalisme, antiphilosophie, Charles Baudelaire, traduction, malentendu, dialogue de sourds, expressions figées, Jean-Jacques Pinto, Jean-Claude Milner, L’Œuvre claire, Albert Camus, Marie Cardinal, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, hystérie, obsession, phobie, angoisse, inconscient, formations de l'inconscient, rêve, rébus, lapsus, oubli, acte manqué, mot d'esprit, interprétation, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, subjiciel, points de vue, la subjectivité comme artifice, prothèse psychique, homéopsychie, subjectivité artificielle, machina subjectiva, argot, Luce Irigaray, Hélène Cixous, Gilles Deleuze, Félix Guattari, Jean-François Lyotard, propagande, propagande et psychanalyse, psychanalyse et propagande, neurosciences, neurosciences et psychanalyse, psychanalyse et neurosciences, approche logiciste, Jean-Claude Gardin, cognisème, subjisème, galiléisme, galiléisme étendu, science galiléenne


Keywords : analyscience, linguistics, "discourse analysis", metaphor, semantics, microsemantics, microsemantics of phantasy, logics of irrationality, lexicology, subjilecte, metaphor, paradiastole, subjective isotopy, homonym, homonymy, pseudo synonym, psychoanalysis, Lacan, Real Symbolic Imaginary, psychology, social psychology, psychosis, paranoia, schizophrenia, rhetorics, argumentation, epistemology, logics, free logics, poetry, litterature, surrealism, antiphilosophy, Baudelaire, translation, misunderstanding, frozen expressions, Jean-Jacques Pinto, Jean-Claude Milner, L’Œuvre claire, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, hysteria, fixed idea, phobia, anxiety, unconscious, dream, rebus, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, subjiciel, machina subjectiva, Luce Irigaray, Hélène Cixous, Gilles Deleuze, Félix Guattari, Jean-François Lyotard, propaganda, propaganda and psychoanalysis, psychoanalysis and propaganda, neurosciences, neurosciences and psychoanalysispsychoanalysis and neurosciences, logicist approach, Jean-Claude Gardin, cogniseme, subjiseme, galileism, extended galileism, extended galileanism, galilean science, cognitive identificationsubjective identification

 
Schlüsselwörter : Analyscience, Linguistik, Redeanalyse, Metapher, Psychoanalyse, Lacan, Psychologie, soziale Psychologie, Psychose, Paranoia, Schizophrenie, Rhetorik, Argumentation, Epistemologie, Poesie, Literatur, Baudelaire, Übersetzung, Mißverständnis, starre Ausdrücke, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, Hysterie, Zwangsvorstellung, Phobie, Angst, Unbewusstes, Traum, Rebus, subjiciel, machina subjectiva

Palavras-chaves : analyscience, linguística, análise de discursos, metáfora, psicanálise, Lacan, psicologia, psicologia social, psicose, paranóia, esquizofrenia, retórica, argumentação, epistemologia, poesia, literatura, Baudelaire, tradução, equívoco, expressões bloqueadas, Jean- Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, histeria, idéia fixada, fobia, inquietude, o inconsciente, sonho, rébus, subjiciel, machina subjectiva

Palabras-clave : analyscience, lingüistica, análisis de discurso, metáfora, psicoanálisis, Lacan, psicología, psicología social, psicosis, paranoïa, esquizofrenia, retórica, argumentación, epistemología, poesía, literatura, Baudelaire, traducción, malentendido, expresiones cuajadas, Jean-Claude Milner, Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, histerismo, obsesión, fobia, angustia, inconsciente, sueño, jeroglífico, subjiciel, machina subjectiva

Parola-chiave : analyscience, linguistica, analisi di discorso, metafora, psicanalisi, Lacan, psicologia, psicologia sociale, psicosi, paranoia, schizofrenia, retorica, argomentazione, epistemologia, poesia, letteratura, Baudelaire, traduzione, malinteso, espressioni idiomatiche, Jean-Claude Milner. , Albert Camus, Marie Cardinal, Amélie Nothomb, Georges Brassens, Henry Miller, Georges Bataille, Michel Leiris, Parménide, Montaigne, Cyrano de Bergerac, Aragon, Nietzsche, Mallarmé, Schreber, isterismo, ossessione, fobia, angoscia, inconscio, sogno, rebus, subjiciel, machina subjectiva

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires